diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

News

JPK 45 FC, démoulage....

Jeudi dernier démoulage réussi de la coque et du pont du 1er JPK FC45.

Dernière étape avant l'assemblage définitif du bateau, la présentation du pont sur la coque structurée.Cette opération permet de positionner parfaitement l'ensemble des goulottes qui recevront les cloisons au niveau du contremoule de pont.

IMG_0819.jpg

L'occasion aussi de voir le bateau complet avec le pont et découvrir le véritable volume intérieur.
Volume général impressionnant et circulation vraiment sympa entre le carré surélévé et les cabines avant et arrière.
Tous les éléments d'aménagements ont été réalisés en sandwich par infusion et l'ensemble "donne envie" !
Pour rester dans la partie technique, le plancher en sandwich infusé du carré est environ à 500 mm du fond de coque pour permettre la vue panoramique et loger les 2 réservoirs d'eau (2x350l)(400l) de chaque côté de la quille + le réservoir GO (400l) juste en AR. Les masses sont donc positionnées au plus bas et viennent s'ajouter au rapport de lest élevé pour augmenter la stabilité et donc la performance comme le confort.
Prochaine étape, la pose des différents éléments périphériques d'aménagements. Plomberie, électricité, groupe d'eau, propulseur d'étrave... puis les éléments de boiseries réalisés par Naviline dans une essence de chêne blanchi.
Suivront l'accastillage du pont, son assemblage à la coque, la pose des hublots, la fixation de la capote rigide, le quillage.
L'été va vite passer pour présenter le 1er JPK 45 FC au salon du Grand Pavois de La Rochelle. En tous cas, une belle énergie positive autour du bateau....



Morgan Cup RORC 11 juin 2016

Guère plus de vent que sur le lac Léman (!) mais un nouveau joli tir groupé des JPK.

1er et 2eme de l'IRC 3
1 er de l'IRC 4
1er et 2eme de l'IRC double
2eme Overall

"Dream Pear" JPK 1080 d'Eric Mordret
"Dream Pear" JPK 1080 d'Eric Mordret

Le score pourrait laisser croire que tout cela est facile mais les messages du bord de "Dream Pearl" ou de "Shaitan" nous éclairent bien sur le niveau d'exigence qu'impose de pareils résultats.
Comme toujours depuis le début de saison, "Dream pearl" alias Raffaello, le JPK 1080 d'Eric Mordret et Arnaud Delamarre réalise le sans faute .
Ils ne leur manque que la 1ere place overall qui semblait pourtant acquise à 2 milles de l'arrivée.
Derrière, "Audrey" le 1080 vainqueur du Spi Ouest France 2016 est désormais aux mains du sympathique commodore du RORC Michael Boyd qui place enfin son étrave aux avants postes. Longtemps devant "Dream Pearl", il craque un peu sur la fin (difficile sans code 0) mais termine à une très belle 2 eme place dans sa classe et à la 5eme sur l'Overall.
En IRC 4 "Foggy Dew" n'est plus à présenter tellement il domine son sujet. Plus Noel avance en âge plus il est redoutable ! C'est quand même bien la voile ... Bref Noel remporte l'IRC 4 et se place 4eme de l'Overall.
" Foggy" est une vraie valeur sûre qui va venir étoffer l'équipe de France de la prochaine Commodores Cup cet été.
Chez les doubles, le match bat son plein entre le JPK 1010 de Louis-Marie Dussere et le JPK 1080 de Jean-Eudes Renier. Revanche de la Myth of Malham, "Shaitan" s'impose devant "Raging Bee".
La saison n'est pas terminée et du match il risque d'y en avoir jusqu'au bout car Loulou (Louis-Marie Dussere) n'a pas l'intention de "lâcher le morceau" qu'il a raflé l'an dernier !

