diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Transquadra

Clap de fin 1ère étape Lorient-Madère - Transquadra 2017/2018

Une semaine après l'arrivée à Madère de la 1ère étape de la Transquadra , il est temps de "débriefer"!

Pascal Chombart de Lauwe et Fabrice Sorin les heureux vainqueurs en double en temps compensé sur "Ogic" JPK 1010.

FVM_8287.jpg

 

Le format de la course en 2 étapes séparées de 6 mois est assez singulier et au final c'est un peu 2 courses différentes avec un cumul final des temps aux Antilles. Cette étape Lorient/ Madère est toujours très riche et intéressante avec la traversée du Golfe de Gascogne, la négociation du cap Finisterre et en général le déroulé final jusqu'à Madère.


A 3 jours près nous partions au près dans du vent soutenu (face au Beepox je n'aurais pas dit non !) mais c'est au portant médium + que le 1er tronçon a été avalé. La négociation du passage du cap Finisterre et surtout le choix de passer à l'intérieur ou à l'extérieur du DST (zone de traffic maritime intense interdite aux voiliers) a conditionné beaucoup de choses et a surtout établi une hiérarchie en tête de flotte. Clairement, ca passait à l'intérieur même s'il fallait accepter une zone de transition un peu ingrate entre le vent mollissant sur certaines zones et son orientation dans le nez. En solo, Alexandre Ozon sur son Beepox à quelques milles devant moi, mais invisible pour cause de panne de balise, a vite estimé que le "grand tour" par l'ouest du DST n'avait pas grand sens car rien n'indiquait de façon formelle que le vent y serait plus soutenu et mieux orienté. En revanche que la route était rallongée de 15/20 milles ça oui cela était clair dans le calcul. Dans le même état d'esprit et malgré une panne de fichier à ce moment sensible, j'ai opté pour la même stratégie. Alex a mieux exploité un couloir de vent plus écarté de la terre et avec mes positions a habilement négocié ce passage délicat. La course va se jouer en grande partie là autant chez les solos que chez les doubles. 100% des bateaux très bien classés à Madère auront opté pour "l'intérieur ".
Si devant le Beepox mange son pain blanc en touchant le nouveau vent très tôt avec en prime un angle idéal au largue pour viser Madère (de mon côté, j'ai poussé le bord assez loin dans l'ouest sous le DST pour toucher tôt la bascule ouest) , il n'en va pas de même pour les partisans du "grand tour". Parmi les favoris, au départ LS Resta le 1080 d'Olivier Burgaud et Louis Lagadec auront été les extrêmes ouest et donc les plus grands perdants. Dans une moindre mesure, "Bouznik'" le 1080 de François Valraud et Daniel Peponnet perdra lui aussi toutes chances de podium sur ce choix de tangenter mais par le Nord Ouest le DST s'appuyant sur quantité de routages en mailles fines !
Par l'intérieur, le 1080 "Agence directe" de Francois-René Carluer et Gwenael Roth auteur d'un début de course parfait et en navigation à vue la veille avec "Bouznik'" va coller plus de 20 milles aux malheureux sur le choix de l'option.
Tout proche en temps réel malgré sa petite taille, "Ogic" le JPK 1010 de Fabrice Sorin et Pascal Chombart de Lowe mène un train d'enfer et se retrouve 4ème en réel.
Parmi les grands favoris de la course après un début de saison en fanfare le redoutable duo ne fera aucune faute autant sur la conduite à 100% du bateau que sur la stratégie.
A la sortie du DST un pré classement s'établit et il ne va plus varier beaucoup jusqu'à la fin.
En solo, Alex fait corps avec sa redoutable machine, un Beepox de 15 ans d'âge qu'il connaît de la tête de mât au bulbe de quille. Ultra léger, ultra planant mené toujours à 100% par Alex toujours à la barre et de plus intraçable car non repéré sur les balises, il ne me laissera aucune chance ! J'étais pourtant satisfait de ma course et de ma trajectoire .
En terminant 1er et 2eme scratch devant tous les doubles, je pense qu'on a prouvé avec Alex que nous naviguions à fond tout le temps et que du match il risque d'y en avoir jusqu'à l'arrivée au Marin.
Les autres solos JPK 1010 "maison", Loulou Dussere sur "Raging Bee", Stephane Bodin sur "Enertek" et Jean-François Hamon sur "Charline" se sont tirés une bourre mémorable. Tous situés à l'extérieur du DST, ils ont tous perdu de précieux milles par rapport au "groupe de terre".
A l'arrivée, Stéphane termine 1 h devant Loulou un peu dépité avec pas mal de petites casses sur le bateau.
En solo et à part l'extraterrestre "Ozon" c'est un joli carton JPK avec 5 bateaux dans les 6 premiers, Ludovic Melnyk complétant avec son JPK 960 "Sous mama" ce joli tir groupé.
En double, "Agence directe" collé dans mon tableau AR à Finisterre aura tout essayé pour me passer mais non ! En tous cas, cela nous aura permis de mener à fond nos 1080 et de faire de l'écart derrière. En double, Francois-René et Gwenael terminent 1er en réel mais pour 15 mn se font battre en compensé par "Ogic" auteur d'un sans-faute .
3eme en réel "Bouznik'" va payer cher son option ext DST sur le compensé .
Les "petits ratings' ne sont pas très loin et c'est un A31 "Taigan" qui monte sur le podium devant "Alkaid " le JPK 1010 de Gérard Quenot et Jérôme Alpoda vainqueur de la Transquadra 2012 et de retour "aux affaires "!
Sur "Shaitan" le 1080 de Jean-Eudes Renier et Patrick Baune absent des relevés de balises durant toute la course, on aura connu une belle frayeur lorsque Patrick accroché en haut du mât pour défaire un vilain "cocotier" s'est vu voltiger après 2 empannages involontaires ! 2 heures plus tard, les 2 amis épuisés décideront de faire quelques heures sous GV seule pour récupérer des forces ! Venu d'Allemagne, "Frida" le dernier 1080 engagé se place honorablement pour ce sympathique duo composé de Tim Berhendt et Andreas Buchheim.
Heureux également, Jacques Amedeo et Brice Tailliandier sur le JPK 110 "Sephora". Une trajectoire impeccable et un rythme soutenu pour une magnifique place à l'arrivée. Bravo Jacques, tu te bonifies année après année ! En belle progression également, le JPK 1010 "El Soplo" de Daniel Robin et Jacques Rigalleau revient sur la transquadra. Entrainement avec le figariste Benjamin Dutreux, séquences de navigation tout l'hiver, le travail paye...

