diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

News

Joli tir groupé des JPK sur Cowes-Dinard juillet 2019

1er/2eme/3eme/4eme IRC double "Mary" "Léon" "Raging bee" "Papillon"

1er/2eme IRC 4 "Mary" JPK 1010 de François Moriceau / "Papillon" JPK 1010 d'Alain Péron et JC Chavigny

1er/2eme IRC 3 "Léon" JPK 1030 Alexis loison et Jérôme Aubert/ "Raging Bee" Loulou Dussere et Bruno James

2eme/3eme /4eme /5eme Overall

"Mary"
"Mary"

Si on devait retenir quelque chose de l'édition 2019 de Cowes-Dinard ce serait le plus faible écart de temps compensé entre les 5 premiers du classement Overall !

3mn 50 entre "Scarlet Oyster " (1er) et "un Papillon Contre l'Eczema" (5eme) avec pour le chantier 2 JPK 1010 , 1 JPK 1080 et le nouveau JPK 1030 dans ce tir groupé.

Alexis Loison et Jérôme Aubert qui menaient Léon le JPK 1030 du chantier nous raconte leur course.

Départ du solent dans du petit médium au près où il faut combiner entre les zones de courant dans l'axe et les zones de pression .

Alex et Jérôme découvrent le bateau et s'en sortent plutôt bien à la sortie du Solent et mettent rapidement du mou dans les écoutes pour naviguer à 40° de l'apparent pour un très long bord de "petits chevaux". Devant, "Raging bee", le 1080 de Louis-Marie Dussere, galope et glisse sur une option sous le vent . C'était a priori le bon choix et rétroactivement, Loulou regrettera de ne pas avoir poussé plus loin l'option, certain qu'il aurait sauvé l'overall en le faisant.

Sur ce long bord de débridé, c'est en mode "gagne petit" et sous génois que la course se joue et les écarts sont faibles entre les bateaux. Devant, les ratings plus forts ont du mal à s'échapper car la pression est plutôt derrière.

Sur "Léon" on attend avec impatience les Casquets que ça ouvre un peu pour envoyer le A3. Ca y est la bulle est envoyée mais 3mn plus tard, le lashing d'anneau friction en bout de bout dehors lâche ! Spi affalé, route sous le vent, de précieuses minutes s'échappent avant de renvoyer. Le bord serré à 100° du vent ne va durer que 17 milles mais ça suffit pour revenir devant avec un Gap impressionnant en vitesse par rapport aux autres.

Dernière portion de parcours, le vent adonne en grand et c'est en mode VMG dans 10/15 nds max que ca va se jouer. Plus compliqué sur "Léon" avec l'asy ! "Mary" et "Papillon" les 2 JPK 1010 ne se sont pas quittés depuis le départ et restent très menaçants tout comme "Raging bee" qui glisse bien sur cette dernière descente .

Au franchissement de la ligne d'arrivée c'est donc très compliqué de savoir qui va rafler la mise car 5/6 bateaux se tiennent dans très très peu de temps.

Au final 5 bateaux en 4mn, la victoire Overall pour "Oyter catcher", un Oyster 46 et un joli tir groupé pour le chantier avec les victoires dans les 3 classes.

Bravo les gars !


2019 RORC Mainseries IRC Three Cowes Dinard St Malo Race
2019 IRC Two-Handed Cowes Dinard St Malo Race
Document à télécharger :
     [pdf] 2019 RORC Mainseries IRC Overall Cowes Dinard St Malo Race (1,49 Mo)

La Trinité-Cowes

Victoire de " Papillon" le JPK 1010 de Jean-Marc Chavigny et Alain Péron en IRC double et 2eme place en IRC 1 de "Courrier Recommandé" le JPK 1180 de Gery Trentesaux.

La saison 2019 est vraiment marqué par des conditions de vent ultra light et à l'image de la course du Figaro cette "La trinité-Cowes" aura alimenté un vrai suspens jusqu'à la fin.

image4.jpeg

Naviguer en Manche dans ces conditions pétoleuses est doublement compliqué avec les effets de courant et la position central d'un énorme DST.