Récit d'Eric Mordret "Dream Pearl" JPK 1080 :

Que te dire....encore une manche de molasse pfffffffffffffffff

Avec zone de vent (8nds max!) zone de molles et shift de 30/40°....comme on a peche ds le solent (JP à quand un sail drive retractable??) juste apres le depart on est sorti dans les tout derniers en se tirant la bourre avec un joli JPK 960!!... Audrey cavalait (c'est relatif!) 2mn devant.....on a joué le nord sur la route directe et une premiere bascule nous a permis de revenir dans le match apres la nuit tombée. Encore 1 mille de retard.....
Vitesse max en alternant code 0 et spi fonction des zones de vent....on a du faire une quinzaine de peeling pour tjs garder de la vitesse tjs meme si au vent de la route directe...au petit matin satisfaction.... Les gros sont juste devant nous à portee de carabine à plomb... Audrey n'est plus 1/4 demille ss le vent....les autres cl3 bien derriere....
Les fichiers annonce une bascule à l'ouest.....on l'attend sagement en accelerant tant que possible au nord de la route directe... tjs code 0 puis spi...code 0....ça bosse comme jamais à bord; on ne lache rien et sur la plage avant ça enchaine parfaitement...Rafa marche comme un avion, tout ce qui flotte autour va moins vite.. Ca parait pretentieux mais c'était bien le cas!! Merci Maestro Valer!!.. on rattrape Stamina et Pintia....nous voila bord à bord avec Audrey...300m ss son vent.... la bascule ouest arrive...tout le monde vire pour aller la chercher... on accompagne pas loin pour privilegier une position ss le vent des gros et pouvoir accelerer en lofant....ça marche bien et on arrive 3 milles devant l'arrivée au contact des gros... Audrey un mille derriere. Le vent tombe totalement... et la victoire tte classe s'envole....on finira 2 au scratch un peu déçu.... mais bon... vu le handicap du depart on s'en sort pas trop mal....

Voila... en resume....

Nos prochaines: Tour de Wight et europeen IRC à Cork...
A bientôt pour de nouvelles aventures!!
Eric

Récit de Jean-Eudes Renier "Shaitan" JPK 1080 :

Cowes - Dieppe - parcours direct de 108 miles seulement car les conditions prévues sont très légères. La course s’annonce difficile mentalement et la “grève" dès le départ et pour toute la course de notre pilote ne va pas nous simplifier la vie!

Départ de Cowes vers les Forts au près en tribord dans un flux faible de 7/10 nds d'Est - Patrick et moi avons choisi de rester côté Nord du Solent pour bénéficier de la renverse du courant plus tôt que le long de l'ile de Wight et d'une rotation prévue au NE ce qui semble au final bien marcher (peu de mérite car presque toute la flotte a choisi le même option!). Nous jouons les oscillations en tirant des petits bords en attendant la renverse - malheureusement le vent tombe après les Forts puis revient au N - NE en début de nuit - code zéro puis spi - clairement on tarde un peu à mettre le S2 vers 2/3 heure du matin ce qui nous vaut de perdre le contact avec les deux autres 10.80 qui marchent aussi un peu mieux dans ces conditions de reaching dans 10 kts sous spi avec un équipage au rappel.

Au petit matin le vent tombe encore et revient par le sud - 3/4nds - puis tombe encore. Le reste de la flotte revient sur nous, notamment la fameuse abeille enragée (Raging Bee) - panique, rage et désespoir!! J'en oublie même de faire cuire nos œufs aux bacon pour le petit dej’.

On se rend compte cependant que les deux autres 10.80 sont plantés sans vent à 3 miles devant. Nous décidons donc de tenter une cuillère par le sud pour aller chercher de la pression. Ce rallongement n'est vraiment pas de tout repos car le vent tombe encore maintes fois pour revenir dans des directions variables et souvent opposées! Mais le moral revient car cela semble finalement payer. Il est midi mais nous sommes encore à un trentaine de miles de Dieppe. Nous progressons à 2/3 kts vers la dernière marque localisée à 6 miles au Nord de la ligne. Nous passons la marque "aux forceps” dans un dernier jet de courant favorable à 18h40 grâce à Patrick qui réussit à gonfler le spi plein cul dans 3nds de vent (je ne sais pas comment il fait des trucs pareils!) Foggy Dew nous colle aux fesses et nous décidons de les baptiser Sparadrap (référence au Capitaine Haddock). Dernier bord sous code zéro avec de la pression qui rentre par le Ouest/Sud Ouest et nous passons la ligne juste après 20h00. Ouf!!

Nous avions à cœur de bien naviguer après la Myth of Malham ou nous étions très bien placés avant d'aller nous “parker" 4 heures sans vent sur l’aire de Salcombe en compagnie des trois autres 10.80… Escale touristique improvisée "Made in JPK1080” pour observer avec une grande” sérénité" le défilé d’une grande partie de la flotte à l'AIS!