Dans la famille JPK, mention spéciale au JPK 38 "Avance au large". Jean-Bernard et Claire Palthey qui fêtait leur 20 ans de mariage en s'offrant une Transquadra sur leur JPK 38 de croisière.
Clin d'œil également avec le 1er JPK mis à l'eau en 2003 présent sur la course. Hugues Le Cardinal aura mené à bon port son JPK 960 "Mascarade" anciennement "Léon" " Léonardo" "Forget me not". Du côté des sudistes, le JPK 1010 Jubilations Corse d'Arnaud Vuillemin accompagné de Grégoire Bezie monte sur la 3ème marche du podium méditerranéen... Difficile de citer tout le monde ! Une chose est sûre; chacun a vécu sa course avec passion.

A terre, certains se sont aussi brillamment illustrés comme François Valraud notre interprète portugais (langue assimilée en 3 jours !) ou Olivier Burgaud qui trouvait là un terrain propice à la revanche ...  Bref du sport sur l'eau, de l'ambiance à terre , en un mot le bonheur !
Moins drôle, les bateaux sont désormais au sec sous l'aéroport de Madère à nous attendre jusqu'en janvier prochain.

Il va falloir vivre sans nos bateaux pendant 6 mois ! Bravo et merci à tous !

Jean-Pierre Kelbert



8 - A bord de Léon - 22 juillet 2017

Last night

Ca y est nous sommes dans le dernier run entre Porto Santo et la pointe de Sao Lourenço soit encore 25 milles à parcourir avant un dernier bord le long de la côte pour arriver sur la ligne devant le môle de Quinta do Lorde.

