diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

News

BoatIndustry.fr Magazine des professionnels du nautisme

JPK Composites : une nouvelle nef pour un chantier naval en croissance

Le constructeur de voiliers JPK Composites s'agrandit. Un investissement nécessaire face à une croissance de l'activité et de la taille des bateaux livrés par le spécialiste morbihannais de la plaisance.

JP KELBERT
JP KELBERT
BoatIndustry.fr Magazine des professionnels du nautisme Briag Merlet Publié le 16-04-2019

JPK 1030 vendredi 12 avril 2019

1ères sorties dans des conditions parfaites

Que du bonheur !

Sous l'oeil acéré de Jacques Valer
Sous l'oeil acéré de Jacques Valer


Ca y est il flotte ! Le nouveau modèle du chantier : le JPK 1030

Après de longs mois de travail chantier sur les préformes, les moules puis le 1er bateau, notre nouveau "jouet" est dans son élément et Jacques a le sourire avec le bateau comme toujours pile poil dans ses lignes.

10 avril 2019. Moment sympa ce matin avec toute l'équipe du chantier présente à la mise à l'eau et fière du bon boulot accompli.

L'équipe du chantier JPK
L'équipe du chantier JPK

Il va falloir maintenant apprendre et vite le mode d'emploi de ce nouveau bolide pour récompenser de belle manière tous ceux qui ont bossé sur ce projet.


reportage ouest-france.fr/bretagne 10/04/19

Dans 15 jours le Spi Ouest France !

Toujours sympa de venir faire le dernier WE d'entrainement avant le spi Ouest France car le plateau est vraiment relevé et on peut se faire une bonne idée des bateaux en forme avant l'échéance de Pâques.

Le nouveau "Léon" JPK 1030
Le nouveau "Léon" JPK 1030

Gery n'étant pas dispo je le remplace à la barre de Courrier recommandé le JPK 1180.
Clairement cela va être très intéressant car sur ce type de parcours banane ou petit côtier les bateau plus classiques type Grand soleil 43 restent très compétitifs .
Samedi je foire bien mon 1er départ (manque de pratique !) et François (Lamiot) à la tactique doit se débrouiller pour nous trouver les bons bords qui en général sont pris par les bateaux de tête. Pas si mal, on revient 4eme en haut et sur le portant, malgré notre asymétrique, on arrive à glisser pour revenir sur la tête de flotte. Bon choix de bouée à droite, on choisi le côté gauche pour la remontée et c'est le bon choix. Au 2eme près nous sommes 2eme et un tour plus tard nous sommes devant Codiam. Dernier portant difficile avec un vent qui cisaille et molli à 6 nds . On se fait reprendre et pour nous ce sera la 2eme place, un peu frustrant !
Manche 2, départ trop tôt ( bravo !) , on doit contourner la marque en bout de ligne pour évidemment passer décroché et à la 6eme place la 1ere bouée de près. Le vent est très mou 4/6 nds mais on arrive à bien "faire voler" notre spi asy light. Clairement on "traverse" la flotte pour enrouler en tête la marque sous le vent. Nous sommes du bon côté du vent et l'écart se creuse avant que le comité ne lance un "Aperçu sur A " synonyme d'arrêt de la manche pour tout le monde ( c'est vrai il est déja tard !) . Re frustrant !
Bref, dommage car celle là était claire et nette !
Dimanche le vent est plus fort ( 12/16 nds) et le comité décide de lancer un côtier de 14 milles. Un près de 5 milles puis 2 bords de portant plutot abattu ( dommage !) . Départ bas de ligne juste correct car un peu bloqué par un "X travers à la route" quand Codiam allonge sous le vent .
Les bateaux partis au comité s'alignent vite derrière et décident de faire le bord à droite. Dans le groupe de gauche on matche avec les Grand soleil et Cocody le 1180 de Richard Fromentin. A la barre, le bateau va vraiment bien et devient surtout top quand ça grimpe au dela des 16 nds .
François assure la tactique en milieu gauche mais là haut c'est le groupe de droite qui passe mais pas loin devant.
L'Ange de Millon et Lannael sont devant à la Teignouse , Codiam et l'autre GS 43 juste devant nous.
Grand portant à 150° du vent c'est un peu frustrant car pour l'asy le bénéfice arrive vraiment au dessus de 140° .
C'est très serré sur le groupe de tête et on sait que cela va jouer dans des poignées de secondes.
On revient sur l'Ange de Millon et l'écart reste stable avec Lannael mais les 2 Grand Soleil sont encore dans leur "range" avec cette allure abattue dans du médium.
Danger aussi les petits ratings qui pour l'instant sont dans la même classe que nous.
A l'arrivée on se calcule 2eme en compensé 30 sc derrière Codiam mais au final Hey jude et Musix les IRC 2 s'intercalent devant nous.
Du week-end je retiendrai que l'ambiance est toujours aussi sympa à bord de Courrier. Arnaud, Lulu, Riri, Fred, Franck, Seb, Francois naviguent tous top bien mais sans jamais s'énerver. Que le bateau va vite dans toutes les conditions mais qu'il faudra naviguer vraiment propre pour gagner le Spi !

