diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

News

SNIM 2021, "Rostanbar 2" JPK 1010 de Philippe Mazoyer

L’équipage malgré une météo compliquée assure le premier et troisième jour avec de l’air et au total remporte 4 belles manches de 1.

Avec la renverse mistral le dernier jour dans des conditions de vent musclées, "Rostanbar" claque la seule manche du dernier jour et conforte sa 1ère place au général remportant pour la 2eme fois la Snim en IRC4

IMG_2084.jpeg


L’essentiel a été fait avec des manœuvres super bien gérées, les manches ont été dures et les 3 autres JPK n’ont rien lâché !
Confirmation de notre super vitesse au pré et de l’efficacité de notre grand spi,
Bravo à nos concurrents Raging Bee, 007, Virus et également Epsilon et Ar Wech all Tiki too de l’Ansm!
L’équipage avec ma fille Barbara et les guerriers de Gérard Navarin n’ont rien lâché ! Très gros collectif.

 

Trois 10.10 sur le Podium il n’est pas encore à la retraite celui-là!!

 



SNIM 2021 en IRC3 SOLO

Récit de course du vainqueur Eric Merlier, JPK 1030 "Telemaque 3"

Cette année, les conditions météo étaient sportives et nous n’avons pu courir que 3 côtiers sur les 4 jours. La première course que l’on appelle la grande course et qui par tradition nous fait rentrer de nuit au port a donné le tempo.

SNIM-2021-J4-9086.jpg

 

La zone de départ est fixée en rade nord, le vent d’Est bien en place à 20 noeuds avec des bonnes claques.
Le parcours nous est communiqué au dernier moment… et nous courons avec les duos.

Signal d’avertissement on y est, c’est parti !

Premier plaisir, je vire en tête à la bouée de dégagement avec les copains duos et solos, juste derrière, le parcours nous fait descendre le long du Frioul sous le vent de l’île. C’est spiable mais relativement court.
En solo, on doit gérer son énergie, je ne spie pas, les deux 1010 en duos spient et descendent plus rapidement que moi, mais chez les solos ça ne spient pas donc pas de changement de stratégie.
Arrivé au sud du Frioul, c’est parti pour du louvoyage au près dans une mer très courte et profonde.
Ca monte à 22-26 noeuds en permanence GV haute et J2, je reprends sur les 1010 mais les choix tactiques nous dispersent pour nous regrouper au vent de Riou, là, ILOGAN qui est descendu assez nord, a pris de l’avance, je suis au contact de TELEMAQUE 2 (mon ancien bateau) avec Maxime Sorel qui est venu donner un coup de main à Sébastien Henry.
On vire Riou et on va pouvoir spier, la mer est totalement désordonnée et ça monte, on a des claques à 30.
Je connais l’endroit c’est très très chaud entre les îles, il ne faut pas se rater.
Je longe quelques minutes en ciseau Riou, pour bien préparer mon spi et avoir de l’angle au cas ou ça refuserait proche de l’île Maïre (je ne veux pas empanner dans cette zone et sur ce champ de bosse)….
Grand spi en tête J2 sur le pont ça pousse grave, tiens je viens de voir 14 noeuds sur le loch, rafale à 28 noeuds, tout est sous contrôle.
Après Maïre, il faut lofer beaucoup, pas certain que ça tienne sous spi, mais bon pour le moment je peaufine ma trajectoire pour limiter les perturbations de l’île qui sont copieuses !
Télémaque 2 est en vrac sur mon tribord (rupture de la balancine), je suis à nouveau 2ème derrière le duo de folie des deux Pierre.
Allez départ au tas pour ces deux là aussi.
Je sais que ça va être chaud je m’éloigne au maximum mais ça y est je me suis fait cueillir moi aussi, gros vrac je remets les safrans dans l’eau, ça repart et 5OOm plus loin, rien à faire encore en vrac, je remets à nouveau les safrans dans l’eau et j’affale dès que possible pour finir avec le J2, je coupe la ligne en cherchant les flachlight de la bouée derrière ILOGAN.
Première course gagnée, deuxième jour pas course, troisième jour un côtier que je remporte.
Et pour le dernier jour, encore un côtier, le vent est West maintenant, il est déjà fort et très rafaleu.
Départ rade nord, je ne suis pas bien placé et subis un peu, mais je m’accroche, mon pote Richard et son 1030 WALILI est quelques longueurs devant à la marque au vent, il perd un peu de temps pour abattre, je me glisse entre la bouée et lui et je pars pour faire monter le spi, je drisse, il est en tête, je lâche la drisse pour border et il redescend de 3m je n’ai pas bloqué le taquet !