Au départ de la Trinité, 50 bateaux affutés pour rallier Cowes, sur l'ile de Wight, en vue de participer pour la plupart au prochain Fastnet (départ 3/4 août) et pour beaucoup également à la Cowes-Dinard dont le départ aura lieu ce we.

Au départ de la Trinité le vent est présent et vite une hiérarchie logique se met en place. En IRC 1, les 2 1180 "CourrierRecommandé" et "Cocody " (Richard Fromentin) se tirent la bourre avec "Codiam" le Grand soleil 43.

En IRC double (la classe la plus fournie), les favoris sont de suite aux avants poste. "Raging Bee" et "Aileau" (vainqueur du dernier Spi Ouest France) les deux 1080 , "Hey joe" le A35, "Mary" et "Papillon" les JPK 1010.

Parti plus sagement "Léon", le JPK 1030 confié à Yves-Paul Robert, va profiter de la nuit au reaching par 18/20 nds pour "traverser" la flotte sous A3 et pointer au petit matin en tête des doubles et de l'overall après avoir impressionné tout le monde !

"Léon" va tenir sa place de leader dans la remontée de la pointe Bretagne mais également à la traversée de la manche par l'ouest du DST rendue très très ardue avec les brises évanescentes. Ils perdront toutes chances de victoire en butant sur la renverse à l'entrée du Solent au niveau des Needles. On comprend mieux pourquoi les anglais ne font jamais d'arrivée des course du RORC dans le Solent (sauf par l' est) pour éviter ce côté franchement trop aléatoire !

Cela n'enlève rien au mérite de "Papillon" toujours solidement placé sur le podium et qui réussira à se glisser finement par l'est du DST avec un angle favorable d'atterrissage sur les Needles. "Papillon" , ex Ogic , vainqueur de la Tansquadra en double et de très nombreuses course, est vraiment un bateau "bien né" . Jean marc et Alain le connaissent désormais par coeur et seront de sérieux clients sur le Fastnet.

En IRC 1, le proto de 60 pieds "Lady first 3" a réussi à sauver son rating facilement naviguant toujours dans une brise plus soutenue et stable que ses concurrents directs. "Codiam", "jivaro", "Courrier Recommandé"," cocody " se sont livrés une bagarre phénoménale avec des "arrêts buffet" et des retournements de situation terrible pour les nerfs des équipages.

Au final "courrier" remporte sa bagarre et prouve une nouvelle fois sa véritable aisance en vitesse . Leader facile au ras de sein après une nuit d'attaque au reaching , une erreur de navigation ( hésitation à prendre le chenal du Fromveur) va les faire décrocher de quelques milles en arrière du paquet des IRC 1 . En gagne petit, l'équipage très accrocheur mené par françois Lamiot, "courrier Recommandé" fera un retour gagnant dans ce groupe pour s'échapper dès que la brise rentrera de nouveau et crée un bel écart à l'arrivée.

L'équipe de Géry semble fin prête pour se battre aux avants postes sur le Fastnet.

Vraiment une très belle idée cette course de ralliement organisée par la SNT mais peut être éviter une arrivée à l'entrée du Solent qui fait trop la part belle au facteur chance !

 



Myth of Malham 28/05/19

Joli tir groupé des JPK sur la mythique Myth of Malahm Race.

1er en IRC 2, IRC 3, IRC double, IRC 4 !

rorc2016.png

1er IRC 2 JPK 1180 "Courrier Recommandé" de Gery Trentesaux.

1er/3eme IRC double et IRC 3 JPK 1080 "Time line" de Marc Alpêrovitch devant "Shaitan" le JPK 1080 de Jean Eudes Rénier

1er IRC 4 JPK 1010 "Foggy Dew" de Noel Racine

3eme IRC Overall. JPK 1180 " Courrier Recommandé" de Gery Trentesaux



Myth of Malham 28/05/19

Récit de Marc Alpérovitch proprétaire de "Timeline" JPK 1080

Première double offshore. Notre saison RORC commence par une victoire. C'est assez inattendu. Cette première course en double de la saison s’est donc soldée par une victoire. Sincèrement, c’est une surprise.

banniere.png

Il y avait beaucoup d’inconnues. Jérôme et moi étions des barreurs (ou parfois GV dans mon cas) dans nos configurations en équipage. Lors du Spi Ouest-France où le bateau avait déjà fait un résultat correct, Jérôme avait aussi essentiellement barré. Là, c’était terminé, il fallait que l’on se débrouille tous seuls.