Dans les autres classes nos amis de "Aileau" le JPK 1080 sont devant en double avec "Mary" le 1010 et le A35 du président de la SNT Antoine Croyère toujours dans le match.
En IRC B "foggy dew" le 1010 de Noel Racine est toujours aux avants postes et remporte le classement du WE.

Dans 15 jours, ce sera assez excitant de revenir à la Trinité pour participer au Spi Ouest en IRC double avec la mise à l'eau cette semaine de notre nouveau JPK 1030 .
La mise au point va être courte (!!) mais avec Kevin du chantier on vient pour découvrir le bateau, en montrer le potentiel et essayer de faire de belles manches dans cette classe très active .

 



"Atomic blonde" JPK 1080 de Simon Torvaldsen

Quelques nouvelles de Perth

"Atomic blonde" a fait un joli carton sur la "Rock water coventry reef race" et surtout remporte la "Swan river" dans des conditions apocalyptiques avec des rafales à 67 noeuds et un grand nombre d'abandons, démâtage..

AB under spinnaker on Swan River
AB under spinnaker on Swan River

A l'arrivée le JPK 1080 s'impose et Simon nous prouvre le grand marin qu'il est.
Bravo !

"The race before this one we had a storm up to 67 knots, we were the only Div 2 boat to finish the race. Div 1 missed most of the storm as they were home before it got very bad. You have built a very good boat, other boats were dismasted (Bill Henson’s C&C 115, he is still wanting to buy a JPK I think).

 I will keep you updated if we win more good races.

BR
Simon"



Jonas Hallberg navigue depuis 2 saisons sur son JPK 1010 "Jonas"

Il nous parle de son "amazing season" !

Kiel week, Silver rudder, 500mn Danmark Race. Le bateau a vraiment tout gagné.
Sur la Silverrudder (la plus relevée des courses off shore) les JPK (1080 et 1010) trustent toutes les 1ères places...
Cocorico !!

JPK 1010 "Jonas"
JPK 1010 "Jonas"

Un mail qui fait vraiment plaisir à toute l'équipe JPK.

"I just wanted to say thank you again for the absolutely great boat I got from you. We had an amazing season. We really managed to win every race we participate this year overall!

Slowly I think that we understand the boat more and more and I am really impressed how well the 10.10 sails in many different conditions. I have optimized the sail plan a bit. We were able to significantly improve the Upwind performance this year and the new Codezero / Gennaker we can use together with the Genoa as Staysail up to 20 kn TWS and 90 TWA. I am a bit worried how much load the rig can tolerate in this configuration.
At the beginning of the season, we sailed against Milou and Frida around Denmark (500 nm). And we were able to beat both in real time without correction! :) Especially the last 70 miles were great with reaching coditions with around 25 kn TWS and between 90 and 145 TWA. On these last miles, we took over 90 minutes of one of the best German Italia 9.98. :)
At the end of September at the silverrudder, Bernd and his Milou and me were able to win our Classes. Solo with gusts up to 50 kn TWS very close to shore, it was a bit of work. :)

The boat always feels realy safe. cool.....

