JPK 1030

IRC Racing

Comment, dans le cadre de la jauge IRC, améliorer encore les performances de notre gamme Racing sans que le compromis performance-rating ne devienne moins favorable ?

Seule possibilité pour Jacques Valer, notre architecte : accepter de perdre un peu en polyvalence sur l’équipage complet et le parcours 3 bouées pour améliorer le rendement dans l’exercice du solo et du double, avec un ajustement des priorités. Un départ au planning précoce, une grande puissance au reaching et plus globalement une véritable aisance à toutes les allures : telle est la formule du JPK 1030.

Plus léger, plus étroit au pont, plus tendu en ligne de quille, plus gonflé dans les sections avant que son prédécesseur, dessiné pour fonctionner gîté avec une surface mouillée raisonnable et ne nécessitant pas trop de surface dans les voiles … le concept est ambitieux, mais c’est ce qu’il faut pour performer sur tous les formats de course !

Le génie de Jacques Valer et les nombreux mois consacrés au dessin de cette carène très élaborée devraient permettre de prolonger notre lignée de champions.

Architecte : J. Valer

  • Longueur 10,34 m
  • Longueur flottaison 9,06 m
  • Largeur 3,24 m
  • Poids 3,7 t
  • Moteur Volvo 20 cv
  • Lest 1,5 t
  • Tirant d'eau 1,98 m
  • G.V. 35 m²
  • Génois 26 m²
  • Spi asymétrique 105 m²
  • Spi symétrique 95 m²

Après quatre Transquadras en solo et double et beaucoup de milles parcourus au large, le JPK 1030 est vraiment le bateau parfait que j'avais en tête pour performer et m'amuser. C'est une véritable "mobylette" qui permet de pousser fort sur le bateau en toute sécurité pour un maximum de plaisir

Jean-Pierre Kelbert

Comment le 1030 est-il né ?

par JP Kelbert

La carène du JPK 1030 est née au retour de la Transquadra 2018, après ma seconde place sur le JPK 1080 face au Beepox 990 mené par Alex Ozon.

D’un côté, un bateau de 10 mètres par 3 de large et 2.5 t de déplacement, de l’autre un bateau de 10,80 mètres par 3,50 de large pour 4.8t.

La Transquadra se courant à 90% au portant abattu, un bon bateau de VMG est bien sûr l’idéal pour gagner. De ce point de vue, le Beepox était le bateau parfait pour partir très tôt au planning et tenir des moyennes élevées au-delà de 18-20 nœuds, ce qui a été le cas sur la première et la deuxième étape de cette édition. Evidemment, ce bateau très typé est peu efficace au près (surtout venté) et manque cruellement de puissance sur certains angles.

A partir de ce constat, j’ai demandé à Jacques Valer de dessiner un bateau capable de partir plus tôt au planning qu’un JPK 1010 (4 fois vainqueur de la Transquadra) ou qu’un JPK 1080, mais aussi de gagner en puissance sur le reaching, tout en restant performant au près.
Là encore, le travail de Jacques n’a pas été simple ; plusieurs modélisations ont été faites dont une version très « scow », jugée trop typée. Le rating monte très vite en allégeant ou en toilant le bateau, la marge de manœuvre est donc très étroite pour conserver de la polyvalence et pourvoir sauver le rating dans une majorité de conditions … surtout face à des bateaux tel que le JPK 1010, ultra polyvalent et profitant d’une intéressante allégeance d’âge !

Le JPK 1030 est donc relativement étroit, avec des sections avant très pleines et un creux de carène plus réduit pour une pente de voute plus tendue. A la gîte, la carène est également bien tendue afin de favoriser le planning bateau gîté.
Les ballasts de 300 litres compensent la quille droite assez légère. Ils sont utiles dès 10/12 nœuds de vent au près, mais également au reaching venté.

Sur l’eau, le bateau est exactement où nous l’attendions, super efficace au reaching, planant, mais également très efficace au près dès 10 nœuds de vent, quand en dessous de ce seuil il faut accepter de monter le rating par un surcroît de surfaces dans les petits airs.
Les résultats sur deux saisons parlent pour lui et la marge de progression reste encore forte, notamment sur les configurations et dessins des voiles.

Constitués en sandwich Airex / verre / vynilester, le pont, la coque et toutes les structures d’aménagements sont réalisés sous vide par infusion.

Le plan de drapage et le choix des différentes nappes de tissus permettent d’optimiser au mieux les masses, avec des renforts conséquents aux endroits sollicités et des structures très légères en haut de bordé et sur le pont.

L’IRC favorise un type de quille dite “plate”, sans bulbe. Le centre de gravité (CG) de ce type de quille est donc plus haut et demande des sections de coque plus puissantes.

La grande surface du plan antidérive favorise une accroche très rapide des profils qui fonctionnent également à basse vitesse.

Notre quille est un mixte fonte-plomb avec une construction sophistiquée réalisée par la fonderie Lemer. L’insert intérieur et la semelle d’encastrement en fonte GS apportent beaucoup de rigidité à l’ensemble et permettent de conserver un profil fin jusqu’à la base de la carène.

L’insert est ensuite placé, à la fonderie, dans un moule de profil extérieur pour la coulée du plomb.

Sur chaque bateau, la semelle est calée au laser avec un moulage en fond de coque avant sa fixation.

Les profils de quille sont passés au gabarit avec “calage” des enduits époxy avant peinture.

En cas de talonnage, la longue semelle encastrée répartit la charge sur l’ensemble des varangues et le plomb absorbe l’énergie du choc.

Malgré un programme orienté régate, l’intérieur du JPK 1030 reste clair, chaleureux et bien fini : tout à fait compatible avec un programme de croisière !

Il est possible d’équiper le bateau d’un four, d’un chauffage, d’un groupe d’eau chaude sous pression, d’éclairage indirects à LED et variateurs intégrés au contre-moule.

En régate, on préfèrera le double siège de veille et les bannettes de matossage arrière, et en option, un pouf à bille pour le confort intérieur et extérieur

Le programme solo et double du bateau demande un dimensionnement et un positionnement parfaits de l’accastillage.

Harken est notre fournisseur depuis 20 ans et nous accompagne dans l’établissement des nomenclatures.

L’ergonomie du cockpit est le fruit d’un long travail sur une maquette échelle 1 lors de la construction du mannequin de pont. Position de barre idéale pour tenir longtemps, postes de manœuvres naturels … le confort est un facteur clé de la performance.

Nos dernières actualités sur le JPK 1030

Il n'y a pas d'autres postes à voir