logo jpk

Quelle belle épreuve que cette Duo Atlantique !

Tous les ingrédients étaient une nouvelle fois réunis pour faire de l’édition 2013 un succès

Un plateau très dense et homogène, un parcours complet et varié, une météo favorable et une ambiance des plus sympas.

Au final, « Bidourik » le JPK 1010 de Geneviève Levailant et Alain Leroux s’impose magistralement devant « Whalala » le JPK 960 d’Yves Salé et Benoit Champenac toujours aussi dangereux et le 3200 de Laurent Tilleau avec Mathieu de Prémorel eux aussi très constants dans le haut du tableau.
« Bidourik » s’impose grâce à une vitesse impressionnante (surtout au près) et une vista dans le choix des options sur tous les parcours piègeants ou non de la semaine.

Manche 1 :
Reportée pour cause de BMS le parcours de dimanche se fera lundi dansdes conditions parfaites entre 15 et 20 nds d’ouest. »Léon » le 1010 du chantier JPK s’échappe du bon côté de la baie sur ce 1er parcours en baie de Quiberon avec « Team wind » et ne sera plus jamais repris avant l’arrivée (sublime avec la lumière) au Palais à Belle Ile.

Manche 2 :
Le régime de vent a changé et c’est donc dans 4 nds de vent que le départ sera lancé pour rejoindre Piriac. 2 heures après le départ le vent tombe complètement et les 1ers commencent pour certains à mouiller l’ancre pour éviter de reculer avec les 105 de coefficient de marée.
Bref, on efface tout et on recommence quand le vent s’établit progressivement en thermique. Le groupe de tête ne sort pas forcément devant et certains « malins » comme « Whalala » se « refont la cerise » en rasant Houat pour attraper les 1ères risées du thermique. Le groupe de terre passe donc devant sauf ce diable de Daniel Andrieu qui seul avec Laurent Tilleau arrive à s’extraire du paquet sous le vent. Au général, « Bidourik » prend la tête avec une manche de 2 et une manche de 3.
« Whalala » termine 2ème de la manche et « Anegada » le Chance 37 de 8 tonnes gagne grâce à son très bas rating et le « stop and go » du changement de vent. « Léon » se prend les pieds dans le tapis et décroche à une 17ème place fatale !

Manche 3 :
Toujours le même régime de vent très faible le matin tournant en thermique l’après midi pour cette 3ème étape entre Piriac et Pornic . Le local de l’étape « Batistyl » le A 31 mené par Cyril Legloaec se souviendra du scénario catastrophe qui va se dérouler et l’amener à une 43ème place.
Départ à l’anglaise sous spi et très vite le choix entre lelarge et la terre se pose de nouveau.
« Batistyl » optionne le large avec le gros de la flotte et termine très loin derrière à l’arrivée car, au final, le vent revient une nouvelle fois de la terre avec une rotation dans le bon sens.
La surprise du jour viendra de « Cavok » le 960 de Patrick et Anne Farcy qui gagne la manche en temps réel et donc très très facilement en compensé. Une journée pour les couples car Daniel Andrieu termine 2ème avec sa femme.
« Bidourik » (encore un couple !) se place une nouvelle fois aux avants postes et s’envole au général.
Avec 7 JPK dans les 8 premiers le chantier JPK est bien représenté sur cette manche.
Manche 4 :

Du près et un peu d’air pour la grande course retour entre Pornic et la Trinité. De nouveau, une lutte acharnée à tous les étages avec des petites rotations à bien anticiper. Le Grand Soleil 37 de Phiippe Betz l’emporte logiquement en réel devant 2 A35 et « Bidourik » qui claque la manche en compensé. La régularité paye et le classement général se profile avec « Bidourik » en 1, « Whalala » toujours placé en embuscade et Laurent Tilleau 1er des 3200.

La manche 5 ne changera rien au classement général mais se termine dans les conditions parfaites avec 15/18 nds d’ouest.
« Léon » part en tête mais ne peut rien faire contre la vitesse de « Bidourik » qui se place encore 2eme, détroné sur la manche par L. Tilleau qui sera le 1er à envoyer son spi sur le dernier bord adonnant.
« Whalala » se refait aussi la cerise sur ce dernier bord avec son grand asymétrique sur bout dehors quand la plupart termine sous génois.

« Léon » moins à l’aise que d’habitude en vitesse pure. Dans ce cas, on se pose beaucoup de questions ! Est ce que l’hélice se ferme bien? Est-ce qu’on n’a pas gardé de la vase sous le talon de quille? Est-ce que les voiles sont trop fatiguées ? Les réglages sont-ils bons? La voile, c’est compliqué parfois ! « Léon » laisse Gérard Quénot et son compère Luc (sur le sister ship de « Bidourik » et « Léon ») rafler la 4ème place au général après une semaine très constante.

Au final, une semaine superbe de régate et une envie de se retrouver l’an prochain pour de nouveau en découdre sur ce format d’épreuve vraiment idéal.

Merci aux organisateurs et particulièrement à Antoine Croyère parfait en coureur/animateur.

La newsletter du chantier

Retrouvez dans votre boîte mail nos nouveautés, les victoires marquantes de nos bateaux, notre présence aux événements du nautisme, et plus.

Abonnez-vous ci-dessous en deux étapes simples.