The idea with the 1030 is very exciting. As far as I've read, she should plane earlyer and faster.

Will she have the same righting moment as the 10.10? or does she need the speed through the water to be stable? Does she need water ballast? or foils? Will she need more downwind to reach the rating? Could she also win the Fastnet for example? Or is she a boat for the Transquadra? Sorry for all the questions. Probably I have to come to Lorient again to test it myself :)

Kind Regards

Jonas 10.10 Nr.44 😊"



Mise à l'eau du JPK 1180 n°4 dans une version "Cruiser/Racer"

Richard Fromentin, le propriétaire, a remplacé son JPK 1010 "Cocody" par un JPK 1180

Au programme , de la croisière familiale et des régates en équipage.

2IMG_4650.JPG

Dans cette version "cruiser/racer" le bateau a gagné en confort pour la croisière.

Hublots de coque, salle de bain plus grande, équipets multiples de rangement, eau chaude et douche int/ext etc...

Magnifique dans sa livrée bleue et argent Richard et son équipage vont s'attaquer à une première saison de régate avant de partir sur les croisières estivales.



Baptême du JPK 45 n°7

Yves et Laure, les propriétaires ont le sourire, ils viennent de prendre livraison de "Rossinante" leur JPK 45.

Dans une version de boiserie en Alpi noyer et avec sa couleur de coque "vert lagon'" le bateau est superbe.

Dans 8 jours il voguera vers Madère puis l'Arc antillais.

Belle vie à "Rossinante" ....


IMG_4809.JPG

"Rostanbar 2" le JPK 1010 de Philippe Mazoyer vainqueur du Trophée UNCL Méditerranée

Philippe Mazoyer nous résume sa fabuleuse saison en équipage à bord de "Rostanbar 2" son JPK 1010 alias "Bidourik" de Geneviève et Alain Leroux (avec dèja un palmarès très fourni).

Prochain objectif, une saison en double avant de basculer peut être sur le nouveau JPK 1030.

noname-6.jpg

"Rostanbar 2" bascule en Duo
La saison 2018 s'achève par un superbe triplé des JPK 1010 au Championnat Méditerranée, Eric Merlier en solo, Guy Claeys - Romain Bricier en double et notre "Rostanbar 2" en équipage!
Avec des voiles neuves, un bateau très bien préparé, l’aide décisive de Sylvain Chtounder d’Incidence Sails et un Team de 15 équipiers a permis de voir rapidement la différence en assurant de belles victoires à la SNIM et à la 20ème Semaine de Porquerolles.
Ce confort pris dans le classement grâce à ces 2 régates marquant près de 100 points combiné aux efforts maintenus sur les 3 autres nous a permis de terminer cette saison 1er au championnat équipage devant "Almogaver" et "Raging Bee".
Toutes les régates ont été courues avec du vent et à chaque fois avec un peu plus de JPK !
L'équipage s'est principalement concentré il est vrai sur les régates Inshore (et remporte par la même occasion ce trophée) mais pour permettre en parallèle de débuter d'une très belle manière le projet duo sur le même bateau Philippe Mazoyer et Camille Béglot (avec l'aide d'Elisabeth Mazoyer) finissent entre autre 3ème aux 100 Milles de Port Grimaud et 5ème à la Quadra Solo ce qui les classe au pied du podium duo avec 5 manches courues / 6 retenues.
Bravo à tous les équipiers qui peuvent être fiers du parcours de Rostanbar 2 !!



