logo jpk

1ère étape Transquadra 2014/2015 et une belle moisson pour JPK !

Au départ de St-Nazaire, les JPK étaient en nombre avec 19 JPK 1010, 4 JPK 960, 1 JPK 110 et 2 JPK 1080

La saison 2014 avait déjà donné pas mal d’indications sur le niveau de chacun et quelques noms sortaient du lot pour faire figure de favori. Spi Ouest-France, Armen race, Duo Atlantique, les épreuves n’ont pas manqué pour s’étalonner.

A St-Nazaire, les « Raging bee », « Merlin », « Leclerc Hennebont », « Mary » ou « Solidaire en peloton » comptaient parmi les « dangereux » 1010. L’inconnu venait davantage du coté des « gros rating » avec la présence des 2 nouveaux bateaux le 3600 de chez Jeanneau et le JPK 1080 sorti en mars de cette année.
Pour être francs, nous nous comptions également parmi les « dangereux » avec mon ami Hervé Perroud qui excelle à son poste de navigateur. « Agence directe » mené par François-René Carluer et Bruno Bessec sur le 2ème 1080 arrivait aussi à St-Nazaire avec de solides ambitions. La météo annonce un parcours rapide et bien ventilé au cap Finisterre avec de bonnes séquences de glisse en perspective… De fait, dès le départ donné et une fois sortis du chenal, nous attaquons au reaching serré la 1ère nuit. « Agence directe » et  » 3D  Développeurs immobiliers » passent en tête à la dernière bouée avant le large et le match en réel avec « Yolo » est lancé pendant que les 1010 favoris se retrouvent aux avants postes pour garder le contact et jouer le temps compensé, véritable classement de la course. Au cap Finisterre, un 1er bilan peut être dressé et sur « Léon 3 D Développeurs immobiliers » nous sommes satisfaits de notre position en tête 5 milles devant « Yolo » et « Agence directe ». Hervé a bien joué la position extèrieure pour plonger ensuite sur le cap Finisterre chercher la pression et l’adonnante avant empannage. Derrière les 1010 sont bien motivés et les écarts en réels donnent des écarts en compensé très minimes. Empannage et changement de spi sur « Léon 3D » au coucher du soleil pour attaquer la partie ventée sous spi lourd. 13/15/18 puis 20 nds, les chiffres du speedo grimpent et nous préférons « lever le pied » pour préserver le matériel. Avec Hervé, nous avions cassé un safran sur notre 960 en 2005 dans les mêmes conditions et également en tête de flotte. Apparemment ça a laissé des traces!
Durant la nuit c’est « Raging bee » qui fera preuve d’une grande maitrise. Grand spi max jusqu’au milieu de la nuit puis code 5 et GV haute quand tout le monde navigue sous génois tangonné, Loulou et Titi ( Louis-Marie Dusserre et Thierry Lacourt) sont en mode « attaque », surfent à plus de 22 nds dans la nuit noire et sortent au petit matin dans le groupe de tête en réel ! L’ensemble de la flotte à navigué vite et cela traduit un gros niveau général. Après cette nuit à 35/40 nds le vent retombe à 28 / 35 le lendemain et sur « Léon 3D » nous remettons du charbon pour reprendre notre leader ship cédé à « Yolo » pendant la nuit. Nous sommes désormais positionnés à l’ouest dans le flux le plus consistant pour revenir au contact. La hiérarchie se dessine dans la flotte. A 2 jours de l’arrivée, « Raging bee » est nettement devant en compensé et a fait un joli break sur tout le monde. Les autres 1010 dangereux sont « Merlin », « Leclerc Hennebont », « Solidaire en peloton » mais a priori ils ne sauvent pas leur rating sur les « gros ». « Yolo » est bientôt dans notre ligne de mire quand au milieu de la nuit on retrouve ses feux. A partir de ce moment, on ne se quittera plus. Pour nous objectif 1 : revenir au contact, objectif 2 : passer devant, objectif 3 : le garder « au chaud » derrière ! Dans notre sillage « Raging bee » cède peu à peu du terrain et le compensé va devenir jouable… Auteur d’une très belle course « Agence directe » quasi en tête après la nuit ventée a souffert d’un cocotier avec chaussette suite au bloquage de sa drisse de tête. Bruno et François-René vont réussir à reprendre « Grassi » le 2eme 3600 et ils termineront la course avec un spi enrubanné dans l’étai.
Sur « Léon 3DDI » l’arrivée est proche et « Yolo » est dans la boite, mais tout proche. A 4/5 h de l’arrivée je laisse Hervé sur le pont pour faire une mini sieste. Très vite il me réveille car nous sommes sous un nuage sans vent et « Yolo » revient. En sortant dans le cockpit, j’attrape une bouteille pour me réveiller, je m’asperge par erreur de…grenadine et je me retrouve tout collant à la barre. Ce sera la dernière alerte car nous sortons du bon coté du nuage pour reprendre nos distance jusqu’à l’arrivée que nous franchissons à 2 h du matin, 15 minutes devant « Yolo ». En compensé nous avons 1h40 d’avance et le vrai danger vient plutôt de « Raging bee ». Les 2 derniers jours ont été plutôt favorable aux bateaux de devant et nous gardons un matelas suffisant sur Titi et Loulou 1 h derrière en compensé. « Merlin », « Leclerc Hennebont », « Solidaire en peloton  » terminent à vue et se retrouvent très serrés dans le top 5.
Pour le chantier c’est une belle réussite avec 8 bateaux dans les 10 et une victoire en réel et compensé pour  le nouveau 1080. Ce bateau est vraiment excellent partout et nous avons souvent remercié notre sorcier jacques Valer pour son « coup de crayon magique » ! Sur les 1010 c’est pareil, tout le monde s’accordaient à dire à l’arrivée que jamais on ne se sent en danger sur le bateau même lancé à plus de 20 nds dans la nuit noire… Quel plaisir aussi que cette escale madérienne et toutes ces rencontres et ces partages. A chacun une expérience unique qui va bien au delà des résultats…

La newsletter du chantier

Retrouvez dans votre boîte mail nos nouveautés, les victoires marquantes de nos bateaux, notre présence aux événements du nautisme, et plus.

Abonnez-vous ci-dessous en deux étapes simples.