diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Actualités

Jean-Pierre Kelbert au Café de la Marine

jeudi 13 février 2014 19h

Restaurant Quai Ouest à la Cité de la Voile Éric Tabarly

P1160344.jpg
Document à télécharger :
     [pdf] cafedelamarine.pdf (145,88 ko)

Projet JPK 10.80

Lundi 30 Décembre 2013, il y a du mouvement autour du moule de coque et de pont du JPK 10.80

Une nouvelle étape dans le projet 10.80 vient d'être franchie avec le démoulage aujourd'hui de la 1ère coque et du 1er pont

démoulage du 10.80
démoulage du 10.80
Les pièces sont superbes et viennent d'être acheminées au chantier JPK (en attendant notre nouvel atelier, FR nautisme nous a loué une partie de son local) pour passer à la dernière phase, celle de l'assemblage.
Tous les morceaux du puzzle sont désormais disponibles et l'équipe est très motivée pour travailler sur ce nouveau modèle plein de promesses....
Les emménagements construits en infusion sur un moule complet sont déjà collés et stratifiés à la coque ainsi que les cloisons en sandwich. La structure est très raide et a donc permis le démoulage.
Pose moteur, plomberie, électricité, électronique, quillage, pose des boiseries et des éléments de confort, pose des inox, accastillage, pose des hublots et des panneaux ; les équipes vont se succéder sur le bateau pour terminer dans le timing prévu ce 1er 10.80 très attendu par les clients et....les concurrents !


2014

Une nouvelle année

Et toujours du vent, des régates, des voyages ...

Démoulage du 1080
Démoulage du 1080

Le projet du JPK 10.80 vient de franchir un nouveau palier avec l'infusion de la 1ère coque

Plan de drapage très élaboré pour obtenir une plateforme raide et légère tout en conservant une bonne résistance au poinçonnement

Comme toujours avec jacques Valer et l'équipe de Kévin à l'infusion, le devis de poids théorique se trouve vérifié à 5 kg près !

DSC00824.jpg
En parallèle la préforme du pont est terminée et prête au moulage.
Beaucoup de temps passé sur cette préforme qui a vu quelques évolutions par rapport aux plans.
Rien ne vaut en effet une maquette échelle 1 pour mettre tous les postes en situation et positionner tous les éléments d'accastillage.
Il en va de même pour le pont avec son décroché qui offre une vision extérieure avant depuis les 2 postes de veille tout en permettant la pose de rails transversaux pour les voiles d'avant, indispensables pour les parcours off shore.

Prochaine étape : la réalisation des outillages de quille, autre poste important . L'expérience du JPK 1010 qui vient de remporter en double le dernier Fastnet face à plus de 300 bateaux menés en équipage donne encore une fois de très précieuse informations...


Récit d'une victoire par Pascal LOISON

Rolex Fastnet Race 2013

Départ dimanche 11 août, devant le Royal Squadron, à Cowes; c'est le jour de l'anniversaire d'Alexis. Je lui demande ce qu'il veut comme cadeau d'anniversaire, nous convenons qu'une Rolex, prix réservé au vainqueur toutes classes, ce serait pas mal!

Pascal et Alexis LOISON sur "Night and Day" JPK 1010
Pascal et Alexis LOISON sur "Night and Day" JPK 1010
Même si nous en parlons, l'objectif affiché ce n'est pas la victoire toutes classes, c'est de gagner en double, voire en IRC3 puisque depuis le début de la préparation à ce Fastnet nous avons à chaque fois fait le doublé, que ce soit avec "Léon" sur Cowes Cherbourg  en septembre 2012 ou avec "Night and Day" cette année sur Cowes Dieppe, puis Cowes Dinard;  mais c'est vrai que la victoire toutes classes d'Alexis associé pour l'occasion à un autre figariste Joan Ahrweiller à la Channel Race a montré que c'était possible, alors pourquoi pas rêver un peu ?