Middle Sea Race 2018 Récit de la course par Jean-Pierre Kelbert

Victoire Overall du JPK 1180 "Courrier Recommandé"

Rolex-Middle-Sea-Race-2018-300x300.jpg

Véritablement la course démarre à la fin du Grand Pavois de la Rochelle 1 mois plus tôt. Le bateau est alors chargé sur un camion destination Marseille. Il sera ensuite convoyé par Arnaud Aubry jusqu'à Malte après de multiples aventures et en déjouant les pièges météo.

Arnaud a comme toujours "assuré" et le bateau est bien là, parfaitement préparé lorsque l'équipage débarque de l'avion le 18 Octobre, 2 jours avant le départ.

Autour de Gery (Trentesaux), le propriétaire à l'initiative de cette aventure, une équipe de haut vol : Arnaud Aubry, Frank Legall, Xavier Gueguen, François Lamiot, Eric Sandra, Jean-Pierre Kelbert et Alexis Loison le champion du bord !

La plupart d'entre nous ne connaissent ni Malte (magnifique) ni le parcours de la Middle Sea Race réputé exigeant. Le challenge est excitant et la pression est palpable car lorsque l'équipe de Géry débarque sur une course c'est avec des ambitions de résultats.

Pour le chantier, c'est aussi un challenge car nous courrons sur le dernier né de la gamme, le JPK 1180 qui a été dessiné par jacques Valer dans un esprit plus Off shore que ses petits frères. Le bateau a déja performé cette saison. 1er sur la Semaine de Cowes, le Tour de l'ile de Wight, La Trinité/Cowes. 2eme aux Scottish series, au Spi Ouest France, à l'Armen Race. Il manque une course majeure pour "lancer" le bateau.

Samedi 20 Octobre 12h40 nous sommes en procédure de départ sur une ligne très courte et encombrée lorsqu'un Dufour 50 n'arrive pas à répondre à notre lof et nous percute sur l'AR babord. Un chandelier est arraché et nous sommes bloqués contre son bordé sans possibilité de manoeuvre.
C'est très chaud mais au final plus de peur que de mal. Parti bon dernier de notre classe nous sortons tout de même 2eme à la bouée de dégagement et prenons rapidement les commandes dès l'envoi du spi lourd pour un petit bord de 3 milles.

Clairement, on avance comme des avions dans les 20 nds établis du moment. Bouée 2 enroulée, nous partons pour un très long près de 65 milles avant le Capo Passero en dessous de Siracuse.