Encore une course du RORC dans des conditions très légères. Nous avons le sentiment d'avoir eu un peu de chance sur cette option Sud mais nous sommes aussi satisfaits de s’être toujours bien relayé dans les moments difficiles pour faire marcher le bateau dans ces tout petits airs.

Patrick et Jean-Eudes


"Shaitan" Jean-eudes Renier JPK 1080
"Shaitan" Jean-eudes Renier JPK 1080

Bol d'Or Mirabaud Genève 11-12 juin 2016

"Eole 7" le JPK 998 ACVL de Maxime Ballanfat, vainqueur du Bol d'or 2016 en catégorie TCF2.

Un grand merci à Maxime de m'avoir invité ce WE à venir participer au Bol d'or Mirabaud sur son JPK 998 .

_MG_1296.jpg

Une première pour moi de naviguer sur le Lac et la découverte d'une autre façon de naviguer dans des vents très très légers, compliqués à comprendre avec une succession d'enchainements qu'il ne faut surtout pas rater. A chaque coin du lac un vent différent avec son lot de pièges qu'il faut déjouer. A bord, la machine est bien huilée et à l'image de Maxime l'équipage est non seulement très sympa mais aussi très affuté avec beaucoup d'expériences cumulées. Il faut avant tout bien partir et surtout ne pas se faire masquer au départ qui va être lancé "à l'anglaise" et sous spi. Une petite frayeur dans les 30 secondes quand le X 34 à notre vent envoie son pépin en nous abattant sur le museau. Coup de barre, envoi éclair du spi et hop on trouve un trou de souris pour s'échapper avec la 1ère risée. Le vent de 12/14 nds nous déhale à bonne vitesse. Le 998 optimisé pour le lac avec grand mât, BDF boomerang et surface de voile colossale trace vraiment et fait jeu égal avec les Psaros 33 quille basculante ou Luthy 10m véritable bombe du lac !
Je pense à ce bateau qui n'a pas été retenu pour le Tour de France à la voile 5 ans plus tôt et je me dis que c'est dommage car la carène est vraiment géniale. La remontée du lac de 70 km se fait par séquences successives tantôt côté France du Lac tantôt côté suisse. Le vent tombe, refuse, passe dans le nez. Les manoeuvres se passent bien et tous les choix de bords sont discutés .
On décide de tenter un coup à gauche sur le final de la remontée au près avant le passage de la barge. C'est tendu un moment car nous sommes vraiment seuls sur l'option. Au final, ça passe et même très bien. A mi-course nous sommes tjs au contact des machines plus sophistiquées qui nous rendent beaucoup de temps et à priori nous sommes non seulement 1 dans notre classe mais aussi bien devant sur l'overall. Il est 16h 43 et on passe enfin la marque mais à 0.1 nds ! Le vent est totalement tombé et nous sommes collés à présent. C'est sûr, cet endroit du lac est magnifique avec côté Suisse les vignes en terrasses et côté France les Alpes enneigées au sommet qui tombent à pic dans l'eau du lac. C'est beau mais nous on veut vite sortir de cette nasse surtout que derrière ça revient gentiment. Patient, il faut être patient et exploiter au mieux le peu d'air qu'il y a. On repart avec le spi plat plus facile à faire "voler" mais on le garde je pense trop longtemps. Nos copains de la remontée se détachent et on reste longtemps impuissants avant de retrouver un peu de carbu. Relancer le bateau et surtout ne pas l'arrêter dans ces 2 à 3 nds de vent . A la jumelle, ça scrute les moindres rides sur l'eau et à partir de Thonon les Bains nous voià de nouveau dans la bonne dynamique. Un joli "pif paf" à l'endroit et on décroche "50 eme Hurlants" ( !!) un de nos sérieux concurrents dans la classe. A partir de là, ça va être le sans faute tactique et tous les coups seront faits à l'endroit. Le tonnerre gronde à la tombée de la nuit et on se prépare à du changement. Et oui du 3 nds de l'AR on se retrouve rapidement avec 15 nds dans le nez. Maxime, pourtant le patron, est n° 1 sur le bateau et il gère bien sa plage avant pourtant sans filières (!). Dans la "bassine" ça suit nickel avec Raymond, Nicolas, jean-Luc et Jean-Michel. Avec l'enchainement qu'on a réalisé ces dernières heures on sent bien que nous sommes dans le coup. Le grain est bien géré et enfin l'arrivée se profile avec un dernier près molissant dans "le petit lac" (partie arrivant sur Genève) .
3H30 du matin on passe la ligne fatiqués et heureux. Le coup de canon a été pour nous ....