La météo nous va bien, pas de gros temps annoncé sur toute la course,  pour nous du  louvoyage pendant deux jours, puis du reaching dans le médium, après on ne sait pas, c'est trop loin, ça va changer ; il semble que les gros ratings ( il y a des bestiaux de 100 pieds avec des ratings IRC supérieurs à 1,800 , des volvo 70 qui semblent déjà plus petits, plein de superbes bécanes qui vont aller beaucoup plus vite que nous) ne vont faire que du louvoyage, puis du vent arrière, donc pour une fois ils ne vont pas forcément être avantagés; les petits bateaux ont leur chance, à nous de l'utiliser au mieux;
parmi ces petits bateaux il en faut des polyvalents, car il y aura du reaching; ce n'est pas forcément la tasse de thé des tout petits ratings comme "Iromiguy",  Nicholson 33 vainqueur toutes classes en 2005, ou les comtessa 32 ou sigmas 33; bref  les JPK 1010, bien polyvalents, peuvent tirer leur épingle du jeu. Reste que dans tous les ratings moyens comme le nôtre, et en particulier dans les JPK 1010 il y a du beau monde,  "Foggy Dew"  vainqueur de la précédente édition dans sa classe faisant un peu figure d'épouvantail; en plus il n'est pas facile à contrôler car il est en classe IRC4 avec un rating de 1,006, alors que notre rating de 1,009 nous place en classe IRC 3, et que notre départ est décalé de 20 minutes après le sien;
En attendant le départ, on regarde, le spectacle est superbe,  le thermique de SW est en train de s'établir, les grands multicoques dont Spibndrift et Banque Pop partent en premier, la vitesse avec laquelle ils  traversent le Solent  en tirant des bords  est hallucinante; puis viennent les Imoca, les 40 pieds, et enfin le départ des IRC4  20 minutes avant nous; le courant est encore contraire, presque tout le monde part côté «  continent », Iromiguy est un peu seul côté île de Wight, il nous semble qu'il ne s'en tire pas trop mal, et que ça devrait être encore plus net quand ce sera notre tour avec la renverse qui se fait plus tôt côté île; "Foggy Dew" est côté continent et comme d'habitude ça ne semble pas se passer trop mal pour lui ! Bref nous sommes d'accord, on partira côté île, pour bénéficier de la renverse plus précoce et des « gauches » qui débouchent des vallées par SW; on sera plus maniables que les grosses bécanes qui partent après nous et on devrait pouvoir en gardant le côté île s'abriter des dévents;
Départ; on est un peu seuls côté île; "Raging Bee" l'autre 1010 cherbourgeois, en double également, est avec nous, ça nous donne un bon lièvre, les croisements sont chauds au départ, tribord je passe, babord, je te laisse passer, on finit par prendre un petit avantage, c'est mieux comme ça car 608 milles au contact ça promettait d'être difficile !
Sortie du Solent, comme souvent toutes les classes IRC se retrouvent là, les petits partis devant, les gros partis derrière , le Solent semble un peu petit!  Esimit Europa ( 100 pieds à quille basculante) passe à 10 mètres; il doit être à onze noeuds ouaouhhh , il est sous notre vent, ça a pas l'air de le gêner beaucoup ! "Raging Bee" longe les Shingles, ça n'avait pas marché du tout à Cowes Dinard, aujourd'hui ça marche ( comprenne qui pourra) et ils repassent devant ( Grrrr …..); on est donc toujours au contact du lièvre mais il court devant ….
Louvoyage entre les Needles et Saint Alban; le courant nous aide; objectif Portland; c'est le premier passage à niveau; les gros vont passer sans problème, pour nous, c'est moins certain, ce sera la renverse , probablement la mort du thermique, on espère que le synoptique de NW sera bien là. On repasse "Raging Bee" sur une petite bascule;
Portland: c'est toujours un moment clé; ça mollit; nous croisons "Swinhoe" de Philippe Vicariot; on va bien en vitesse pure, plusieurs options se dessinent, l'AIS permet une analyse plus fine de ce qui se passe dans les différents paquets de bateaux;
    ⁃    tout à la côte, babord amures, pour s'abriter du courant contraire établi maintenant à cet endroit; ça n'a pas l'air mauvais au début mais ça freine fort quand ils approchent de l'extrémité de la pointe; passera ? Passera pas ?
    ⁃    au large,  tribord amures, c'est plus logique, le courant est plus faible et va se renverser plus tard, par contre le vent semble bien mou, le cap peu rapprochant;
    ⁃    entre les 2,  c'est nous, au large au début  tribord amures pour avoir une renverse plus tardive, babord amures ensuite cap à l'ouest  pour être appuyés par le contre -jus qui sort de la baie de Lyme et prend une orientation Nord-sud au contact du Bill of Portland; et là miracle, une fois l'aplomb de la pointe de Portland passé, c'est une frontière météo, de l'autre côté on tombe dans le Nord ouest espéré on repart tribord amures cap direct vers Star Point; à quelques dizaines de mètres près, ça passe ou ça passe pas, les écarts sont énormes, ceux qui sont restés à l'est de la pointe vont mettre un paquet de temps à toucher le nouveau vent et à repartir; où est "Foggy Dew" ? Mystère, il était devant, mais plus à terre la dernière fois qu'on l'a localisé à l'AIS, l'avenir montrera que ça s'était bien passé pour lui aussi ! Quant à "Raging Bee" on ne le reverra plus;