Seul concurrent a résister pour l'instant le J133 "Jivaro" mais ce dernier reste bien au chaud à 1 mille derrière. Partis 40 minutes plus tard, les maxis commencent à se rapprocher. "Rambler" un 100 pieds puis "Momo" 72 pieds nous passent à 50 m sous le vent et le spectacle est superbe. Les heures défilent, les régleurs et les barreurs se succèdent pour être toujours à 100% du potentiel. A la Nav, Alex affine la trajectoire et anticipe l'atterrissage sur la pointe. Le cap est bien négocié et on creuse sur nos poursuivants. Le vent va bientôt faiblir et les fichiers annoncent un vrai "magma" pour la journée de demain. Au petit matin ça tamponne déja et le vent va mollir jusqu'à 3/4 nds lorsque les ratings plus gros semblent être passés sans freiner. C'est toujours la crainte pour le classement overall mais nous savons aussi que pour nous la course se jouera vraiment dans sa seconde partie avec le vent fort annoncé après le passage du Stromboli. Pour l'heure l'idée est de limiter la casse en attendant des conditions plus propices.
Le dimanche se fera en mode "chasse à la risée" et le J 122 "Anita" très typé vent léger, est revenu proche de nous. Il faut naviguer finement pour ne pas arrêter le bateau et profiter des moindres souffles. Génois, spi ça manoeuvre fréquemment sur le pont mais l'absence de code 0 se fait sentir. François a fait le choix d'un code 5 pour la brise qui va venir plus tard. Le vent rentre enfin légèrement et adonne pour embouquer la mer Ionienne et le détroit de Messine. Le courant y est fort et contraire à l'heure prévue de notre passage dans la passe très resserrée et coudée à l'extrémité du détroit. Avec Alex et Gery ça discute depuis un moment de la stratégie à adopter pour sortir de là sans buter le temps de la marée. 5 milles devant nous "Orange mecanix" le XP 44 est déja stoppé à l'AIS. L'idée sera pour nous de traverser sous spi travers au courant pour changer de rive et rejoindre la cote sicilienne où le courant est plus faible avec la renverse de marée prévue en décalage favorable. A longer la Calabre dans les contre courants et à toucher la terre au près dans 10 nds de vent, on se croirait sur le lac Léman. Le moment approche et le suspense total .
Comment va se dérouler le plan ? Comment va t'on traverser le détroit, quel vent nous attend sur l'autre rive ? Le suspense est total et la concentration aussi. La manoeuvre est envoyée fissa et françois hyper concentré à la barre lutte pour ne pas arrêter le bateau . Ca défile positif sur la terre à 20m et une dernière risée nous sort du piège.
Véritable point charnière de la course le scénario va désormais se dérouler "tout à l'endroit" ! Messine a été négocié à merveille, bravo Alex. Seul " Anita" est encore dans notre sillage mais les autre sont encore "tankés" face au courant. Pour nous, c'est cap sur le volcan Stromboli à 35 milles. L'activité orageuse est forte et les éclairs zèbrent le ciel. Le vent shifte beaucoup. Spi max en VMG descente puis code 5 babord amure ca "droppe dans le djebbel" comme dirait Bilou.
Le J 122 a décroché et ne peut plus suivre. Le vent refuse en grand et j'ai moi aussi du mal à suivre le cap aux cadrans (dur de vieillir !) Alex reprend la barre et le grain est traversé au près avant de retrouver un vent sur tribord qui adonne. C'est parfait car la crainte était la négociation du dévent du volcan. Là avec 25nds venant du large ca va vite au largue serré et le spectacle est saisissant. Dans cette nuit noire, le volcan tout proche n'apparait qu'en ombre chinoise lorsque le ciel est chargé d'éclairs. Assis à l'ar avec Arnaud, on voit le sommet rougeoyant du cratère actif, c'est magique ! Gery barre d'une main sûre dans cette nuit noire et cette mer qui creuse. A la sortie de ces transitions nous avons "collé" 8 milles à "Anita". On ne le reverra plus car le programme à venir s'annonce musclé et favorable à notre bateau .

Au petit matin nous sommes au près dans 20/25nds de vent pour un bord qui va durer 90 milles ! Le près c'est dur mais sur "Courrier" c'est une chance car on va faire le ménage autour de nous.

IMX 45, XP 44 nous revenons sur les bateaux de la classe au dessus ! A la barre c'est très fin pour passer les vagues sans taper et garder le compteur au dessus des 8nds. Nous passons la journée à tricoter au gré des bascules avec tack change lorsque le vent dépasse les 25 nds. Xavier le N°1 est vif et puissant, la manoeuvre est vite envoyée.

La pointe Mondello au dessus de Palerme puis le Capo Vito marquent la fin de l'ascension ! La nuit vient de tomber lorsqu'on envoie le code 5 avec un ris dans la GV.

Ca va vite et le réglage des safrans est dur à trouver. Gery, Alex puis à mon tour de prendre la barre car c'est du pilotage assez exigeant dans cette nuit noire. Les nuages d'orage masquent la lune et on navigue au feeling. La mer se creuse, désordonnée. En milieu de nuit une claque plus forte fait partir le bateau au lof. Frank choque en grand et je redresse le bateau. La bouffe est violente et en se regonflant le spi embarque le bateau à la contregîte. Le départ à l'abattée est inévitable !