La sortie du Solent s’est assez bien déroulée. Le bateau va vraiment vite au près dans le petit temps et le medium. J’avais suivi un atelier de l’UNCL 48 heures avant avec Nicolas Lunven sur le Fastnet. J’ai donc fait comme il le recommandait en cherchant l’axe du chenal avant la renverse puis les sondes plus faibles ensuite. On a continué à aller vite jusqu’à Swanage où nous sommes 2ème au moment de commencer à tricoter le long des falaises. Malheureusement, arrivés à la pointe, nous déralinguons. On a mis trop de temps à comprendre ce qu’il fallait faire pour affaler (se mettre au vent arrière et empanner). Entre les deux positions ci-dessous où nous avons progressé d’un demi mille, il s’est écoulé 24 minutes.

Nous avons réussi « à nous refaire » très rapidement en nous éloignant du bord. De notre point de vue, à Saint-Alban la renverse n’avait pas eu lieu, le maximum de courant était donc à la côte avec en plus une mer difficile. Nous avions prévu cela dès la veille. Si nous avons été absolument les seuls à le faire, c’est probablement que quelque chose n’était pas juste dans notre analyse. Il s’avère que cela a marché comme on le voit ci dessous, l'écart avec Raging Bee et Bellino s'est énormément réduit.

Ensuite, nous avons re-déralingué sur le banc de Portland Bill. Forts de notre expérience d'une heure avant, nous maitrisions mieux la technique pour récupérer le genoa. Par ailleurs, on devait avoir 6 nœuds de courant avec nous. La situation a été vraiment scabreuse car cela secouait beaucoup, mais nous avons perdu beaucoup moins de temps que sur la fois précédente.

Durant la nuit, de Portland à la fin de la baie de Salcombe, il ne s’est pas passé grand-chose, Bellino et Raging Bee étaient devant nous et les écarts n’ont pas beaucoup varié. Nous avons fait une mauvaise baie de Plymouth, nous n’avions d’ailleurs aucun projet tactique pour cette baie. Bellino et Raging Bee passent Eddystone avec 2 milles d’avance.

Le retour s’est bien passé. Là encore, notre choix de faire un tout droit correspondait à notre routage et était différent de celui de nos concurrents directs (mais pas de toute la flotte cette fois) et quand Bellino et Raging Bee recroisent devant nous ils sont moins d’un mille devant. Nous avons eu l’impression que Raging Bee n’avait pas le bon spi quand il nous a recroisé, il a probablement eu un problème entre temps. A la fois sur la vitesse et un peu sur les trajectoires nous finissons par repasser Bellino et remporter la manche

Durant cette descente , le vent est rentré un peu au délà de 20 nœuds. Nous avons passé 3 empannages sous spi de tête dont le dernier dans pas loin de 25 nœuds au large de Portland Bill m’a demandé de prendre un peu sur moi pour y aller. En fait, Jérôme n’a pas besoin de tangon pour garder un Spi dans l’axe. Du coup, cela se passait bien. J'ai pu faire mon travail à l’avant, inquiet, mais sans trop de difficultés. C’était notre première régate, il faut que l’on s’habitue un peu à ce nouveau sport.

Voilà pour le récit.
Si on prend un pas de recul, en double ou en équipage, en inshore ou en offshore, tout commence par aller vite. Si on ne va pas vite, on ne fait pas la course. On a donc tenté d’oublier notre ancienne vie de barreurs et d’être vraiment rigoureux sur les réglages en étant tout le temps dessus. Nos voiles North étant de vraies réussites, si on travaille bien on se retrouve à être performants en vitesse. Ensuite, une fois que l’on va vite, la tactique fait la course. C’est intéressant de constater que lorsque l’on avait un projet tactique bien compris, du départ à Portland Bill et sur le retour, alors nous avons fait les bons choix. De Portland à Eddystone, on n’avait aucune idée, pas de vrai projet, et c’est là que nos camarades nous ont lâchés. Nous savons au moins quelle zone nous devons travailler…