JP


Jean-Luc, Jean-Michel, Raymond, Maxime, JP et Nicolas - Team "Eole 7" JPK 998 ACVL
Jean-Luc, Jean-Michel, Raymond, Maxime, JP et Nicolas - Team "Eole 7" JPK 998 ACVL


De Guingand Bowl - 14 mai 2016

Carton plein des JPK...

1 et 2 en IRC 3
1et 2 en IRC double
7 bateaux dans les 10 premiers de l'Overall !

Team "Audrey " JPK 1080 de Michael Boyd
Team "Audrey " JPK 1080 de Michael Boyd

De Guingand bowl race : carton plein des JPK...
1 et 2 en IRC 3
1et 2 en IRC double
7 bateaux dans les 10 premiers de l'overall !

Tout d'abord un grand merci à Michael Boyd, le commodore du RORC qui m'a invité à venir naviguer sur "Audrey" le 1080 chantier vainqueur du Spi Ouest France et confié depuis à Michael et son équipage pour mener une saison dans le Solent.
Venir à Cowes est toujours réjouissant surtout lorsqu'on a la chance de passer par le fameux Club House et sentir le poids de l'histoire maritime de l'endroit.
La De Guingand Bowl est une course assez courte de 105 à 125 milles. En gros, un tour élargi de l'île de Wight.
Ce we, les conditions sont légères et on s'attend à une nuit difficile pour étaler le courant au sud de l'ile.
L'équipage d'"Audrey" n'est pas très rodé mais heureusement Arnaiud Aubry, un fidèle de Géry, est là pour mettre un peu de cohésion dans le projet. Avant le départ, on décide d'envoyer le spi light asy car jusqu'à présent le bateau était en configuration de spi symétrique. Damned, le bon spi tout neuf n'est pas à bord remplacé par erreur par un symétyrique inexploitable !
Ca commence bien surtout que la concurrence est là et que beaucoup de bord était parfait pour ce spi très plat !
"Dream Pearl" le 1080 d'Eric Mordret et Arnaud Delamarre qui vient de remporter la Cervantes Trophy tout comme "Foggy Dew" de Noel Racine. "Shaitan" et" Raging Bee" jouent le double, le nouveau Nivelt 39 vient lui aussi s'étalonner et nos amis anglais sur les Ker 40 et 46 ou les Sunfast 3600 sont motivés eux aussi.
Départ travers au vent dans 12/15 nds cap à l'Est. On assiste impuissant à l'échappée de "Dream Pearl" qui déboule sous code 0.
Notre spi plat aurait été parfait mais bon... La flotte s'étire et le vent mollit sévèrement. On glisse sous spi par dessous et lorsque le vent rebascule à droite nous sommes de nouveau dans le coup pour franchir la 1ere marque du parcours.
La flotte est déja bien étirée et les bons bateaux sont déja positionnés. En IRC 3, les 3 JPK 1080 régatent au contact et c'est génial. "Sunrise" le 1080 de Tom Kneen est l'ancien "Passe Partout" de FR Carluer et apparemment ils ont très vitre trouvé les bons boutons sur le bateau!. Ils vont faire une course parfaite de bout en bout et cela fait plaisir de voir le bateau en de si bonnes mains ! Très bien placé également "Foggy Dew" comme toujours mais aussi en double "Raging Bee" et "Shaitan" le 1080 de Jean-Eudes Renier. Jean-Eudes a remporté la "Cervantes" avec Corentin Douguet qui coache le bateau pour la saison.
La nuit va bientôt tomber et nous sommes à un 1 mille de "Dream Pearl" et 0.2 milles de "Sunrise". Un bord de largue de 5 milles va nous permettre de repasser devant les anglais et recoller un peu à "Dream Pearl" mais je trouve que le bateau est un peu à la peine au près quand le vent descend en dessous des 6/8 nds. A l'arrivée, nous découvrirons que les génois ont été inversés au marquage et que donc le médium était le lourd et le lourd le médium !! Ca manque vraiment de rodage sur l'équipage pour optimiser la performance et comme de la vitesse nait la clairvoyance nous allons ajouter de la peine à la peine !!
Après le passage sud Est de l'île de Wight à la pointe de St Catherine où de nombreux tankers au mouillage viennent pimenter le jeu, il faut choisir entre passer au large ou rester à terre. Michael passe beaucoup de temps à la table à carte mais il est difficile de faire le choix. Près de terre le courant que nous allons avoir de face sur une marée entière est plus faible mais quid du vent ?
Si le vent mollit partout nous serons mieux à terre pour lutter contre le courant voir pour mouiller. Si le vent" tamponne" à terre il peut y avoir plus de pression au large. Le problème est qu'une fois que nous sommes engagés dans une option, il est impossble d'en changer car le courant de travers interdit de contreborder ! Bref 6 heures plus tard nous avons perdu 5/6 milles voir plus sur les bateaux très au large ! La nuit a vraiment été cruelle pour tous ceux qui ont choisi l'option terre . "Foggy Dew" qui menait largement sur l'Overall à st Catherine a perdu 8 milles surbn"Raging bee" qui pourtant n'a pas été le plus extrême au large .
Sur "Audrey" et passé la déception, il y a tout de même (en tout cas pour moi !) la consolation de voir un vrai carton plein des JPK devant...
Dans 15 jours la Myth of Malham Race avec un plateau encore plus relevé et un "Audrey" remotivé...