Ça pousse déjà fort et il y a 3 mètres de drisses à reprendre maintenant, je m’arrache sur le winch, il est presque en tête mais je dois reprendre la barre, des grosses rafales avec de gros changement d’angle nous arrive dessus, c’est la guerre, les IRC 1-2-3 qui naviguent eux aussi en rade nord subissent les mêmes phénomènes, ça part au tas dans tous les sens, là-bas ça chalute…
Je suis sur la panne, il est hors de question d’empanner dans des conditions comme ça. C’est chaud et c’est à mon tour de partir au tas, je repars et affale en urgence, le Frioul est proche, c’est dangereux.
Le spi est en bas, le tangon aussi, J2 en l’air, on continue ….
WALILI aussi s’est fait un gros vrac mêlé avec un coquetier mais il s’en est sorti, ouf …
Dans sa mésaventure, il a perdu le nord et fait une erreur de parcours, il jette l’éponge.
Je passe la ligne et je termine la SNIM sur 3 victoires et remporte le championnat SOLO MEDITERRANEE au passage.

Je vais pouvoir remettre le vélo et la WINDSURFER dans le bateau pour profiter de Porquerolles hors saison maintenant !

 



Récit de course de Ludovic Gérard "Solenn for Pure Ocean" à la Rolex Middle Sea Race

La Rolex Middle Sea Race est souvent considérée comme le « Fastnet de la Méditerranée » et n’aura pas failli sa réputation cette année encore.

Les JPK sont encore venus en force : deux 1180, deux 1080, deux 1030 , un 1010 et même un 45FC tout neuf faisant une halte à Malte entre Lorient et l’Australie !

Ludo Gérard "Solenn for Pure Ocean" JPK 1080
Ludo Gérard "Solenn for Pure Ocean" JPK 1080

Avec mon fidèle 1080 « Solenn for Pure », après un convoyage express et non stop en solo (moins de 4 jours à plus de 7 nds de moyenne !), j’arrive arrive au Royal Malta Yacht Club. Pour finir une saison en solo et en double, dans l’optique de la transat Cap Martinique 2022 en double, j’ai décidé de courir la Middle Sea en duo cette année, avec Nicolas Brossay qui sera aussi mon équipier pour la transat. Après une 2ème place en IRC6 en 2018 et une victoire en IRC6 en 2019, en équipage, l’objectif est de finir sur le podium à nouveau dans notre classe.

 

L’accueil au RMYC est toujours aussi chaleureux, heureusement car coté météo nous ne sommes pas gâtés cette année avec une dépression qui s’installe au sud de l’Italie et Malte et apporte son lot de pluie et vent pour une dizaine de jours. Cette édition s’annonce ventée et humide, les records devraient tomber , notamment grâce aux maxis présents : Comanche, Rambler, Skorpios etc.

 

Les départs s’enchainent samedi 23 octobre à partir de 11h , c’est toujours aussi magique dans Grand Harbour de la Valette : sous les fortifications et aux coups de canon ! Nous voila partis avec les IRC6, direction Capo Passero et Syracuse en Sicile. Un flux de 20 nœuds de Nord Est nous y emmène assez rapidement, la flotte s’étale et c’est le moment aussi où les plus grands nous rattrapent, voici à gauche Comanche, à droite Skorpios puis les autres machines de guerre TP52, Ker etc

La mer commence à bien se former, le vent ne mollit pas et nous approchons rapidement de Messine avec 30 nœuds de vent d’Est. L’ETNA restera caché dans les nuages, décidément je n’arriverai pas à le voir, les fois précédentes nous étions passés de nuit ! Nos amis et voisins de ponton sur Jubilee doivent abandonner hélas sur problème avec la cale d’étambrai du mat, nous les retrouverons à Malte.

Nous passons Messine en jouant dans des vents légers et un peu erratiques, et bien sur dans les courants et contre-courants et nous sortons dimanche en fin de matinée, direction le Stromboli à plus de 10 nœuds au petit largue, par un vent d’Est soufflant à 30 nœuds.

S’ensuit une belle glissade au portant vers Favignana à la pointe ouest de la Sicile. Nous décidons d’envoyer le spi lourd S4 après avoir arisé la grand’voile, et le bateau s’envole, nous filons à plus de 15 nœuds, avec des pointes à 20 nœuds, doublons quelques bateaux qui ne spient pas. Le vent soufflant plutôt à 40 nœuds, nous décidons d’affaler puis d’empanner pour nous recentrer sur la route. Babord amures, nous tentons d’envoyer l’asymétrique lourd A5, mais la sanction est immédiate avec un départ au lof violent, impossible à rattraper sans affaler le spi. Nous voila calmés pour quelques heures ! Le nord Sicile sera encore piégeux avec un vent mollissant et tournant de manière inattendue, la nuit s’avère assez longue avec beaucoup de manœuvres et peu de sommeil. Petit temps pour le passage des iles à l’ouest de la Sicile, et c’est quasiment un regroupement pour la flotte avec les IRC 5 et 4 aussi … Le vent finit par s’orienter secteur Nord 20 nœuds et c’est sous grand spi que nous glissons vers Pantelleria et puis Lampedusa.