En 2 secondes nous sommes sous l'eau et je suis balayé violemment en AR avec Frank qui lui aussi se fait embarquer par le flot puissant. Nous sommes 7 sur le pont et Arnaud hurle "homme à la mer". Le bateau se redresse un peu et je sors la tête de l'eau ; Arnaud est penché sous le vent, il tient son pote Frank passé par dessus bord accroché à son écoute .. Je lui file un coup de main et Franck se retrouve à bord. Tout le monde est là ! Xavier attrape la barre qui se retrouve sans personne et remet le bateau dans l'axe. Alex qui a traversé le bateau à l'intérieur, vient en renfort et prend la barre. Avec Frank on descend se changer un peu choqués ! Dans le vrac, j'ai dû me cogner assez fort la jambe et c'est en mode "jambe de bois" que je vais terminer la course; un bel hématome à la cuisse et au mollet.
La course continue mais nous avons conscience que c'était un peu "chaud" car nous n'étions pas tous attachés. De son côté, Alexis s'est bien amoché le doigt avec une écoute de spi qui file sur le winch et lui fait taper fort la manivelle.
30 mn plus tard le spi est affalé car la nuit est trop noire et la mer trop croisée pour naviguer sans risques. 3 h plus tard il fait jour et Gery piaffe sur le pont pour renvoyer le code 5. Je comprends alors que l'esprit "Courrier" est bien celui là . Jamais de "mou dans la laisse" ! Gery est le 1er à vouloir mettre du charbon, toujours à 100% d'engagement.

Pendant 4 h, il barre et dévale les murs d'eau sans se faire piéger. Alex tout comme moi sommes impressionnés. Les wincheurs se relayent pour accompagner les surfs endiablés toujours entre 15 et 20 nds . Eric est puissant et tient la cadence à l'embraque .

François à la GV sauve à 2 reprises Gery en poussant à fond la barre pour éviter un nouveau départ à l'abattée. A l'horizon, des voiles se rapprochent et nous fondons sur des gros ratings et des bateaux 2 classes au dessus de nous ! Clairement nous sommes en train de faire un hold up !

Lampedusa est notre dernière marque de parcours avant Malte à 80 milles de là. On passe en parfaite Layline l'extrémité de l'île et je remplace Gery à la barre.

En longeant la terre sous le vent de l'île, les sentiments se mélangent dans ma tête. Plaisir de la course et du bon boulot accompli mais aussi le malaise dans ce lieu désolé et sinistre pour ces pauvres réfugiés.
Terrain de jeux pour certains, cimetière marin pour d'autres, quel drôle de monde !

Le dernier bord se fera à la bordé au près ouvert. l'équipage est "cramé" et c'est dur de rester tous au rappel. C'est sûr que côté sommeil nous sommes tous en grosse dette et on se succède par 2 à la bannette. 80 milles à 10 nds c'est vite avalé et la terre se profile enfin. Dernière abattée avant de s'engager dans le chenal d'arrivée. Il reste 4 milles à faire et l'angle à 125° du vent est limite pour le spi lourd et les 25 nds réels. François tranche, on envoie . Gery attaque à la barre et ça va vite. Le cap est serré et nous sommes à la limite trop car le grain va nous mettre à mal et l'affalage va se faire en mode "cata" avec la terre moins d'un mille sous le vent. L'arrivée est franchie mais trop tôt pour laisser exploser notre joie car beaucoup de bateaux sont encore en course.

Bateau amarré on s'offre un verre de rhum et un repas chaud. Le bonheur !

"Courrier Recommandé/ Custo Pol " remporte au final avec 4h d'avance le classement Overall !

Bravo Gery et merci pour cette belle aventure. Merci les copains et bravo Alex pour cette leçon de navigation.

Pour le chantier JPK c'est carton plein avec victoire Overall, victoire en IRC 5, en IRC 6 doublé des 2 JPK 1080 "Solenn" et "Rosko" mais aussi victoire en double de "Bogatyr".

Jacques est trop fort et le 1180 la machine parfaite pour toutes les classiques ....

 



Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26 

© Azimut Communication - website design & interactive kiosks
legal information