Document à télécharger :
     [pdf] 2016 RORC Mainseries IRC Two-Handed De Guingand Bowl Race (103,93 ko)
     [pdf] 2016 RORC Mainseries IRC Three De Guingand Bowl Race (128,01 ko)
JPK 1080 "Shaitan" Jean-Eudes Renier
JPK 1080 "Shaitan" Jean-Eudes Renier
JPK 1080 "Audrey" Michael Boyd
JPK 1080 "Audrey" Michael Boyd

JPK 1080 "Dream Pearls" A. Delamare et E. Mordret
JPK 1080 "Dream Pearls" A. Delamare et E. Mordret

Jetez un oeil dans la rubrique "Voyage"

SYLA JPK 38 autour du monde - Dominique et Didier Parez

C'est juste magnifique !!

2image.jpg

Démoulage moule de pont JPK 45 - 31 mars 2016

Nouvelle étape dans le projet 45, le démoulage du moule de pont

2 mois ont été nécessaires pour réaliser la préforme et 3 semaines pour fabriquer le moule proprement dit.

IMG_0467.jpg

L'équipe composée de Jean-Michel, Louis, Alan, Corentin, Azilis est soulagée car la pièce est sortie "nickel" et le programme va pouvoir se poursuivre sans retard.
Après cirage, le moule va être confié à l'équipe de Kevin à l'infusion pour sortir le 1er pont.
Le nouveau bâtiment prévu pour le 45 n'est pas encore construit et il va falloir jongler à la production pour mener de front la sortie en cadence des 1010/1080 et 38 avec celle de ce nouveau venu...



WE de Pâques : du vent et des résulats ! SNIM, Solent Race, Spi Ouest France, les JPK ont cartonné ce week end...

Spi Ouest France 2016 mission accomplie avec 4 podiums et 2 victoires .

IRC double : 1er "Charline" JPK 1010 de Patrice et Jean-François Hamon 2ème "Alligator for ever" JPK 960 de Bruno Recoules et B. Lanet
IRC 2 : 1er "3 Développeurs Immobiliers" JPK 1080 chantier
IRC 3 : 3eme "Cocody" JPK 1010 de Richard Fromentin