La fin de la course s’effectuera au près par 20 nœuds de vent et une mer très formée, surtout sur la côté Nord de Malte. Arrivée dans la nuit de mardi à mercredi, c’est l’édition la plus rapide pour Solenn for Pure Ocean !

 

Au final, nous finissons 1er réels des doubles, 2ème en compensé derrière le jpk 1010 Jangada, un duo anglais qui a très bien navigué et qui est bien revenu à la faveur de la molle à l’ouest Sicile, et 5eme des IRC6.

 

Un bilan plus que positif, le bateau va toujours aussi vite en course au large, et nous avons encore progressé dans la maitrise du bateau par vent fort. Cette course est dure et engagée, en double encore plus : nous n’avons pu dormir au mieux que par quelques tranches d’une heure ou 20 minutes, impossible de faire des quarts de deux heures sur cette course. Beaucoup de temps à la barre aussi, mais ça après la panne du pilote au Fastnet cet été, je commence à avoir l’habitude !

 

Bilan top aussi pour le chantier avec :

En IRC5 :

1er : Sunrise , 1180, qui manque de peu l’overall (long débat sur le changement de ligne d’arrivée à cause du très mauvais temps à l’arrivée….)

2ème : Rossko Racer,1180

 

En IRC6 :

1er : Foggy Dew, 1030

2ème : Bogatyr, 1080

3ème : Jangada, 1010 – aussi 1ers en double

5ème : Solenn for Pure Ocean, 1080 – 1ers en réel double, 2ème double

 

 

En ce qui nous concerne, l’hiver va être consacré à continuer à nous préparer pour la Transat avec des petites navigations offshore et des stages météo et stratégie, dans l’optique de la transat Cap Martinique.



Rolex Middle sea Race 2021

Scénario improbable pour la victoire Overall finalement attribuée au 100 pieds "Comanche" devant "Sunrise" le JPK 1180 de Tom Kneen.

Si la victoire de "Sunrise" était sans équivoque au regard des temps d'arrivée, il aura fallu un scénario météo improbable pour qu'une règle des instructions de course soit appliquée avec des temps d'arrivée calculés 15 milles avant le port de Malte.

msea21ka_07015.jpeg

En cause la météo violente annoncée pour l'arrivée des derniers bateaux encore en course avec des vents très mal orientés ne permettant pas de rejoindre en sécurité la ligne d'arrivée dans l'étroit passage donnant accès au port de Malte.

Par correction de temps, "Comanche" repasse donc devant "Sunris" et prive ce dernier d'une victoire pourtant effective.

Le bilan pour le chantier JPK reste cependant hallucinant avec un doublé des JPK 1180 en IRC 5, "Sunrise" devançant "Rossko Racer".

En IRC 6, "Foggy Dew" le JPK 1030 de Noel Racine termine 4ème de l'Overall. 1er devant "Bogatyr" 2ème ( JPK 1080) et "Jangada" 3ème (JPK 1010)

En IRC double, "Jangada" remporte la course devant le 1080 "Solenn" de Ludovic Gérard.

L'histoire de "Foggy Dew" mérite qu'on s'y arrête car Noel et Ludovic (Senechal) viennent tout juste de terminer leur 1ère étape de la Transquadra qu'ils ont animée en tête de course pour finir 3ème des doubles.

Dans la foulée, Noel a décidé de convoyer son bateau jusqu'à Malte pour participer à la Middle Sea Race. 1600 milles pour rejoindre Malte et aujourd'hui une belle récompense avec une 4ème place Overall en sandwich entre des 90 et 100 pieds menés par des équipages 100% professionnels et "Sunrise" le JPK 1180 également mené pour moitié par un équipage de pros.

La course de Noel Racine :
Le début de course s'est joué au près dans un vent médium pour finir en près légèrement ouvert dans la remontée du détroit de Messine. Déjà pointé 5ème Overall à ce point de passage, le vent s'est progressivement renforcé pour finir autour de 30 nds réel avec beaucoup de mer. Un bord débridé mène alors la flotte jusqu'au Stromboli avec à suivre un grand bord de portant très venté et très rapide. Attaqué en limite "haut de range" sous S4, Noel garde à l'esprit sa Transquadra car il doit préserver sa monture pour la seconde étape. Le spi est donc affalé pendant quelques heures en mode "conservateur" avant de repartir sous A5 afin de ne pas laisser s'échapper "Bogatyr" le JK 1080 de nos amis russes. La météo est alors très compliquée et le vent passe soudainement de 25/30 nds à 4/5 nds avec la mer du vent fort à la pointe S/O de la Sicile. Devant, les gros bateaux cavalent et changent de systéme météo. "Sunrise" arrive à accrocher le bon wagon et construit à ce moment sa victoire (!). Le compensé devient moins favorable aux "petits ratings" même si Noel , ludo, Romain et Chloé ne lachent rien comme d'habitude et s'appuient sur une super vitesse. La descente vers Lampedusa est un peu fermée par une zone de vent très mou mais dès que la brise revient, Noel, alors menacé dans sa classe par "Jangada", remet le turbo et reconstruit heure par heure sa victoire de classe toujours au contact de "Bogatyr" qui les accompagnera jusqu'au bout mais avec un rating un peu plus haut au regard de la taille des bateaux.
Derniers bords bien négociés avec Noel toujours aussi inspiré à la table à carte et les barreurs de haut vol qui se succèdent pour faire avancer le bateau.