2IMGP6212.jpg

J'ai branché le canal 9, celui de l'arrivée, pour entendre le comité échanger avec Alexandre mais la marina est tellement enclavée et nichée derrière une haute pointe rocheuse que ça ne passe pas terrible !
A bord de Léon, je profite à fond de ma dernière nuit en mer; impasse sur le sommeil, on verra ça, plus tard ! Le vent m'a accompagné dans la
descente en adonnant fort peu avant le jibe.
La trace sur la carte est super tendue et c'est "joli". Les fichiers de vent pas mal "déconnants" au passage Finisterre étaient très justes sur la fin de parcours et j'en suis resté très proche attendant le plus tard possible une légère rotation Nord pour refaire mon décalage. Au moment d'empanner sur la plage avant, je mets le pied sur un truc souple et glissant ! whaou un gros calamar !
Porto Santo se découpe en ombre chinoise sur mon tribord. Vraiment très beaux les massifs qui se détachent de la mer et du ciel sans lune mais très étoilé. En arrière plan l'île principal de Madère, massive et sombre. Le bateau glisse sans bruit dans ce vent de 15 nds . Dans le sillage auloin un faible feu, sans doute François-René et Stéphane sur Agence Directe. ils sont restés derrière. je préfère !
Ca va faire beaucoup de JPK aux premières places avec dans les 6 premiers 3 JPK 1080 et un 1010 sans parler des temps compensés.
Je vous ai laissé au moment où je devais affaler mon spi et enrouler lafalaise de la pointe Sao Lorenzo. Au petit matin et avec une lumière sublime, je ressens une belle émotion en remontant au près mon dernier bord. Sur le canal 9, je préviens le comité et franchis la ligne vers 9h ce matin plus de 2 h derrière ce diable de Team2choc.
A la marina, Sophie, Isaac et les amis sont là. Toujours top ces moments de retrouvailles. Au ponton le comité d'accueil applaudit! C'est vrai qu'on a fait du beau boulot ! je retrouve ce diable d'Alexandre et son furtif Beepox.
Autant je n'ai rien vu de sa course à part la 1ere nuit autant il n'a rien raté de mes bords car jamais à plus de 10/15 milles de moi . Certes son bateau va vite au portant mais quel régatier , il a navigué à 100% tout le temps et son engin plus spartiate que le mien doit être sacrément exigeant. Chapeau mon gars mais attention, je n'ai pas dit mon dernier mot. Je vais être surmotivé en janvier pour la revanche , c'est sûr !
Je vous laisse car les arrivées vont se succéder maintenant et je veux accueillir les copains car la course c'est bien mais au fond du fond c'est bien d'aventure qu'il s'agit et de moments partagés.
Bises et à cet hiver pour la suite du programme.
jp



7 - A bord de Léon 21 juillet 2017

Damned il est devant !

Au secours, il semblerait que le Beepox soit devant d'après sa position sur Marine traffic.

1IMGP6181.jpg

Je le voyais un peu comme ça sachant qu'il avait 8 milles d'avance au cap Finisterre et que depuis on navigue en mode glissade là où il excelle. Si ça se confirme, oui je suis bien sûr déçu car je ne vois pas bien ce que j'aurais pu faire de plus. Il me reste l'objectif de mettre Agence directe, le 1er double, derrière moi et de me préparer pour la revanche de cet hiver !
Dès la 1ere nuit en quittant lorient, j'ai su que ça allait être "chaud patate" pour contenir Alexandre et son ULDB . L'inconnue c'était le bonhomme et de savoir s'il pouvait tenir la cadence ou pas. Apparemment oui! C'est quand même dingo que ce soit 2 solos devant toute la flotte !
Spontanément je pense aux discussions qui vont suivre avec Jacques mon architecte préféré qui au départ avait lui aussi considéré le Beepox comme un épouventail spécifiquement pour cette course. A voir, s'il ne faut pas dessiner un scow moderne étroit et super light pour un quasi mono programme. C'est comme ça quand on fabrique et qu'on navigue, on peut tout imaginer !!
A 21 h, il me reste encore 80 milles à parcourir et 2 empannages pour parer l'île de Porto Santo et enrouler la pointe de l'île de Fora juste avant l'arrivée. Rester concentré jusqu'au bout car avec 20nds de vent et une jolie houle qui fait rouler le bateau, il va falloir assurer les jibes .
Je me rappelle l'arrivée victorieuse il y a 3 ans ici avec Hervé juste devant "Yolo". Un super moment. Je me souviens aussi en 2008 sur mon 960 être arrivé 2eme derrière Philippe Massu avant de le battre sur la 2eme étape et le général. Je découvrais le solo .
Beaucoup de choses positives me traversent l'esprit et je me sens très bien, paisible. Je "reviens" sur le bateaui, je vais enfiler mon pantalon de ciré ( ça mouille devant !) et mes shoes de pont pour lancer mon 1er empannage . J'arrive par l'ouest et ça me va bien car le vent a légèrement tourné comme prévu en fin de bord. Je réalise que je navigue tribord amure depuis 3 jours , ça va me faire bizarre !
Je vous donne des news dès que je peux.
Et Merci à tous de me suivre ...
Bises
jp