Ensuite, il y a le résultat. C’est satisfaisant de se dire qu’on a été capables, une fois, de gagner une course en double. Inversement, cela arrive un peu vite. Je crois aussi qu’il y aura une différence de niveau entre les courses préparatoires et le Fastnet. Sur cette manche, il y avait 4 ou 5 bateaux compétitifs dont un a probablement eu un problème matériel. Au Fastnet, de nombreux bateaux français compétitifs seront présents. L’objectif d’être dans les 10 est inchangé.



Gascogne 45.5 15-19 mai 2019

Une course de portant et .... de portant !

Et une victoire en double de Gérard Quénot sur le JPK 1030 "léon" et de Stéphane Bodin sur "Wasabi" son fidèle JPK 1010.

"Léon" JPK 1030
"Léon" JPK 1030

Organisée par la Société des régates Rochelelaises , la Gascogne 45.5 consiste à aller virer une bouée météo 140 milles au large et à revenir sur la Rochelle. Avec 280 milles à parcourir il ne s'agit a priori pas d'un simple aller retour "tout droit" mais bien d'une course semi hauturière avec les évolutions météo à anticiper pour trouver les meilleures trajectoires.

Avec 35 bateaux au départ contre 20 en 2018, la Gascogne 45.5 est une épreuve intéressante surtout pour tous les membres du pôle d'entrainement de la Rochelle qui peuvent mesurer les progrès réalisés durant l'hiver avec les WE d'entrainement intensif organisés tous les 5/6 semaines par leur coach Marc Reyne .

La course va se dérouler tout au portant car avec un vent de Nord puis Nord Ouest puis Ouest voir sud Ouest une fois la bouée 45.5 passée, le spi va rester très souvent en l'air !

Gérard (Quénot) n'ayant pas eu son 1030 à temps pour cette course, il prendra le départ avec Jérôme Apolda sur "Léon", le 1030 que le chantier met à sa disposition. En guise d'entrainement le convoyage express lorient La Rochelle fera l'affaire mais clairement ils ne connaissent pas le bateau au moment du départ donné plein portant dans 15 nds de vent moyen. A distance et avec Jacques Valer nous sommes curieux de voir ce que cela va donner dans ces conditions favorables (la météo avec la rotation prévoit pas mal de reaching) face au bateaux "classiques" type JPK 1010, SF 3200 ou 3600 mais surtout face aux "nouveaux" J 99 et SF 3300, ce dernier étant assez spécifiquement dessiné pour être à l'aise sur ces allures. Le Sun Fast est mené par Alex Ozon qui fait figure d'épouvantail depuis la dernière Transquadra qu'il a remporté en solitaire devant tous les doubles sur son Beepox 990 .
Après 12/16 h de navigation nous avons la réponse, le JPK et le SF sont bord à bord et ils ont déja distancé toute la flotte de plusieurs milles, Figaro 2 compris. Les démarches architecturales pourtant très différentes de Jacques Valer d'un coté et de Daniel Andrieu associé à Guillaume Verdier de l'autre aboutissent à des performances similaires sur ces angles serrés. Côté course et en approche de la marque de parcours le vent va refuser progressivement puis grimper brutalement (35 nds quand même !). Alex va mieux anticiper en affalant son spi assez tôt dans le bon timing quand Gérard et Jérôme trop "gourmands" se retrouvent à débouler à 15/16 nds 30° sous la route ! Affalage tardif et très compliqué avec chalutage du spi et bateau couché. Le temps de remettre tout "à l'endroit", ils perdent rapidement de précieux milles. Au passage de la marque ils sont 2/3 milles derrière et cela va un peu les calmer sur le début du bord retour qu'ils vont attaquer sous génois au dessus de la route quand Alex va glisser dessous sous spi A3 ce qui sera payant. De leur côté Gérard et Jérôme comptent déja 10 milles (!) d'avance sur la flotte et ils ne veulent surtout rien casser ! ils décident de temporiser un peu. Alex régate "hors classement" car sans certains équipements de sécurité (notamment AIS avec n° MMSI) qui ne sont pas encore enregistrés (!!) Sur "Léon" l'eau embarquée dans la chevauchée sauvage de la fin de nuit a fait s'échapper l'acide de la batterie qui a fait fondre les cables mais ca n'empêche pas le binôme de faire avancer le bateau. Le A5 est renvoyé sur "Léon" pour une dernière nuit "à l'attaque" qui permet au JPK de recoller un peu même si sans info AIS, ils ne savent pas trop où se trouve Alex qui va finalement ressortir devant eux à la Rochelle. Les 2 bateaux de tête terminent bien loin devant toute la flotte et il est clair qu'un palier a été franchi avec cette évolution apportée sur les nouveaux dessins et en tous cas sur les allures de reaching.