Après le vent reste nord ouest, promis comme adonnant progressivement; on est au près tribord amures, un peu sous la route, ça va s'arranger, éloignons nous de Portland et des copains qui y sont encore ! On ne rentre surtout pas dans les baies,  on fait en gros la route directe vers Lands end compte tenu de l'adonnante à venir; il fait beau, c'est du près «  humain », il ne fait même pas froid;

A partir de Lands End, la question essentielle est le choix du parcours; on peut passer où on veut par rapport aux Scilly, au nord, au sud, voire dedans, mais il y a trois DST à respecter, qui sont des zones de navigation interdites;
    - celui de Longships est considérablement étendu vers le nord, le contourner par l'est semble donc risqué; c'est tentant au départ car on est dans une logique de près serré depuis le départ et dans cette route on continue à faire du près; et les cartes y montrent plus de pression; c'est la logique de contournement par l'est de la pointe de la dorsale, pour garder du vent; mais quand le SW espéré va s'établir, il va forcément arriver de l'ouest; combien de temps avant ? Pourra t on faire route directe sur le Fastnet ? A quelle vitesse ? Le gain espéré est faible, le risque élevé
    ⁃    Avant le départ de Cowes, les routages nous faisaient passer sous les Scilly, au bon plein, cap à l'ouest pour aller le plus à l'ouest possible chercher cette bascule;
    ⁃    mais nous sommes en avance sur notre routage ( c'est un «  défaut » du JPK 1010, ça nous arrive souvent), le timing annoncé de la bascule nous incite maintenant à passer à l'est puis au nord de l'archipel des Scilly; il faut au départ se faire un peu violence pour débrider les écoutes et passer sous le DST , par contre on ne va pas le faire longtemps, rapidement  on refera du près pour contourner les Scilly par le Nord en gagnant sur la route ; on ne sera pas trop dans l'est pour être certain d'avoir une allure rapide une fois le SW installé; on sera certain de faire la route directe vers le caillou et donc de gagner du temps par rapport à ceux qui vont aller plus dans l'ouest en passant sous les Scilly; enfin à court terme il y a une belle «  gauche «  à prendre à l'est des Scilly;
la remontée de la mer d'Irlande se passe bien; c'est du près dans un vent de plus en plus léger, on joue bien quelques bascules qui nous permettent de rester au contact de quelques figaro et autres bateaux théoriquement plus rapides; Warhorse, IMX 40 en double va bien et nous prend peu à peu 5 milles d'avance, il nous inquiète un peu celui là ! Et puis vient le moment du virement; on passe enfin babord amures, cap au 350, et ça va adonner nous permettant de faire la route vers le coin NE du DST Fastnet; le front chaud arrive, et avec lui le SW attendu et du temps irlandais; il pleut, on envoie l'asymétrique et ça va bien ! Par rapport à ceux qui étaient passés à l'est du DST Longships ( dont Alkaïd),  on est mieux car eux ne sont pas à une allure  spiable; par rapport à ceux qui ont plus investi dans l'ouest, ils peuvent certes spier plus confortablement, voire viser directement le caillou en passant à l'ouest du DST Fastnet mais ils ont beaucoup rallongé la route et peut être un peu trop; on l'espère en tout cas et on gère au mieux le bateau dans le vent bien soutenu et humide qui nous catapulte vers l'Irlande ( 25 noeuds de SW,  crachin); ça force et ça refuse un peu, on est à nouveau sous génois, plutôt contents pour ceux qui sont dans notre est et qui vont ralentir beaucoup. On arrive au WP virtuel du coin NE du DST Fastnet
Le contournement du DST Fastnet est le moment où on se dit qu'il se passe quelque chose; c'est souvent comme ça dans les courses qu'on gagne, il y a des enchainements heureux, des passages où on se sent en phase avec les éléments; il fait nuit, on fait du près babord amures dans du vent bien sud qui nous permet de faire route directe vers le caillou; on retrouve "Foggy Dew" à l'AIS; ils étaient donc bien toujours devant! On les espérait avec "Alkaïd".....Grimaces....Oui, mais ils vont prendre la « droite » annoncée plus tard pendant le louvoyage vers la bouée de dégagement Pantaneius. Du coup on va se refaire un peu car nous on va être plus proches du timing idéal avec du vent bien sud pour aller au caillou et  qui va prendre de la droite très vite dès qu'on l'aura passé.
