logo jpk

ARMEN RACE 2014

Grosse émotion sur « Léon » (3D Développeurs Immobiliers) mais carton plein pour les JPK qui raflent le podium

Gros succès que cette Armen Race 2014 avec un taux record de participants (192) surtout en double où 52 bateaux étaient inscrits.

La Transquadra approchant à grand pas l’Armen est une bonne répétition pour vérifier son niveau de performance.
Organisation sans faille de la SNT avec au regard de la météo un parcours « ramassé » mais intéressant entre les Glénans, Belle-Ile, Hoedic et une 2eme boucle annoncée à la mi parcours pour s’adapter à l’évolution de la météo faible du WE.  Dès le départ il y aura « du jeu » car situé en sortie de chenal de la Trinité entre St Philibert (1 amer à terre) et le bateau comité, la ligne semble bien courte pour loger tout le monde ! En outre, le format  » à l’anglaise » vent de travers pimente le jeu.
Sur « 3 D développeurs  » on gére bien cette phase avec Hervé et cela nous permet d’allonger la foulée et passer en tête à la Teignouse devant « Merlin »,le  JPK 1010 d’Eric Morvan et Benoit Champanac qu’on retrouvera tout au long de la course aux avants postes. Assez vite détachés, on attaque la remontée sur Groix confiants. 3 heures plus tard la bascule à droite nous a été fatale car nous sommes partis plutôt à gauche ! « Yolo » le SF 3600 en a profité pour revenir et s’échapper en laissant courir pour prendre à l’endroit cette 1ère bascule de vent.
Les JPK 1010 sont en chasse derrière avec des écarts encore faibles pour les gros ratings au passage de la jument des Glénans.
La nuit est déjà tombée quand on passe là haut et il va falloir gérer la descente jusqu’à Hoedic dans un vent mollissant . Un peu isolé dans notre descente à gauche après un jibe set (empannage immédiat) à la bouée  des Glénans, on mettra du temps à percuter qu’un bout est pris dans la quille. Au lever du jour, on repart du bon pied et nous sommes en mode offensif quand on enroule « les Grands Cardinaux » au sud de Hoedic.
Hervé est à la table à carte et me dit de rester bien extérieur car il y a beaucoup de pavés dans la zone. Il faut manoeuvrer pour repartir au près et je demande à Hervé de venir sur le pont lui disant que je resterai « extérieur » à « Ederlezi » le JPK 110 d’Olivier Burgaud qui nous devance de 2 longueurs, le temps de la manoeuvre pour « assurer le coup » ! Nous sommes tous les 2 la tête dans les « ficelles », Hervé sous le vent pour affaler le spi, moi la drisse dans une main, le bras dans l’autre quand le bateau talonne une tête de roche à environ 5 nds de vitesse.
Olivier qui me précédait avait quelqu’un à la cartographie à la table à carte et il a battu de 90° juste au moment où j’avais la tête baissée. Il a hurlé pour me prévenir mais c’était trop tard…  Avec 85 de coef de mi-marée descendante, ça descend vite, trop vite ! le bateau ne bougera plus malgré une 1/2 heure de lutte intense pour le déséchouer avec l’aide de quelques pêcheurs sur zone.
Grosse inquiétude lorsque l’eau se retire et qu’on comprend vite que le bateau en équilibre précaire risque de basculer avec les 2,5 m de hauteur à devoir encore descendre. Au final, le bateau glisse et vient se bloquer sur ses 2 safrans qui plient mais tiennent le choc. Ils serviront de béquilles et protégeront le bateau qui risquait d’abîmer son bordé. A la montante, 6 heures plus tard, le Zodiac de la SNSM dégage le bateau qui s’en sort au final miraculeusement quasi intact.
Une belle leçon que je ne suis pas prêt d’oublier !

Devant, la course continue dans des tout petits airs avec ses coups d’accordéon au gré des bulles d’air, inversion de thermique et autres effets locaux au gré des passages de marques.
Tout reste possible pour chacun jusqu’à la dernière nuit. Certains reviennent de très loin, d’autres sombrent sur un mauvais choix d’option. « Cocody », le 1010 de Richard Fromentin vivra une descente aux enfers après avoir navigué très longtemps dans le groupe de tête. A l’inverse, « Marylou » l’Elan 350 de Daniel Peponnet revient du diable sur une belle option dans la remontée sur la Trinité tout comme gérard Quénot et son fils sur « Alkaid  » le 1010 vainqueur double de la dernière Transquadra.
Il reste les « solides » qui depuis le départ ne font pas d’erreur. « Merlin », « Mary », le 1010 de Christophe Waubant et François Moriceau, « Yolo », « Alfadir » le 1010 de Thierry Matthews.
Toujours placé et constant le redoutable « Merlin » ne lâche rien et sait qu’en gardant le contact avec « Yolo » le 3600  (qui lui doit 1 heure par 24 h) les choses devraient bien se passer !
Solides, Eric et Benoit ne craqueront pas. Ils remportent logiquement et avec 1 heure d’avance cette Armen Race 2014 . Inscrits eux aussi à la Transquadra, tout le monde est prévenu, ce duo, « c’est du lourd « !
En embuscade pendant toute la course et au final à la 2ème place, on retrouve « Cavok » . On l’avait presque oublié le JPK 960  de Patrick et Anne Farcy car son rating bas lui permet d’arriver sur la durée plus d’1 heure derrière les 1010. Nos amis Brestois ont une fois de plus brillé sur l’eau pour contenir une meute affutée de JPK 1010 donnés plus rapides que le 960 dans les petits airs. Chapeau bas!
3ème, « Mary » également bien parti n’a jamais craqué. Le duo de copains annonce qu’il est bien prêt et le bateau aussi. Ils seront bien présents au départ de St Nazaire pour la TSQ avec de légitimes et solides ambitions.
Tout cela promet de belle bagarre sur l’eau mais à terre l’esprit convivial demeure. Vraiment ces courses en double sont géniales…

Dans les autres catégories équipages, la lutte a aussi été farouche . En IRC 3 « Quattro assurance » le bateau (1010 vainqueur solo de la dernière TSQ) de Philippe Vicariot gagne dans sa classe.
En IRC 2, c’est le fameux « Team winds » le A35 des sympathiques et respectés frères Croyère qui gagne proprement avec une belle maitrise d’un bout à l’autre de la course.
Le JPK 110 « Lann Ael » de Didier Gaudoux pouvait lui aussi prétendre à une place d’honneur voir la victoire mais une disqualification pour infraction au départ le prive du résultat.

Bravo et merci aux organisateurs pour cette magnifique course mais SVP l’an prochain évitez les « grands cardinaux » …

La newsletter du chantier

Retrouvez dans votre boîte mail nos nouveautés, les victoires marquantes de nos bateaux, notre présence aux événements du nautisme, et plus.

Abonnez-vous ci-dessous en deux étapes simples.