Encore bravo à Gérard et Jérôme qui ont été excellents avec si peu de connaissance du bateau et qui apparemment se sont régalés à bord !
Bravo à Alex (Ozon) qui a de nouveau fait une course magistrale même s'il n'apparait pas dans les classements.
Bravo également à Stéphane (Bodin) sur Wasabi qui remporte le classement solo et qui attend pour cet automne son nouveau jouet , un JPK 1030 !

 

 

 



Carton plein JPK sur la Cervantes Trophy , 1ere course du RORC 2019

1er en IRC 2 "Sunrise" le JPK 1180 de Tom Kneen
1er en IRC 3 et IRC double "Raging Bee" le JPK 1180 de louis-Marie Dussere
1er en IRC 4 "Foggy Dew" le JPK 1010 de Noel Racine.

Les 2 JPK 1080 "RAGING BEE" et "SHAITAN"
Les 2 JPK 1080 "RAGING BEE" et "SHAITAN"

Dans des conditions musclées et fraiches par ce vent de NE de 25 nds avec claques à 30 nds, il fallait être solide pour tenir le rythme endiablé du début de course. Une sortie au reaching du Solent puis un long downwind de 85 milles sous spi lourd en enchainant les surfs endiablés. Il fallait aussi être costaud pour le retour au près dans cette mer formée et ce froid terrible.

Une vraie course "à l'anglaise" !



Duo demi clé 2019

4 JPK dans les 6 premiers et victoire de "Mary" le JPK 1010 de François Moriceau et Christophe Waubant devant "Léon" le JPK 1030 de JP Kelbert et Loic Merlin.

Avec 35 inscrits et des conditions météo variées l'édition 2019 a vraiment tenu toutes ses promesses.
Port louis est vraiment un petit port plein de charme et les organisateurs vous accueillent avec gentillesse et bienveillance.

cache_66748112.jpg

Samedi 16 h le vent souffle à 22/26 nds sur la ligne de départ et c'est bien tonique avec ce vent de NNE bien frais !

Au programme, un 1er près avec bouée de dégagement à 1 mille puis 40 milles de portant à 110/130° du vent pour atteindre Spineg située après l'archipel des Glénans.

Avec Loic, mon équipier pour la course, on se prépare en lainant bien notre code 5 pour un envoi serré après la bouée des Truies.

Départ prudent on passe 4 eme en haut pour assez vite revenir au près débridé en 2eme place derrière "Mary" le JPK 1010 de Christophe Waubant et François Moriceau, auteur d'un départ canon. 1ere petite boulette, on interprète mal le côté de passage de la marque "bancs des Truies" alors que le spi est déjà envoyé. Empannage dans l'urgence, cocotte, on se retrouve 8eme mais dès que le code 5 est bordé le bateau décolle et on passe très vite en tête avec une aisance incroyable. Le bateau se cabre et accélère fort dans les risées même si l'angle est serré. C'est la 1ere fois que nous testons le bateau dans ces conditions et c'est assez bluffant car la flotte ne peut pas suivre à part les 3 figaros 2 qui cédent quand même du terrain.