6- A bord de Léon 21 juillet 2017

A 193 milles de l'arrivée !

Nuit magique et petite frayeur ! Quel bonheur d'être sur l'eau cette nuit avec le vent bien revenu, l'angle idéal et lavoûte céleste à portée de main.

IMGP6194-1.jpg

Et pourtant un petit coup de flip 2h avant quand ma centrale NKE s'est mise à beeper fort. Oh là ! Je décide de couper le NKE et de la redémarrer. Pas simple car plus personne à la bar . Je coupe l'inter dedans et je rallume aussitôt en me jetantsur la barre avant que le bateau ne s'mette en vrac .
Les compteurs affichent des lignes vides et ne retrouve pas les adresses !
Gros moment de solitude, scoché à la barre sans électronique . Je gamberge puis recommence la manip . "yes" ça repart ! J'ai vu ma vie défilée en me disant 30 h de barre ça doit le faire jusqu'à l'arrivée !
Mais non pas de stress, Fred m'a fait une top installation avec plan B en cas de soucis.
Bref j'ai encore plus apprécié mon canard aux cêpes bien installé dans mon siège baquet de cockpit en scrutant sur l'AIS les cargos en transit des Açores (j'imagine ) et qui me coupe la route. KOBE STAR, PINARA, LIBERTY GRACE. J'adore les noms de cargos c'est vraiment évocateur d' Aventures, de voyages, même si à bord on doit être loin du concept !
je m'allonge un moment pour être OP cette nuit si besoin et effectivement vers 2h ça commence à chuinter crescendo contre la coque. Pas de doute le vent rentre.
On ramasse la literie, je sors vite fait prendre la "température" et il va falloir loffer un peu car le vent refuse en forcissant à 20 nds et je suis en dessous de mon waypoint d'arrivée. D'abord tout matosser avec un peu de méthode puis je demande au chef ce qu'il veut. Débrasses et descends de la pointe tangon, lâche du barber et borde léger de l'écoute, Bordes GV et lâches un poil de halebas, reprends du foc et mets moi un peu de tension dans le pataras. Et c'est parti, le bateau s'anime et le compteur monte. Au mieux nous sommes à 13.5 nds de vitesse constante mais par moment à 125% de
la polaire !
Et moi je suis là et je me remplis les sens ...
Et dire que dans 24 h je suis à terre !
bises



5 -A bord de Léon - 20 juillet 2017

J - 2 "Nuit calme" , je pense qu'on pourrait baptiser ainsi la nuit passée.

Avec 17/18nds de vent à 150° du vent réel, le bateau glisse tout seul dans un gentil "froufrou" propice au relâchement ! le "Léon" tyrannique a laissé place à une gentille fée qui s'occupe de tout.