"3DDI" JPK 1080 chantier
"3DDI" JPK 1080 chantier

En IRC 2 il nous tenait à coeur de réaliser un bon Spi Ouest France car l'an dernier nous n'avions pas pu jouer la gagne avec nos spis asymétriques face à "Dream Pearl " le sister ship malouin.
Dans la classe cette année pas mal de concurrence avec 4 "bons" 1080, le redoutable 40.7 "Penkoet", les A 35 "optimisés" et surtout le nouveau J 112 "chantier" mené par Didier Le Moal.
La météo annonce baston pour dimanche /lundi et on comprend vite qu'il va falloir être très bon dès le début de l'épreuve vendredi car toutes les manches risquent de compter...
A bord de 3 DDI je tiens la barre pour la 1ere fois depuis toutes ces années de Spi Ouest où, en géneral, je fais la tactique. Mon pote Alex Loison n'étant pas libre pour le Spi pour cause d'AG2R, j'ai avancé d'une place dans le bateau pour laisser le poste de tacticien à Christian Pontieux. Christian a réalisé comme toujours le "sans faute" et cela nous a beaucoup aidés. Dans l'équipage, nous sommes 4 du chantier JPK avec Kévin (Tritschler) , jean-Mich (Pautrec) et Fred (Espagnon) + les copains Arnaud (Aubry), Jean-Louis (Couedel) , Jérôme (Aubert). Une équipe "au top" nécessaire car pour battre le J 112. Dans ses conditions, il ne va pas falloir mollir !
Vendredi le vent SO 9/13 nds est oscillant .
1ere manche : peu de temps après le départ, Christian nous fait virer pour nous dégager à droite et aussi éviter la flotte des IRC 1 qui partage nos départs. Clairement, ça fait la cuillère par en dessous et on décide de pousser le bord. En haut, nous sommes 3eme scratch soit devant quasi toute la flotte des IRC 1 et 2 ! Ca commence bien...
On gère l'avance jusqu'à l'arrivée pas mal gêné parfois aux bouées par les gros IRC 1 rattrapants.
Au classement, nous sommes 1er réel mais classé 2 eme du compensé derrière "Musix " le Grand Soleil 37. Apparemment, une erreur s'était glissée dans la feuille de pointage...
Manche 2 : même vent, départ bas de ligne, on arrive à contenir les "gros" et à les pousser à virer. La voie est libre pour pousser le bord à gauche. Christian attend la rotation Sud et, en effet, nous sommes dedans au moment de pousser la barre. Au 2/3 du bord nous sommes loin au vent de la flotte car ça a cisaillé, notre babord étant nettement meilleur que celui de la flotte. A 200m de la bouée, le vent revient fort sur l'ouest et le gros bénéfice est perdu ! 3 eme là haut derrière le J et le A 35 d'Antoine Croyère, nous nous appliquons à revenir. Le bateau va vite dans ces 13 nds de vent mais les voiles Europ Sails de mon ami Laurent allard sont fines et en dessous de 10 nds ça devient plus compliqué ... Le J est un poil plus à l'aise que nous au près quand le vent descend et en bout de manche nous sommes 1 minute derrière.
Manche 3 : bon départ de nouveau mais nous restons axés sur la remontée pour parer les oscillations et marquer nos concurrents. Devant là haut, toute la manche va être sous pression car les écarts avec le "J" sont très faibles pour un rating équivalent. Les autres 1080 pointent leur nez avec "Dream Pearl" d'Eric Mordret et Arnaud Delamarre. Ils vont vite mais sur les choix de bords, je pense que Christian est bien au dessus... Au 2 eme tour, nous sommes 3 longueurs devant mais le spi sort un peu tôt de la soute et il va faire quelques tours et donc cocoter sévèrement à l'envoi ! Résulat 3 longueurs de retard une fois le spi établi ... rageant car nous sommes maintenant bloqués derrière et sur le près suivant "J Lance" nous mettra systématiquement dans "ses fumées" !
Au général, nous sommes 1er et contents de l'être car il ne fallait pas rater cette journée...
Samedi le vent souffle à 25/30 nds et les organisateurs décident d'envoyer sur l'eau uniquement les IRC 1,2 et 3. Un côtier musclé nous attend. Départ "prudent" sous règle noire nous naviguons sous génois lourd et GV haute malgré les 28/30 nds de Sud en anticipant les 2 longs bords de reaching qui suivront ce 1er près de 2,5 milles. Le bateau est chargé mais nous arrivons à passer 2 là haut derrière l'autre "J lance" à 1 longueur et devant "Time Line" à 1 longueur. "Time Line " est le 1080 de Marc Alperovitch et, pour l'instant, ils n'ont pas eu beaucoup de réussite. Sur ce 1er reaching, nous butons sur la vague du J un peu "collé" et "Time Line" en profite pour nous dépasser au vent dans un surf. Vexés (!) nous lui accrochons le tableau et, 2 minutes plus tard, nous le repassons aidés par notre génois. Course de petits chevaux jusqu'à la "Chimère" où le vent s'oriente à 125 ° du réel. avec 35 nds de vent ça risque d'être chaud pour le spi lourd symétrique. Nous n'avons pas de code 5 donc on se prépare à l'envoi . Derrière le ménage est déja fait et à part "Time Line" déja décroché il n'y a pas danger. La bulle est quand même envoyée et ça déboule fort sur "3DDI". Pointe max à 18.9 nds presque sur la route. Quelques petits départs au tas mais on revient comme des balles sur les IRC 1. Les "buissons de méabans" sont passés en "bord breton" spi fasseyant avant de réabattre derrière pour viser l'arrivée. Avec 6 minutes d'avance à l'arrivée, nous sommes super contents... "Time Line" termine 2eme et les autres 1080 font 4 et 5 ce qui prouve l'aisance du bateau sur les allures ouvertes...
A ce moment, le Spi est terminé mais nous le le savons pas encore...
Une dernière tentative sera tentée dimanche matin par les organisateurs pour étoffer le nombre de manches mais avec ce temps à grain c'était un peu risqué. De fait, 53 nds à l'anémo pendant un gros grain (nous étions couchés sous solent seul !) prouve qu' il était sage d'arrêter là.
Pour le chantier, le bilan est super avec les victoires en IRC double et IRC 2.
En IRC 3, on regrette bien-sûr l'OCS de "Foggy Dew" le JPK 1010 de Noel Racine qui avec OCS, 5 eme, 1er et 1er était le seul à pouvoir contenir Daniel Andrieu sur son 3200 mât carbone.
Heureusement, "Cocody" de Richard Fromentin se place sur le podium après avoir bien dominé les entrainements d'hiver. Seul regret pour Richard la manche 2 où ils sont loin devant quand ils repartent au près pour un 3eme tour alors qu'ils étaient sur une banane à 2 tours ! Résultat 10 ème au lieu de 1 à la manche et la place de 2 au général qui leur échappe.