Le way point est rentré mais on s'en rendra compte un peu tard c'est le WP direct de Spineg qui nous fait passer "sur" les Glénans ! L'archipel étant très bas sur l'eau on s'en rendra compte trop tard pour pouvoir passer au vent en gardant le A5. Dans un 1er temps, on envisage de passer sous le chapelet d'ilots et j'abats déjà un peu mais le détour nous fera perdre gros et on décide d'affaler et de remonter sous génois. Beaucoup de temps perdu et les 2 figaros qui étaient déja loin derrière en profitent pour revenir et nous passer. Rageant ! Les Glénans "parés" on abat de nouveau pour attaquer sous A5. A Spineg, on est revenu au contact des Figaros 2, 3milles devant le reste de la flotte. Ce bateau est vraiment génial...

A 75° du réel en route pour 8 milles vers la jument des Glénans, bateau ballasté et passage en puissance dans la mer avec le grand génois, on passe à la 2eme place. Le bord suivant sera un long près qui nous ramène vers Lorient avant un aller retour jusqu'aux Birvideaux. Long, très long ce bord de 40 milles au près avec ce vent piquant. A Bastresse, nous sommes 1er devant Jérôme Croyère. La descente vers les Birvideaux se fera en mode VMG dans 8/10 nds de vent. On l'apprendra plus tard la tête de flotte environ 2/3 milles derrière va toucher un vent plus généreux et mieux orienté. C'est 2 à 3 milles que nous allons perdre sur ce bord alors que nous sommes en mode match race avec les Figaro 2 sur une route un peu est.

Notre AIS ne fonctionne pas et on ne sait rien des positions des autres bateaux.

Toujours en tête aux Birvideaux, on contre borde pour marquer nos adversaires mais le vent va adonner tout le long du bord et ce contrebord ne s'imposait vraiment pas ! A l'arrivée devant Lorient nous sommes 3eme mais les écarts énormes qu'il y avait ont totalement fondu et nous sommes inquiets des petits ratings. "Mary", parfaitement mené tout au long de la course va finalement nous coiffer de 2 mn au général compensé. Dur à avaler car pour nous la course était gagnée depuis longtemps vu les écarts qu'il y avait aux Glénans puis à Bastresse.

Bravo à François et Christophe mais aussi à Olivier et Louis sur "LS résa" qui reviennent de loin pour terminer 4eme derrière "Ciao Ciao" qui a osé une option radicale ouest très payant dans sa descente vers les Birvideaux.

Dans 3 semaines, l'Armen Race avec plus de 50 bateaux préinscrits en double et une course qu'on espère aussi dense que cette Duo Demi Clé.



Spi Ouest France 2019

Victoire du JPK 1080 "LS Resa" avec Olivier Burgaud et Louis Lagadec en catégorie double et 2ème place de "Raging Bee" le 1080 de Loulou Dussere en IRC B.

Sur «Léon» le tout nouveau JPK 1030, il manquait quelques sorties de mise au point pour espérer jouer devant au général et avec Kevin nous sommes un peu frustré à caler en si peu de temps .