La Middle Sea Race est une course terriblement exigeante avec toutes les séquences météo qu'il faut gérer et l'équipage est tout le temps sollicité, impossible de s'ennuyer !

La ligne est enfin franchie et le classement Overall (4ème) est une magnifique récompense qui s'ajoute à la victoire de classe .

Pour Noel, les réjouissances de l'arrivée sont déjà derrière. Il est temps de penser au convoyage retour de "Foggy Dew" jusqu'à Madère pour rejoindre ses camarades de jeu en attente sous l'aéroport de Funchal.

Bravo Noel à toi et ton équipe pour cette fabuleuse épopée...

 



Fantastique victoire Overall du JPK 1180 "Sunrise" mené par Tom Kneen et son équipage britannique

Rolex Middle Sea Race 2021

"Sunrise" réalise l'incroyable doublé Overall cette année 2021 en remportant au mois d'août dernier la Rolex Fastnet Race et aujourd'hui à Malte la Rolex Middle Sea race.
Aucun bateau à ce jour n'avait réalisé cet exploit !

Courue dans des conditions parfois dantesques, Tom avoue avoir connu des moments de très grandes frayeurs après le passage du Stromboli lorsque le bateau a dépassé la vitesse hallucinante de 30 nds et maintenu des moyennes de plus de 20 nds pendant plus d'une heure.

Pointé 1er à la sortie du détroit de Messine puis 3ème à Pantalleria, "Sunrise" est de nouveau repassé en tête à Lampedusa pour ne rien lâcher jusqu'à l'arrivée et remporter de 17 mn le trophée devant le 100 pieds "Comanche" et le 90 pieds "Rambler".

Extraordinaire vitesse, trajectoire et navigation sans faute, équipage totalement engagé et de très haut niveau, l'année 2021 est véritablement l'année de "Sunrise".

Bravo !


 

57b9dc59-70c9-4a24-adc4-f99534967b89.jpeg

Race results - Victoire Overall

Transquadra 2021

Bravo à nos champions pour cette fantastique 1ère manche

Solo :
1er Arnaud Vuillemin "Jubilations Corse" JPK 1010
3ème Stéphane Bodin "Wasabi" JPK 1030

Double :
1er J.Passini et D.Dubeau "Numérobis" JPK 1010
3ème N.Racine et L.Senechal "Foggy Dew" JPK 1030
4ème G.Quénot et J.Apolda "Blue Skies" JPK 1030

logoWhite.png

Contrairement à l'édition précédente, cette 1ère étape ne s'est pas déroulée 100% au portant, mais il a bien fallu tirer des bords au près jusqu'au Cap Finisterre pour toucher au final la bascule attendue du vent à l'ouest. Passage de fronts, bascules, les manoeuvres et la stratégie météo étaient au coeur du sujet et au final l'option ras de terre au cap Finisterre aura été l'option payante.

Estimée trop risquée par les "favoris", la porte s'est ouverte pour les audacieux "Champagne" (Figaro 2 venant de Méditerrannée), "Jubilations Corse" et "Blue Oscar" (le Sun Fast 3300 de nos amis Espagnols qui s'entrainent à lorient) qui se sont glissés dans un trou de souris pour se positionner en tête de flotte, avec 15 milles d'avance au 3ème jour de navigation lorsque le vent s'est ensuite établi au portant. Arnaud Vuillemin a clairement construit sa victoire sur cette belle option mais a surtout réussi à tenir ensuite la cadence jusqu'à Madère pour résister aux "furieux" du pôle de la Rochelle emmené par Alex Ozon, Stéphane Bodin et Jean-François Hamon mais également au vainqueur solo 2015 Pierrick Penvern toujours redoutable. A l'arrivée, "Jubilations" sauve son temps compensé devant un Alex toujours en très grande forme (impressionnant sur 2 relevés de position en mode attaque son grand A3) et Stéphane sur "Wasabi" qui ne concède que 30mn à son pote Alex sur cette étape et qui fidèle à son habitude a mis "la poignée dans le coin" ! Clairement, le jeu reste ouvert pour la grande traversée car derrière Jean-Fançois et Pierrick ne sont pas très loin non plus !