Le passage du phare est un moment magique; on est à 500 mètres, on ne le voit pas !  WP virtuel lui aussi ? La tête de mât est dans un brouillard opaque, il bruine, il y a des bateaux partout mais on les voit au dernier moment, dans ces passages là l'AIS c'est bien car ceux qui ont contourné le DST par l'ouest arrivent sous spi pleine balle pendant que les autres arrivent au près. On continue babord amures une dizaine de minutes le temps d'envoyer au RORC le texto donnant  notre temps de passage( 00H 00 minutes et quelques secondes, ça ne s'invente pas), puis on vire et l'adonnante qui suit va nous permettre de faire une lay line parfaite de 6 milles sur Pantaneius Buoy.. On en profite pour faire le point sur le classement au caillou; on est super bien, tout reste possible même si Foggy Dew, 2eme overall au caillou  est un peu devant; bientôt du reaching, il n' a qu'un safran, on va voir ce qu'on va voir!
 Cap sur les Scilly ! Le vent est encore assez fort, l'allure assez serrée, les fichiers laissent à penser que dans une dizaine d'heures ça va refuser à nouveau; on renvoie donc l'asymétrique magique et on résiste à l'envie de faire de longs surfs, on cape un peu plus que la route, ce sera bon pour la suite; Foggy Dew cape un peu moins, ça nous conforte dans l'option, si on les suit ça va être compliqué de les doubler; le temps s'améliore, il ne pleut plus, le clapot n'est pas trop méchant, ça va vite, c'est rigolo l'asymétrique c'est une allure très régulière: peu d'accélérations foudroyantes, de surfs déments à raconter au bar,  c'est pas la conduite grand prix, mais une vitesse élevée, constante, c'est un peu le TGV; quand on part au tas ( ben oui ça arrive), c'est pas cher; là où avec un symétrique on s'arrête avant de remettre le camion sur la route, là on passe de neuf à huit noeuds, et ça repart quasiment sans toucher à l'écoute. "Foggy Dew" est maintenant visible, il tombe sous la route, on reste un peu au dessus, on s'accroche;  un peu plus tard ils remettent un génois, puis probablement un code zéro; nous on change rien, on continue sur la tranche, à chaque sieste, celui qui se réveille et qui n'a pas regardé depuis une demi heure le plan d'eau confirme, ils doivent moins bien dormir sur "Foggy Dew" car le relèvement évolue dans le bon sens pour nous.
Aux Scilly, la donne a changé; c'est nous qui sommes devant, deux petits milles, mais le parcours nous avantage plutôt; c'est du vrai portant, sous grand spi, c'est maniable, on est plus légers, ça va être compliqué pour eux! Il y a plein de bonnes nouvelles;  d'abord quand on regarde vers le nord, il y a un groupe de bateaux qui arrive sous génois en longeant Bishop Rock; ce sont ceux qui ont surfé les vagues dans le bord précédent et sont donc passés au dessus du DST ouest Scilly; parmi eux l'A 35 "Prime Time" qui était devant au caillou et qu'on aime bien mieux voir derrière; et puis la fée Internet  nous confirme qu'on est super bien au classement overall; la seule ombre au tableau est un certain MC 34 "Patton" avec Gery Trenteseaux; il est loin devant en temps réel, mais si le vent s'essouffle à la fin  ( un classique en baie de Plymouth) il peut tirer son épingle du jeu;
La dernière nuit semble bien longue; passé le Lizard il reste encore 40 milles! Une éternité …. On empanne à la bascule, mais surtout …..à l'AIS, seule façon de contrôler "Foggy Dew"; on a notre plan en baie de Plymouth pour chasser le MC 34, utiliser au mieux la fin du courant montant et le vent; mais on surveille les rétroviseurs et quand "Foggy Dew" tente d'aller à la côte un peu vite à notre goût on va avec lui ! Ce serait trop dommage qu'ils trouvent quelque chose et pas nous...... Gery  Trenteseaux a passé la ligne, c'est jouable.
L'arrivée est particulière; à quinze minutes de la ligne un front arrive et une pluie diluvienne nous tombe dessus; on n'y voit rien; une pensée émue pour les caméras qui  font des images et vont essayer de donner une idée «  sea sex and sun » de cette Rolex Fastnet Race avec ces images …. Pas de doute, metteur en scène, c'est un métier !
Grand moment d'émotion quand Noël Racine arrive et s'amarre à côté de nous......
Et à la remise des prix, où le soleil est à nouveau de la partie, le spectacle d'acrobatie aérienne somptueux, Noël a de nouveau le sourire, on fait des photos sympa des deux équipages des JPK 1010 premiers du classement overall, les anglais nous font une ovation d'au moins trois minutes et j'ai décidément les poignets beaucoup trop petits pour la Rolex......., encore une histoire de réglages !