Sur 3DDI, on retient un vrai grand plaisir à naviguer ce WE avec une équipe au top, sur un bateau génial et qui plane (pour Christain une 1ere de planer comme ça sur un bateau d'IRC).
Bravo aussi à Jacques (Valer) à qui je pense toujours quand le bateau drope comme ça...


JPK 1010 "Charline" de P. et J.F. Hamon IRC double
JPK 1010 "Charline" de P. et J.F. Hamon IRC double
JPK 1080 chantier "3DDI"
JPK 1080 chantier "3DDI"
Remise des prix IRC2 JPK 1080 "3DDI"
Remise des prix IRC2 JPK 1080 "3DDI"


2016 RORC Easter Challenge

Victoire de "Sunrise" JPK 1080 de Tom Kneen 2ème "Strait Dealer" JPK 10.10 de David Franks

Tom Kneen
"We've only had the boat for four weeks and she's just astonishing - very very fast and in quite difficult conditions."

"Sunrise" JPK 1080
"Sunrise" JPK 1080

"This is the first time I have won a yacht race - which is why we're drinking at 1100!" enthused Sunrise's skipper, Tom Kneen.

Despite a strong challenge from David Franks' JPK 10.10 Strait Dealer, which claimed three bullets in five races, it was the newer, larger JPK 10.80 Sunrise that prevailed in IRC Three, winning today's race.

 

 


RORC RESULTS

Jean-Pierre Kelbert : « On a une bonne étoile » Ouest-France 28/03/2016

Recueilli par Jacques GUYADER

Spi Ouest - France Destination Morbihan. Vainqueur de l’épreuve en IRC2, le Constructeur-navigateur surfe sur une insolente réussite depuis un an.

jean-pierre-kelbert-une-bonne-etoile.jpg

Savez-vous combien de bateaux de votre chantier participent au spi ?
Non je dirais une vingtaine… 22 ? ah oui, quand même, c’est pas mal.