En double, "Foggy Dew" le JPK 1030 de Noel Racine a été toujours aux avants postes. Pour leur 1ère participation à la Transquadra, Noel et Ludovic ont parfaitement maitrisé leur sujet en terme de trajectoires et options météo mais également en vitesse tant au près qu'au portant. Contrairement à "Blue Skies" et "Wasabi", Noel avait conservé ses ballasts pour la course et cela lui a été bien utile sur la 1ère phase de la course. En embuscade le JPK 1010 "Numérobis" de Jean Passini et Dominique Dubeau construisaient leur victoire discrètement par une navigation appliquée et sans faille. Le JPK 1010 est LE bateau polyvalent par excellence et ce parcours varié était une belle occasion de le prouver une nouvelle fois mais il fallait pour cela le mener à 100% de son potentiel et faire un "0" faute sur la stratégie et la navigation. Les derniers miles parcourus avec la "pression" vont permettre au final à "Numérobis" de s'imposer devant "Foggy Dew" 3ème mais également devant "UShip" le SF 3200 de Patrick Isoard et Antoine Huchet qui réalisent eux aussi "la course parfaite". 4ème en compensé, "Blue Skies" le 1030 de Gérard Quénot et Jérôme Apolda a impressionné tout le monde en remontant de la 15ème place à la 4ème en 4 jours ! Positionné à moins de 2 h de "Foggy Dew" et 3 h30 de "Numérobis", ils gardent intactes leurs ambitions de victoire en double sur cette TSQ avec une 2ème étape qui devrait être favorable aux nouvelles carènes. Un grand bravo également à Frédéric Nouel et Denis Lazat sur leur JPK 1080 "Fondation de la mer". ils terminent 4ème en réel et 6ème en compensé après une course limpide et engagée.

La Transquadra garde toujours sa magie car les vainqueurs de cette étape n'étaient pas les favoris sur le papier. Les bateaux d'ancienne génération que l'on pensait dépassés sur ce type de course résistent plus que bien et les centres d'entrainement de haut niveau comme celui de la Rochelle ne sont pas les seuls leviers pour faire de la performance.

A suivre "la course vu de l'intérieur" par nos champions.

 

 



Arnaud Vuillemin "Jubilations" JPK 1010

Vainqueur solo 1ère étape Lorient -Madère Transquadra 2021

Livre de bord qui résume l’ambiance à bord et les choix stratégiques :

1IMG_0196.jpeg

Mercredi 18 :
Départ en 8 minutes, le coup de canon retentit et la flotte est lancée vers Madère.
La ligne est favorable à gauche, je choisi un milieu de ligne pour éviter trop de bagarre et pour avoir du vent frais. Les copains sont tous dans le coup et même pour cette régate longue distance, la bataille est rude et le départ tendu. La plupart de la flotte se jette vers une bataille de virement de bord le long de la cote nord de Groix. Je suis plutôt bien placé et je me bat avec les SF 3600 qui me doivent du temps. Passé Pen Men on abat un peu et la course est lancée. Nous sommes tous groupés avec manifestement un option plutôt Ouest vers le front annoncé. L’option de tirer des bords contre le vent ne me plait pas mais je suis la troupe.

Jeudi 19 août J1 : On passe un petit pot au noir, le vent a faibli hier soir, on a même eu de la petole. Difficile de dormir dans ces conditions. C'est très humide, il pleut de temps en temps.
Un peu fatigué après cette première nuit, mais le moral est bon on regrette presque les vents méditerranéens. J'ai eu un grain qui m'a poussé vers le sud, j'ai l'impression que c'est favorable... on verra bien...

jour 2: vent faible. J'optionne pour longer la zone de vent faible pour ensuite avoir un vent favorable. On espère que ce sera positif.
Sur les relevés de position, il y en pas mal qui ont poussé très au nord. Je doute que ce soit le bon choix, on verra.
Au bord de la zone de haute pression, le vent est faible, je vire pour faire une aile de mouette sur la zone de haute pression pour suivre le routage.
Sur les fichiers de positions que je télécharge sur mon ordi, il me semble avoir une position favorable
La nuit le vent est très faible avec une molle !! on se croirait en med !! avec une eau miroir. C'est magnifique avec parfois quelques reflets de lune quand les rayons arrivent a passer la couche de nuage
durant la nuit, je suis trop serré pour mettre le A3, ce sera donc le genois. C'est aussi une bonne option pour dormir tranquillement.
Cette nuit j'ai fait plusieurs bons sommeils. Je commence à prendre le rythme.
Actuellement sous A3 je file vers le cap Finistère à 8nds