_1-imgp6212[1].jpg

C'est vraiment parfait ce sac de microbilles que Richard m'a prêté. Il prend ta forme et tu te retrouves parfaitement calé et stable.
J'ai de nouveau enchainé mes séquences "dodo" par tranches de 40mn. Un oeil sur la carto pour voir si le vent n'a pas bougé et s'il n'y a pas de cargo à l'AIS (encore 2 croisés cette nuit). Un check sur le pont et sur les réglages, un coup de charge moteur pendant 30 mn puis retour dans le cocon avec quelques pages de "Quand sort la recluse" de Fred Vargas.
Attention JP tu es en course, il ne s'agit pas de mollir !
Je fais tourner quelques routages et j'hésite toujours à rallonger la route en arrondissant par l'Est où la pression semble un poil plus soutenue.
Là c'est une question pour les matheux ou plus justement pour le logiciel Adrena ! De combien la pression doit elle monter si je rallonge ma route de 10 milles environ ? Sur les fichiers le + de pression 20 milles sous le vent n'est pas évident, je dirai autour de 2/3 noeuds max.
Je reste donc sur ma layline directe en glissant un peu dès que la pression monte. Ca me fait naturellement faire une légère cuillère qui me va bien.
Dans le rétro, j'ai le 1080 de François-René Agence Directe. Il est 15 milles derrière. Je suis content car au DST il était à 2 milles. C'est vraiment là bas que ça s'est passé .
En revanche, Quid d'Alexandre Ozon sur "Team2choc" . Le Beepox rose est pourtant repérable (!) mais là rien . Je l'espère derrière mais je ne cache pas en avoir très peur de cet animal là. Le gars est une boule d'énergie et son bateau un véritable OVNI . Mais bon pour rien au monde je ne troquerais mon super Léon". Il a été top préparé mon bateau et c'est un pur régal de naviguer dessus. On se comprend bien tous les 2. Je m'occupe bien de lui quand il y a besoin et il me laisse tranquille dès que c'est possible.
Tout le monde est content !
Le vent rentre justement et à 140° du vent je suis à 11 nds bien appuyé.
Je crois que le patron m'appelle. J'arrive, pas de panique , tout va bien "Léon" je suis là !


carto TSQ

4 - A bord de "Léon" - 19/07/2017

"Pour que ce jour compte" ! Comme dirait Léonardo di Caprio dans Titanic !

Journée parfaite aujourd'hui qui contraste avec la journée ingrate et difficile d'hier. "En même temps" c'est la journée d'hier qui m'a mis sur le bon orbite.

1IMGP6212.jpg

Niveau NAV je me sens tout à fait en phase depuis hier soir et c'est très cool ! Depuis cette nuit, je pense avoir fait les bons bords.
J'ai de nouveau Adrena mais je ne m'en suis pas servi au passage Finisterre car les conditions sur zone n'étaient pas claires sur le fichier que j'avais, hormis le fait que le vent allait basculer à l'ouest.
Dans l'idée, je ne voulais pas rallonger la route en faisant le tour du DST mais je voulais le tangenter dans son sud pour ensuite ne faire que de l'ouest jusqu'à la bascule qui est finalement arrivée en milieu de nuit . J'ai viré lorsque le bord tribord est devenu un peu plus rapprochant que le babord 30° sous la route mais comme prévu ça a fait la cuillère, une jolie aile de mouette digne d'Hervé (!).  En mode pilote vent apparent j'ai beaucoup dormi par petites tranches sans risque car j'avais de la marge avant d'être en layline.
Au petit matin, je suis sur la route et je commence à choquer les écoutes . Je piaffais d'envoyer mon grand asy. Une fois en l'air avec un matossage à bloc, c'était parti au taquet sur "la portière" comme dirait Alexis. Une journée entière comme ça forcément ça doit faire du dégat derrière et c'est bon !!
Là, je viens de changer de spi en faisant un peeling ( spi dans spi finalement simple et très efficace) car je suis à 130/140° du réel toujours sur la route. Dans l'idée je veux tendre ma trajectoire et éviter de la route en trop.
Il est possible que ça adonne fort mais ma position me permet a priori de suivre les oscillations si besoin donc j'y vais tranquille avec foi en ma bonne étoile !
Donc le moral est très bon, je suis frais comme un gardon , propre ( 1ere douche ce soir) et avec les 18 nds de vent sur zone ça glisse facile et le roi n'est pas mon cousin !
j'ai même lavé mes chaussettes mais avec du paic citron (on ne se refait pas !) car pas de lessive à bord ! Pour finir un tagine poulet au citron trop bon. La journée parfaite je vous dis.
Quel contraste avec la journée et surtout la nuit au près dans la boucaille humide et froide.
Mais bon je crois que la clé de la 1ere étape était là et je suis content de mon boulot.
Allez on ne s'emballe pas la route est encore longue et le Beepox toujours hors radar.
Bises, je profite pour vous !
JP


carto TSQ

3 - A bord de "Léon" - 19/07/2017

N'ayant pas eu de classements ce matin difficile de dire si je suis 100% satisfait de ma nuit.