Auriez-vous imaginé un jour qu’un bateau portant votre nom et votre patte gagne Sydney-Hobart dans sa catégorie et finisse 2e toutes catégories ?
Non ! Au départ de l’histoire de notre chantier, on n’était pas pari pour faire des miracles. On avait juste une idée en tête, on espérait qu’elle était bonne, et on se disait que l’aventure méritait d’être vécue. On a dessiné ce bateau avec Jacques Valer et une équipe de shaper qui fabriquaient des planches à voile avec moi. On ne s’est jamais projeté très loin, mais quand on regarde en arrière, il faut reconnaître que les choses se sont bien goupillées. On a une bonne étoile depuis le début. c’est surtout la rencontre avec Jacques Valer, l’architecte, qui est l’élément fort. On est bien complice, on a une super équipe au chantier… De là à imaginer que l’on gagnerait un jour la Sydney-Hobart…

Vous étiez à bord lors de l’épreuve en plus
…Oui. Courir cette épreuve mythique c’était une idée de Gery Trentesaux. ce qui prouve au final que ce bateau, le JPK 10.80, si c’est un bateau très performant en IRC en France et sur les courses du Rorc (Fastnet), il n’y avait pas de raison qu’il ne le soit pas sur une Sydney-Hobart.

Le bateau avait déjà gagné le Fastnet au printemps…C’est dingue ! En plus on gagne overall, c’est-à-dire toutes catégories. Ce que l’on aurait aussi probablement fait avec l’autre bateau, Courier du Léon, si on avait pu naviguer avec là-bas, car c’était un bateau mieux préparé. Mais il faut dire que les équipages de Gery sont toujours de haut niveau. Il est bien entouré avec Alexis Loison à la tactique et François Lamiot, excellent barreur, qui, en plus, dessine les voiles All Purpose. Tout gagner sur une saison en IRC, je me demande comment on va faire pour faire mieux l’année prochaine.

Ces excellents résultats en IRC ont-ils des conséquences sur l’activité de votre chantier ?
Déjà, on n’a pas à prouver que les bateaux marchent bien puisque les résultats sont-là. Après les bons résultats sur les courses internationales ont des effets sur les marchés étraners pour nous, c’est clair. Il a trois ans, on ne vendait quasi exclusivement qu’en France, aujourd’hui, les quatre derniers bateaux que l’on a livré sont pour des Anglais, des Irlandais, et les quatre prochains aussi. En plus ce sont pour des bons navigateurs qui vont gagner des courses, dont faire de la pub… on est dans un cercle vertueux. Cela profite aussi aux autres modèles du chantier, destinés ceux-là à la croisière.

Combien de bateaux fabriquer vous par an?
Là on est sur un volume d’une vingtaine de bateaux par an.

Et quelle est la part des JPK 10.80 là-dedans ?En ce moment on ne fait presque plus que ça. On doit donc être à une quinzaine. Mais, on a concentré la fabrication sur ce modèle car on avait une grosse demande. Mais on va lancer un nouveau bateau de 39 pieds spécialisé pour les courses IRC.

Vous avez gagné la 3e manche et vous allez remporter le Spi Ouest-France en IRC 2
…Oui, samedi matin, on a fait une super manche, il y avait pas mal de vent, on a fait des pointes à 19 nœuds sur le dernier bord… c’était génial. On avait un autre bateau dans les pattes, le J112 de Didier Le Moal qui était redoutable, surtout sur les parcours banane. Mais on a réussi à le contenir, mais c’est vrai qu’on a couru que trois manches.


www.ouest-france.fr/sport/jean-pierre-kelbert-une-bonne-etoile-4127624

Retour en images sur une saison folle

Interviewé dans le nouveau Voiles et Voiliers, son constructeur, Jean-Pierre Kelbert, revient sur cette année incroyable.

2015 restera marquée d’une pierre blanche pour le chantier JPK qui, avec le JPK 1080, a enfilé les premières places comme des perles jusqu’aux Antipodes.

images.jpg

Les JPK ont depuis longtemps affiché leur aisance en course et peuvent s’enorgueillir d’un sacré palmarès au Spi Ouest-France ou dans les courses du RORC. Mais l’année 2015 a été tout à fait exceptionnelle en termes de résultats pour le JPK 1080, qui a remporté le Fastnet toutes classes et même la Sydney-Hobart (dans sa classe), soit les deux courses au large en équipages les plus prestigieuses. Un succès à mettre au crédit d’un dessin très réussi de Jacques Valer et d’un équipage ultracompétent emmené par un skipper formidable, Gery Trentesaux. Jean-Pierre Kelbert, constructeur et coureur à la fois, revient sur les moments forts de la saison.


Vidéo à la Hune

Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18 

© Azimut Communication - website design & interactive kiosks
legal information