Je me rapproche de l’Espagne en gérant les bascules de vent. Je touche le vent du cap Finistère qui contourne le cap. Le but maintenant est de raser au plus près de la cote espagnole pour bénéficier de l’effet de cote et diminuer le chemin parcouru. La mer près de la cote est plate et la navigation est super agréable au prés dans 15nds.
Je suis dans le groupe de tete. Mes options sont pour le moment bonnes. Mais la route est longue.
Tout va bien à bord. La vie s’organise. J’arrive à dormir, manger, etc… la gestion de l’homme est un point important en solo…

Jour 3
Ce soir, je savoure ma première place provisoire en temps réel et en temps compensé. Mon option Est, au ras de la zone de dévent a été payante. Tous les copains qui sont montés chercher de la pression à l'ouest n'ont pas été récompensés. Pourquoi, cette option Est ? Je trouvais que le vent annoncé à l'ouest étais trop de face avec une résultante en VMG défavorable. J'ai choisi un vent plus faible mais mieux orienté, au niveau VMG c'était très positif. Le risque était de devoir prendre le cap Finistère avec un vent de face, c'était l'incertitude. Mais finalement, le gain était malgré tout à l'Est.
Contourner le cap Finistère au près dans le petit temps a été particulièrement difficile, avec 10nds de vent et une mer très chaotique, j'avançais péniblement. Le temps était nuageux et pluvieux le matin. Puis en s'éloignant du cap Finistère sous la DST il y a eu un brouillard intense « a couper au couteau ». C’est une drôle de sensation d’avancer à l'aveugle. Heureusement il y a l'AIS, particulièrement utile à l'approche du DST
Alors je me permets de Jubiler de cette gloire provisoire face aux cadors bretons et leurs superbes bateaux. Je vais probablement me faire dépasser en temps réel par les sunfast ou autres JPK 10.30, mais je commence a espérer un podium. Ce soir c'est couscous appertisé et je profite de ma dernière pèche au coucher de soleil.
Je suis à la table à carte, sous spi, … j'entends des sifflements , je sors la tête du bateau, et plusieurs dauphins sont là aussi, pour faire la fête au coucher de soleil.
Bonne soirée

J-4: 22 au matin, bib bip, c'est l'heure de l'empannage.
21 nds de vent, ça s'annonce corsé. Petit réveil musculaire et c'est parti, la manoeuvre est réussie!!
Le vent s'est bien levé cette nuit, Jubilations gère seul, j'arrive à dormir.
Un peu anxiogène de dormir a plus de 20nds sous spi.

J-5: Hier soir et cette nuit, la monotonie s’est rompue!!
Le vent a legèrement tourné et fraîchit, du coup, j'avais du mal à tenir mon grand spi. J’ai pris un ris mais ça ne suffisait pas, je partais au lof, et le spi ne faisait que se degonfler en faisant soufrir le gréement et les voiles. En barrant ça allait mieux(grosse vitesse) , mais je ne peux pas tout le temps barrer. Donc j'ai changé de spi : petit spi lourd.
Le changement de voile ne s'est pas trop mal passé. mais je me suis rendu compte qu'il y avait un problème de pilote, le même que la dernière fois : la machoire qui tient la barre s'est désserrée. Du coup bricolage dans la baston pour le resserrer , en s'aidant du pilote de secours qui avait du mal à tenir le cap dans les vagues(empannages sauvages)... la loi de Murphy m’inquiète….
Bref j’y suis arrivé avec un peu de temps perdu et pas de casse, mais que de sueurs!!!

24 aout 16h
Dernier jour de mer avant l'arrivée à Madère. Il fait beau et chaud, le soleil du sud est difficile a supporter. Nous avons 15nds de vent à 135°. La mer qu'on voit danser... est bleue avec de beaux moutons. Sous spi ça glisse agréablement sans la pression des derniers jours. JPK 10.30 et sun fast 3300 sont logiquement passés devant. Sapristi lorsque ça soufflait fort avait des moyennes impressionnantes, jusqu'à 2 nds de moyenne de plus que moi. A ce rythme là il va faire le compensé en plus du réel. Je continue à me battre en faisant avancer Jubilations de mon mieux. Les pourcentages de vitesse sont bons. Le bateau va bien. J’ai juste cassé une poulie de spi, vite remplacée.
A bord, en frais il ne me reste que 2 pommes. J'en garde une pour l'arrivée et une pour la journée d'attente. J’ai aussi qq citrons verts pour le rhum...