AMAZING FASTNET !!

Exploit de "Night and Day" , 1er Overall

Carton plein des JPK avec 5 JPK dans les 10 premiers dont les 4 premières places de l'IRC 4 et le doublé sur l'overall avec "Foggy Dew" derrière "Night and Day" !

2013-rfr-richard-de-leyser-pascal-and-alexis-loison-rolex-ka.jpg
Même en rêve nous n'aurions pas parié sur un tel scénario !

Pascal (le père) et Alexis (le fils) Loison ont réalisé un véritable exploit en remportant le Fastnet non seulement dans leur catégorie IRC 3, non seulement dans la catégorie double mais tout simplement en remportant le titre suprême de l'overall devant un autre JPK 1010 celui de Noël Racine qui menait en équipage son célèbre "Foggy Dew".

En 88 années d'existence jamais un équipage double n'avait remporté le Fastnet car tenir à 2 pendant plus de 3 jours le rythme des bateaux menés en équipage est tout simplement hallucinant.

Toute la presse nautique internationale est unanime pour saluer cette performance et la belle complicité père /fils.
Pascal et Alexis étaient "attendus" (au moins sur le classement double) sur ce Fastnet car avec 4 courses du RORC gagnées sur 4 depuis le début de saison dont la Channel Race aussi remportée au classement overall, il était clair que "Night and Day" le tout récent JPK 1010 ne prenait pas le départ pour la balade !
Le JPK 1010 dans cette configuration quille droite, bi safrans et mât carbone haut module est d'une extrême polyvalence avec un haut niveau de performance à toutes les allures mais de là à tenir en double la cadence des équipages, il est clair que cela relève du très haut niveau. Chapeau aux artistes!

Pascal et Alexis vont bientôt nous raconter de l'intérieur la manière dont ils ont construit cette victoire.
Certes, il n'y a qu'un seul vainqueur "overall" mais sur les autres JPK la course a aussi été menée à fond et les résultats en IRC 4 sont totalement fous avec 4 JPK 1010 aux 4 premières places !