Une chose est sûre j'ai fait ce que j'avais décidé de faire sans tenir compte des positions des uns ou des autres.

IMGP6181.jpg

Après une séquence tricotage entre terre et DST où j'ai préféré faire des bords assez longs pour ne pas à avoir dématosser trop souvent . Ca en fait des sacs et des caisses à transbahuter. Je n'ose pas imaginer en Imoca !
En général, je commence par enlever le ciré car suées garanties. Donc une fois paré le DST, j'ai poussé mon bord très loin à l"'Ouest en attente de la bascule de vent. Au final, elle est arrivée mais plus tard que prévu. Pas grave, l'important était de dessiner une jolie aile de mouette et sur ma carto ça ressemblait à ça. L'important surtout était de toucher ce nouveau vent avant les autres et notamment le fantôme Team 2 choc apparemment revenu dans les classements. Je l'imagine plus est que moi mais on verra cela plus tard. Une fois fait mon joli dessin sur l'eau, après être bien rentré dans le refus avant de virer, je me suis retrouvé tribord amure 10/15° sous la route directe ce qui était pluitot bon en attente de la rotation progressive à droite pour 1 faire la route directe et 2 choquer les écoutes pour envoyer le spi asy max ce que je viens de faire à l'instant à 8h30 ce matin.

Côté sommeil, on peut dire que je me suis "gavé" cette nuit. Avec le vent assez régulier et la mer correcte, le bateau a bossé tout seul avec son pilote. J'ai dû enchainer 5 séquences de 40mn au moins ce qui est génial. Le pilote était en mode vent apparent ce qui veut dire que le bateau suit la rotation du vent ce qui était parfait tant que j'étais "sous la route".

Comme j'avais pris "la confiance", j'ai raté le dernier lift du vent pendant ma dernière tranche dodo. Pas grave j'ai dû perdre 1 mille. Maintenant ,c'est route directe en tous cas pour l'instant à 100% de la polaire.
Coté cuisine, le risotto de François a eu du mal à passer. 3 jours dans le bateau sans frigo on va dire que j'étais en mode "inquiet" sur mes 1eres bouchées et j'ai craqué psychologiquement à la 10eme en balançant tout par dessus bord . Si François apprend ça ! "En même temps" pas envie de me retrouver l'estomac à l'envers.
Côté paysages, pas grand chose car c'est boucaille et encore boucaille.
Impressionnant en début de nuit, le zig zag entre quelques cargos . Je suis passé à 50 m d'un petit cargo à l'arrêt comme en dérive. Tout éclairé roulant dans la mer, c'était assez fantomatique et très beau à la fois.
En tous cas, je suis en pleine forme et j'attends de voir la suite...
Bises à tous


carto TSQ

2 - A bord de "Léon" - 18/07/2017

Nous y voilà enfin a ce fameux cap Finisterre !

Pas simple de choisir la meilleure trajectoire quand les fichiers ne sont pas concordants et que la situation sur zone ne ressemble pas aux prévisions.

IMGP6194.jpg

La journée de lundi était du tout schuss sous grand spi et pilote. La journée idéale sauf que le Beepox s'est échappé à la régulière.
Avec 22/25 nds, il conserve un planing constant lorsque nous sommes encore au seuil limite sur "Léon" pour décoller franchement. Résultat, il doit être 8/10 milles devant. J'attends la phase suivante pour recoller cad le passage du cap Finisterre qui se devait d'être venté et au près pour sa partie intérieure DST mais ce matin à 9h je suis à 4nds sur une mer plate et avec le vent en effet pile dans le nez. La patience sera la qualité à travailler chez moi car je suis très impatient de toucher la rotation à l'ouest puis NW pour de nouveau faire des écarts sur mes poursuivants et recoller à ce foutu bateau en CP !