25 août 2h54 :
Bon ben ça c’est fait. Victoire de la première étape de la Transquadra. C’est une chance de pouvoir combler ses rêves😀😀😀🍾

Finish

Voilà, clap de fin sur cette première étape de la Transquadra. Une étape ponctuée par une belle victoire pour Jubilations. 🍾🎉 c’est évidemment une grande fierté de finir en tête de cette belle épreuve, face a une concurrence atlantique de grande qualité. Je dois cette victoire à des choix stratégiques opportunistes dans le golf de Gascogne et à un acharnement sans faille pour tenir le rythme dans les grandes glissades atlantiques.
Il y a la victoire, mais aussi une expérience unique de communion avec la mer, le vent et mon fidèle bateau, mon JPK 10.10 Jubilations. Les images sont gravées dans ma rétine de couchers de soleil, de ciels étoilés, du Cap Finisterre dans la brume, des surfs endiablés….
La navigation en solo est fabuleuse par l’importance de l’implication de l’homme pour son bateau et pour la performance.
Je suis un peu triste de laisser mon compagnon sous la piste d’atterrissage de Funchal et impatient de revivre une nouvelle aventure en février 2022.



Carton plein cette année encore sur la Fastnet Race 2021 !

Victoire overall de « Sunrise » JPK 1180

Victoire IRC3 et double de « Léon » JPK 1030

« Sunrise » JPK 1180
« Sunrise » JPK 1180


« Sunrise » le JPK 1180 de Tom Kneen remporte non seulement sa classe IRC2 mais remporte le classement overall devant les 350 bateaux inscrits cette année.
En IRC double, Alexis Loison associé à Guillaume Pirouelle gagne sur le 1030 « Léon » dans la classe la plus fournie avec 73 bateaux au départ. Il s’adjuge également la victoire en IRC3 devant « Swell » et « Aileau » le JPK 1080 d’Olivier Burgaud .
« Raging Bee » le JPK 1080 mené en équipage par Louis-Marie Dussere gagne en IRC 3 « full crew ».
Au classement IRC 2, Richard Fromentin complète le podium avec une belle 3ème place derriere « Sunrise » et devant « Il Corvo » un autre 1180 Hollandais juste devant Éric Fries également sur un JPK 1180 .
Au total 6 podiums sur 9 pour le chantier.

Alexis raconte sa course avec une sortie de Solent musclée sous GV haute et J3 pour les 25 nds ++ en mode « bourrin ». Pas mal de casse au départ avec notamment le 1180 « Dawn Treader » d’Ed Bell pourtant parmi les grands favoris qui casse son mât après une collision.
Sur « Léon » tout se passe bien sur cette longue remontée au près. Rapidement, les concurrents directs sont bien là avec le SF 3300 de Henry Bomby déjà second double du dernier Fastnet, « Aileau », le JPK 1080 et le 1010 de Ludovic Menhaes qui joue l’IRC 4 et le double. « Léon »s’accroche pour rester au contact des bateaux menés en équipage et creuse régulièrement l’écart sur la flotte des doubles pour mener également en IRC 3. Devant en IRC 2, la bataille fait rage entre les 1180 et le leader ship de « Sunrise » ne surprend pas Alexis qui en sortie de Solent avait été impressionné par la « carbu » du bateau . Les milles défilent et le Fasnet approche. Au passage du phare, le classement overall donne « Léon » 4ème juste derriere 2 jpk 1180 et devant « Raging Bee » le 1080.
Clairement, les JPK sont de bons bateaux de près !
Descente au portant et déjà « Sunrise » construit sa victoire overall en restant juste devant la dorsale. Le 1er passage à niveau est là pour le classement overall. Sur « Léon », la course est parfaitement maîtrisée et l’écart se creuse doucement mais sûrement sur « Swell » (SF 3300 en version toilée avec grands spis asymétriques sur tangon) « Aileau » et « Raphaël » le 1010 de Ludo et David Le Goff qui font la course parfaite en IRC 4 et double.
Les Scillys approchent et la flotte des IRC 2,3,4 à l’exception de « Sunrise » vient tamponner dans une zone de molle. Les 10 milles d’avance que comptait Léon fondent et lorsque le vent revient, « Swell » n’est plus qu’à 1 mille. Le bord suivant autour de 15 nds petit largue est favorable à « Swell » et son grand spi asy. La fin de course va être terrible car le match est totalement relancé surtout que l’arrivée à Cherbourg ajoute un nouveau passage délicat avec DST et courant fort selon l’heure de la marée. Scénario Hitchcockien entre les 3 premiers double. Olivier Burgaud sur « Aileau » est un excellent régatier et avec son super équipier Sylvain Pontu tente une option terre qui a vraiment faillit passer ! Alexis est pourtant dans son jardin mais sur « Léon » l’heure est au marquage des anglais Henry Bomby et Shirley Robertson qui ont fait une course magnifique et resteront menaçants jusqu’au bout.
Clap de fin avec une nouvelle victoire d’Alexis (la 5ème en double sur le Fastnet!) et Guillaume devant « Swell » et "Aileau".
Celle là il a fallu aller la chercher, bravo les champions !
A venir, la course du Figaro pour Alexis. « Elle est pour toi cette année » .....
Sur l’overall « Sunrise » est le seul 1180 à être resté tjs en avant de la dorsale en gardant de la pression tout le temps. L’écart creusé sur le 2ème de sa classe est phénoménal !
Bravo Tom, la course de «Sunrise » était juste parfaite !
Comme le dit Tom, c’est « le rêve d’une vie » qui se réalise avec cette victoire Overall sur la Rolex Fastnet Race.
Un grand bravo à tous nos clients JPK pour avoir terminé cette édition difficile (30 % d’abandon en IRC 3) et à notre « super architecte » Jacques Valer qui voit désormais 3 de ses dessins vainqueurs overall du Fastnet : le 1010 « Night and Day » des Loison père et fils, le 1080 « Courrier du Léon » mené par l’équipe de Gery Trentesaux et désormais le 1180 de nos amis anglais.
Il va devenir de plus en plus compliqué de faire mieux les prochaines années !!!