"Foggy Dew" 2ème de l'overall remporte la course en IRC 4. Après une course parfaite maitrisée de bout en bout sans aucune erreur de placement Noël déjà vainqueur overall du Fastnet en 2006 sur son JPK 960 est passé tout près cette année. "Night and Day" plus léger car avec 2 gars à bord au lieu de 6 a fait la différence sur le retour au portant même serré du début ou équipé d'un spi plat sur delphinière il a réussi à tenir l'angle serré du reaching quand "Foggy Dew" a du laisser porter pour tenir son spi plus volumineux.
Derrière "Foggy Dew", "Wasabi" de notre ami Vincent Willemart termine très fort également et réussi à contenir les autres 1010 "enragés" ! Pour l'épreuve l'équipe de copains habituelle s'était étoffée de Daniel Péponnet à la barre et Isabelle Joschke à la navigation . Encore du haut niveau ! "Wasabi" avait déja terminé 2eme en IRC 4 il y a 2 ans derrière "Foggy Dew".
3ème "Swinhoé" le 1010 vainqueur solo de la dernière Transquadra avec Philippe Vicariot a lui aussi été brillant et menaçant tout le long de la course. Il s'impose de quelques minutes devant "Alkaïd 3 " de Gérard Quénot lui aussi vainqueur mais en double de la dernière TQS. Gérard et ses fils tous excellents régatiers se font avoir de peu pour le podium mais n'ont pas grand chose à se reprocher  avec une belle trace limpide.

A noter aussi la belle performance de "Lanael" le JPK 110  de Didier Gaudoux qui termine lui aussi dans le top ten du classement Overall.

Au final, 6 JPK dans les 11 premiers, ce qui constitue une performance unique s'expliquant bien sûr par le potentiel des bateaux mais aussi par le niveau incroyablement haut de nos équipages de JPK et par une terrible émulation interne.

Encore une fois, un grand Bravo à notre magicien Jacques Valer qui est vraiment unique pour dessiner des bateaux fabuleusement rapides et incroyablement faciles.

UNCL Fastnet Race 2013 : les petits ratings aux avant-postes !!
Rolex Fastnet 2013 IRC Overall Fastnet Finish Results
Document à télécharger :
     [pdf] La voile française au plus haut niveau international (190,46 ko)
Pascal et Alexis LOISON
Pascal et Alexis LOISON

PORNIC BAIONA PORNIC juillet 2013

Du portant et de la pétole pour descendre, de la pétole et du près pour la remontée !

Epreuve géniale entre Pornic et Baiona à la limite du Portugal, cette année les conditions étaient parfaites pour la descente avec 15 /20 nds de Nord Est se renforçant à 25/30 à l'approche du Cap Finisterre.

cropped-bandeau.jpg
Ce parcours intéresse beaucoup de ceux qui feront la Transquadra l'an prochain car le parcours est toujours délicat à négocier au niveau de  la pointe Espagnole.. Ce parcours fait aussi escale en Espagne et l'accueil y est toujours chaleureux et festif.
Après une descente fabuleuse sous spi et belle lumière, l'atterrissage s'est fait dans la brume épaisse au cap Ortégal avec des pêcheurs partout et le bateau "pleine balle" au moment où on aurait souhaité freiner un peu !
Bref, après dissipation de la brume, majestueux est apparu le Cap Finisterre qui marquait la butée pour le régime de vent de NE. En dessous plus de vent et un regroupement quasi imparable. Avec Philippe Debicki sur "Léon" nous avons toujours talonné les "gros rating" pour passer une journée entière à tirer des bords de près au ras de la côte espagnole en compagnie de "Hey Joe" de Patrice Carpentier et Antoine Croyère.
Grand souvenir...
Dernière nuit dans une brume totale et un vent variable de 1 à 4 nds, les nerfs ont été sollicités avant de voir apparaitre dans la brume et comme une délivrance Baiona . "Léon" termine 2ème en réel (et compensé) derrière "Galatée" le A 35 du couple Goblet auteur d'un vrai hold up avec 8 heures d'avance suite à une option large osée mais très payante. Ils ne font en tous cas pas mentir l'adage " la vie sourit aux audacieux...".
Derrière "Léon" , "Laminak" et "Xanlite" 2 autres 1010 complètent le tir groupé JPK sur l'étape.
Très groupée ensuite la flotte va vite se retrouver sur les pontons pour fêter ensemble le plaisir d'être là avec accueil génial au yacht club et bar à tapas plus tard pour se raconter nos aventures...
Avec Philippe on a passé des moments super mais chacun reprend son sac car pour le retour, on cède la place à Kévin du chantier JPK et François- René Carluer qui souhaite essayer le bateau. La météo retour annonce la même chose mais à 'envers et cela risque d'être un peu plus long...  A l'heure qu'il est c'est "Hey Joe" qui a négocié au mieux la sortie pétoleuse du Cap Finisterre pour prendre 20 milles d'avance et marquer la flotte avec maitrise.
Bilan en fin de semaine mais une fois encore rien de mieux qu'une épreuve qui fait voyager, passer dans des coins impressionnants le tout avec une logistique simple, les bateaux revenants à leur point de départ.