Niveau fatigue ça tire un peu avec une nouvelle nuit blanche. En fin d'après midi, j'ai fait quelques empannages dans du vent (content de moi car tous passés nickel) pour venir m'aligner sur le couloir de vent et le cap d'atterrissage que je m'étais fixé mais assez rapidement après le coucher de soleil et alors que la brume humide envahissait le plan d'eau le vent s'est écroulé plus tôt que prévu ! Changement de spi (bon dieu qu'il est lourd ce maxi code 3 ) puis génois puis re spi bref "Léon" le tyran s'est bien amusé cette nuit. Le vent bouge en permanence et les heures filent. Il est 6 h quand le vent prend clairement de la droite et me voilà au près dans 18nds mais obligé de barrer car avec les "pieux" qu'il y a ici le pilote arrête le bateau.

Et moi j'ai sommeil et j'ai le matelas à bille de Richard qui m'attend en bas. On est en course donc on gére les priorités et c'est toujours pareil, le bateau en 1er ! Hélas le vent s'est écroulé donc bien pour le repos mais pas top pour faire la route.
Là je vais me préparer de nouveau mes oeufs bacon mais Hier matin je n'étais pas fier, les oeufs bacon était top sauf que ça sentait bizarre pendant la cuisson. j'avais oublié d'enlever le plastoche de protection au cul de la poêle ! Pas brillant mais on mettra ça sur le compte de la fatigue!
je vais récupérer de nouveaux fichiers météo et travailler un peu le routage à venir. J'ai l'impression de commencer ma journée de bureau !
Mais c'est quand qu'on se repose !?
Bises à tous

 


carto TSQ

1 - A bord de "Léon" - 17/07/2017

On va dire que je connais bien le coin avec toutes les sorties d'entrainement que j'ai pu y faire, donc se retrouver là pour le départ de la transat était un vrai cadeau.

Le départ était vraiment sympa hier avec la famille et les amis (merci Bruno et Denis pour les Zodiac) ici à Lorient dans des conditions idéales. J'étais comblé !

1LEON.jpg

Le vent est rentré juste dans la procédure et ça m'a permis de partir lancé là où je voulais, au bateau comité. Après avoir longé Groix proche de terre pour chercher les adonnantes, la bouée de Pen Men marquait le vrai départ avec cap sur Madère. assez rapidement, j'ai pu mesurer les forces en présence et donc je confirme que le Beepox 990 d'Alexandre Ozon "Team de choc" sera un vrai client ! Il y en a bien d'autres avec Loulou sur "Raging Bee" ou Jean-François Hamon sur "Charline" mais eux je les connais déjà; avec Alexandre, c'est différent car je n'ai jamais couru contre lui mais sa réputation est là et surtout son bateau "extrème" fait un peu peur !

Les JPK sont des bateaux très polyvalents pour être compétitifs dans tous les schémas de course quand le Beepox ne peut marcher qu'au portant et si possible venté. son étroitesse et son poids ultra light lui permettent de planer très tôt. Bref, après une nuit assez active, il est tout proche alors que j'ai l'impression d'avoir bien géré ma 1ère nuit.

De la manooeuvre, il y en a eu avec l'envoi du grand spi asymétrique sur delphinière 1 h après Pen Men puis peeling (changement spi dans spi) un peu "chaud" dans 25 noeuds et de la mer formée en milieu de nuit (plus facile avec Kevin à bord ou Hervé) quand le vent a pris de la droite. J'ai réussi à faire quelques siestes mais avec la mer croisée, le pilote demande encore des réglages.

Le jour s'est levé et j'ai fêté ça en musique (merci Rémi). Les oeufs de poule de Jean-Louis vont passer à la poêle avec du bacon et je me régale à l'avance.

Je vous embrasse. La vie est belle !


carto TSQ

La flotte JPK sur le ponton Transquadra à Lorient

"A bord de Léon" Les news de Jean-Pierre Kelbert à suivre dans la rubrique TRANSQUADRA

Un grand merci à tous nos coureurs JPK 960, 38 FC,1010, 110 et 1080 au départ de la Transquadra 2017-2018 Lorient-Madère-La Martinique

JPK 1080 de JP Kelbert
JPK 1080 de JP Kelbert

"Have a great race
Stay Safe, Sail Fast"


carto TSQ

Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10 

© Azimut Communication - création sites internet & bornes interactives
mentions légales