Team « Sunrise »
Team « Sunrise »
« Léon » JPK 1030
« Léon » JPK 1030


1ère navigation du JPK 39 FC "Rêvérence"

Premiers bords "très" prometteurs !!

Ca s'active dur sur les pontons de la BSM ce vendredi 6 août sur le pont du JPK 39.

_CBH0640.jpeg

Les mateloteurs de Tonnerre Gréement sont au boulot pour permettre une sortie en 2ème partie de journée. A 16 h c'est enfin OK pour appareiller et j'embarque pour ma part Jacques (Valer) et Charles le frère d'Hervé (propriétaire du bateau) sur le semi rigide d'un ami pour voir le bateau du dehors (moment toujours génial) et faire les 1ères photos sous voiles.

Ca démarre tranquille sous GV 1 ris et trinquette dans du 15/18 nds mais le bateau en demande plus et rapidement le ris est largué et dans la foulée le génois vient remplacer la trinquette. Clairement ça change de rythme et les voiles North 3DI (le client est un ancien régatier !) tombent parfaitement sur le bateau. Vu du Zodiac, le bateau a vraiment une belle ligne et c'est une vraie récompense pour nous tous. JB qui avait en charge le design est à bord pour l'instant mais je pense qu'il sera heureux du résultat lorsqu'on fera un transfert d'équipage. Avec Jacques ca "papote" sec et avec son oeil d'expert on passe le bateau par tous les angles. J'adore quand il me dit "avec celui-là on est tranquille pour 10 ans" !!

Les écoutes sont choquées et très vite le grand spi asy est envoyé. Belle lumière, bateau qui glisse tranquille à 10/12 nds, le moment est vraiment chouette. Quiberon approche déjà et on switche l'équipage. Dernier petit bord de spi (Hervé voulait me laisser barrer le bateau avec la bulle qui reste simple à gérer "avalé" dans sa chaussette) avec le bateau sur des rails puis retour au près. Le bateau est vraiment doux à la mer et pas une seule fois la carène ne va taper ce qui est assez bluffant vu le surcroit de volume avant ! 20 nds réel GV haute et génois, le bateau trace sa route et je mesure le surcroit de puissance dans le dessin par rapport au 38 qui pourtant est déja bien raide à la toile.

Bastresse approche déjà et on termine la sortie en mode "décapotable" avec la capote repliée et simplement le parebrise. C'est sympa car dans l'idée on voulait la possibilité de naviguer "décapoté" mais avec un écran au vent. Ca fonctionne vraiment bien et en mode ultra relax, GV et génois au petit largue, le bateau glisse sans effort. Hervé et Valérie ont franchement le sourire et cette sortie restera bien gravée en mémoire pour nous tous ....

 

 



Mise à l'eau du JPK 39 FC n°1 - mardi 3 août 2021

"Brion bien dégagé, tableau AR à fleur d'eau, le bateau est bien posé dans ses lignes et vraiment magnifique !"

Le voilà enfin à flot ce JPK 39 sur lequel l'équipe du chantier travaille depuis septembre 2020.

1JPK_39_FC_066.jpg

Beaucoup de monde ce mardi 3 aout au quai Papin de la BSM pour assister à la mise à l'eau de ce JPK 39 n°1.

Tout le monde a le sourire même si la météo est indigne d'un mois d'août !

Hervé et Valérie, les propriétaires, l'architecte Jacques Valer, toute l'équipe du chantier, la famille, les amis ...

Je me souviens du mois d'Avril 2012 et de la mise à l'eau du 1er JPK 38 qui amorçait pour le chantier JPK un virage vers une gamme de Fast Cruiser.

Aujourd'hui, le JPK 39 est une belle synthèse de notre savoir faire et nous sommes tous très impatients de tirer les 1ers bords...



Bravo à l'équipe montage 1030
Bravo à l'équipe montage 1030



Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29 

© Azimut Communication - website design & interactive kiosks
legal information