Bravo aux organisateurs pour le coté Pro de l'organisation et le côté ultra convivial qu'ils ont su créer entre les coureurs qui ne demandent que cela...


COWES-DINARD

Carton plein pour les 1010 avec la victoire en double ( et équipage !) en IRC 3 pour "Night and Day" mené par le tandem père & fils Loison

Alexis 9eme du dernier Figaro navigue sur le 1010 de son père Pascal pour l'ensemble des épreuves double du RORC et le résultat est invariablement le même : la victoire !

Pourtant pas si simple surtout cette année dans le vent faible et le courant... Mais pas de problème quelles que soient les conditions ça usine à bord de "Night and Day" autant à la manoeuvre et les réglages qu'à la table à carte.
Pascal et Alexis sont fin prêts pour le FASTNET qu'ils abordent avec une étiquette de favoris....

Noel Racine sur cette même épreuve a lui aussi dominé son sujet mais en IRC 4. La limite de rating se situe à 1006 et on peut donc assez facilement jouer sur le rating pour intégrer une classe plutôt qu'une autre. Cette année Noel court donc tout en haut de sa classe et sur Cowes-Dinard une fois encore le bateau vert a pulvérisé ses concurrents. Noel et son fidèle équipage ont traversé les pièges sans erreurs pour s'imposer nettement. Noel prépare son FASTNET 2013  et ambitionne une nouvelle victoire après celle de 2011 ( JPK 1010 ) et celle de 2006 ( JPK 960 ).
Sur l'épreuve à venir la concurrence sera rude avec beaucoup de très bons bateaux et pas mal de 1010 "affutés" mais le bagage d'expérience de Noel est vraiment sans équivalent sur cette épreuve mythique.


CHAMPIONNAT UK

"Strait Dealer" et "Raging Bee", les 2 JPK 1010 de David Franks et Louis-Marie Dusserre se sont bien battus pendant le championnat IRC anglais que "Strait Dealer" avait survolé l'an dernier

Au final "Strait Dealer" termine 2ème et "Raging Bee" 4ème ce qui est un score élevé vu le niveau sur ce championnat anglais disputé cette année dans des vents n'excédant pas 5 noeuds.

De la pétole donc et du courant pour des parcours très piégeants. Prochain rendez vous pour les frères ennemis dans 15 jours au départ du Fastnet...


Quelle belle épreuve que cette Duo Atlantique !

Tous les ingrédients étaient une nouvelle fois réunis pour faire de l'édition 2013 un succès

Un plateau très dense et homogène, un parcours complet et varié, une météo favorable et une ambiance des plus sympas

"Bidourik"
"Bidourik"
 
Au final, "Bidourik" le JPK 1010 de Geneviève Levailant et Alain Leroux s'impose magistralement devant "Whalala" le JPK 960 d'Yves Salé et Benoit Champenac toujours aussi dangereux et le 3200 de Laurent Tilleau avec Mathieu de Prémorel eux aussi très constants dans le haut du tableau.
"Bidourik" s'impose grâce à une vitesse impressionnante (surtout au près) et une vista dans le choix des options sur tous les parcours piègeants ou non de la semaine.

Manche 1 : 
Reportée pour cause de BMS le parcours de dimanche se fera lundi dansdes conditions parfaites entre 15 et 20 nds d'ouest."Léon" le 1010 du chantier JPK s'échappe du bon côté de la baie sur ce 1er parcours en baie de Quiberon avec "Team wind" et ne sera plus jamais repris avant l'arrivée (sublime avec la lumière) au Palais à Belle Ile.

Manche 2 : 
Le régime de vent a changé et c'est donc dans 4 nds de vent que le départ sera lancé pour rejoindre Piriac. 2 heures après le départ le vent tombe complètement et les 1ers commencent pour certains à mouiller l'ancre pour éviter de reculer avec les 105 de coefficient de marée.
Bref, on efface tout et on recommence quand le vent s'établit progressivement en thermique. Le groupe de tête ne sort pas forcément devant et certains "malins" comme "Whalala" se "refont la cerise" en rasant Houat pour attraper les 1ères risées du thermique. Le groupe de terre passe donc devant sauf ce diable de Daniel Andrieu qui seul avec Laurent Tilleau arrive à s'extraire du paquet sous le vent. Au général, "Bidourik" prend la tête avec une manche de 2 et une manche de 3.
"Whalala" termine 2ème de la manche et "Anegada" le Chance 37 de 8 tonnes gagne grâce à son très bas rating et le "stop and go" du changement de vent. "Léon" se prend les pieds dans le tapis et décroche à une 17ème place fatale !

Manche 3 :
 
Toujours le même régime de vent très faible le matin tournant en thermique l'après midi pour cette 3ème étape entre Piriac et Pornic . Le local de l'étape "Batistyl" le A 31 mené par Cyril Legloaec se souviendra du scénario catastrophe qui va se dérouler et l'amener à une 43ème place.
Départ à l'anglaise sous spi et très vite le choix entre lelarge et la terre se pose de nouveau.
"Batistyl" optionne le large avec le gros de la flotte et termine très loin derrière à l'arrivée car, au final, le vent revient une nouvelle fois de la terre avec une rotation dans le bon sens.
La surprise du jour viendra de "Cavok" le 960 de Patrick et Anne Farcy qui gagne la manche en temps réel et donc très très facilement en compensé. Une journée pour les couples car Daniel Andrieu termine 2ème avec sa femme.
"Bidourik" (encore un couple !) se place une nouvelle fois aux avants postes et s'envole au général.
Avec 7 JPK dans les 8 premiers le chantier JPK est bien représenté sur cette manche.

Manche 4 :

Du près et un peu d'air pour la grande course retour entre Pornic et la Trinité. De nouveau, une lutte acharnée à tous les étages avec des petites rotations à bien anticiper. Le Grand Soleil 37 de Phiippe Betz l'emporte logiquement en réel devant 2 A35 et "Bidourik" qui claque la manche en compensé. La régularité paye et le classement général se profile avec "Bidourik" en 1, "Whalala" toujours placé en embuscade et Laurent Tilleau 1er des 3200.

La manche 5 ne changera rien au classement général mais se termine dans les conditions parfaites avec 15/18 nds d'ouest.
"Léon" part en tête mais ne peut rien faire contre la vitesse de "Bidourik" qui se place encore 2eme, détroné sur la manche par L. Tilleau qui sera le 1er à envoyer son spi sur le dernier bord adonnant.
"Whalala" se refait aussi la cerise sur ce dernier bord avec son grand asymétrique sur bout dehors quand la plupart termine sous génois.

"Léon" moins à l'aise que d'habitude en vitesse pure. Dans ce cas, on se pose beaucoup de questions ! Est ce que l'hélice se ferme bien? Est-ce qu'on n'a pas gardé de la vase sous le talon de quille? Est-ce que les voiles sont trop fatiguées ? Les réglages sont-ils bons? La voile, c'est compliqué parfois ! "Léon" laisse Gérard Quénot et son compère Luc (sur le sister ship de "Bidourik" et "Léon") rafler la 4ème place au général après une semaine très constante.

Au final, une semaine superbe de régate et une envie de se retrouver l'an prochain pour de nouveau en découdre sur ce format d'épreuve vraiment idéal.

Merci aux organisateurs et particulièrement à Antoine Croyère parfait en coureur/animateur.

 










Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24 

© Azimut Communication - création sites internet & bornes interactives
mentions légales