Louis Lagadec et Olivier Burgaud
Louis Lagadec et Olivier Burgaud

A la 1ère manche, le scénario s’est pourtant bien déroulé et malgré un départ moyen nous sommes vite revenus dans le match pour dépasser un à un nos concurrents sur un dernier bord de reaching sous A5. A cette allure le bateau va vite « tout seul » et ça confirme le bien-fondé des choix de Jacques.
Sur les autres manches, nous avons alterné des moments de super speed avec des « pannes » à certains moments. Bien sûr le plan d’eau était envahi d’algues et il fallait souvent slalomer pour les éviter avec en l’absence de polaires de vitesse le doute permanent d’avoir quelque chose dans la quille ou le Zdrive .
Dans la rubrique « boulette » la manche 2 a été la plus terrible !
Départ moyen, on revient petit à petit dans le match et on se régale à l'idée du dernier tiers du parcours prometteur avec les bons angles et la brise qui grimpe. Le pealing (envoi du petit spi dans le grand) est prévu avant d'enrouler la "chimère" pour un bord loffé à 100°, mais avec toutes les flottes qui convergent vers la marque et la présence de bouées et de bateau comité on perd le fil de la manoeuvre et on cafouille totalement. Affalage en cata du maxi runner alors que le A5 n'est pas encore envoyé. Je reloffe trop tôt et le spi au 2/3 affalé repart dans le balcon (avec Kévin qui se fait embarquer) puis chalute fort et se déchire en 3 morceaux dont un bout termine dans l'embase moteur ce qui nous contraindra à l’abandon .Un grand merci à l’équipe de All purpose qui a dû bosser 10 h le samedi soir pour le réparer.
Bref, l’idée avec le Spi Ouest était de prouver le potentiel et d’apprendre le maximum de choses sur le bateau pour parfaire la mise au point. De ce point de vue, c'est gagné nous avons énormément appris !
On sait déjà qu’il va falloir démâter le bateau pour faire varier les angulations des barres de flèche, accentuer la quête en rallongeant les chapes, compléter la gamme des spis (manque cruel d’un A 3) et trouver les bonnes tensions de gréement .
Il va falloir inventer du temps pour mener tout cela à bien avant la suite du programme qui s'annonce chargé entre la duo Demi-clé puis l'Armen Race avant le Fastnet au mois d'août.
Un grand bravo à Olivier et Louis qui remportent pour la 2ème fois le Spi Ouest France dans la catégorie très relevée des doubles. Toujours placés, avec une vitesse impressionnante, ils remportent 2 des 4 manches et raflent la mise malgré une 1ère manche de 14. Derrière "Aileau" Alex Ozon et Maxime Paul on vraiment bien navigué sur le SF 3300 et réalisé quelques superbes remontées avec leur A3 "magique" dessiné par Maxime le dessinateur des voiles Incidences (il nous en faut 1 à bord !!)
Dans les autres classes, Gery Trentesaux et son équipe se sabotent le 1er jour avec 2 OCS. Dommage car sur les autres manches "Courrier rRecommandé " le JPK 1180 désormais avec des safrans plus grands, des spis asymétriques et des génois maxi tailles était ultra rapide, notamment sur le côtier plus venté qu'il menait largement.
Ça promet pour le programme off shore ultra chargé qui s’annonce entre classiques du RORC, Fastnet, Middle Sea Race, Sydney Hobart ....
En IRC B, "Raging bee" le 1080 de Loulou Dussere termine second derrière l’intouchable " Pen coet " le légendaire 40.7 de la famille Lemen qui va vraiment vite dans le 6/15 nds. Loulou était pourtant venu avec une équipe de champions avec Alex Loison à la barre et Nico Lunven à la tactique mais il aurait fallu un poil plus de brise !
Bientôt les courses du RORC que Loulou connaît bien et que son bateau affectionne particulièrement (le 1080 a déja réalisé le doublé overall sur le Fastnet)
Rendez-vous l’an prochain pour l'incontournable Spi Ouest France et en ce qui nous concerne avec un 1030 fin prêt pour jouer le général.



SNIM 2019

Carton plein des JPK dans toutes les classes !

1er en IRC solo
1er en IRC double
1er en IRC 4
1er en IRC 3

"Bogatyr" JPK 1080 vainqueur IRC 3
"Bogatyr" JPK 1080 vainqueur IRC 3

En solo, Guy Claeys n'a pas fait de quartier en remportant avec son JPK 1010 "Expresso", 5 des 6 manches courues.

En double, Daniel Dupont et Sandrine Révil sur le JPK 1010 "Léon" claquent 4 manches. 3 ème "Rostambar" le 1010 de Philippe Mazoyer.

En IRC 4, "Ar wech All" le JPK 1010 mené par Michel Pellegrin et son équipe gagne 6 manches sur 8 devant "Raging Bee" l'ancien JPK 1010 de Loulou Dussere.

En IRC 3, "Bogatyr" le JPK 1080 de nos amis russes skippé par Igor Rytov gagne en équipage 5 des 8 manches courues.

A venir le récit de course de nos vainqueurs.


JPK 1010 de Guy Claeys vainqueur IRC solo
JPK 1010 de Guy Claeys vainqueur IRC solo
"Raging Bee 1" JPK 1010 2ème IRC4 derrière "Ar wech All"
"Raging Bee 1" JPK 1010 2ème IRC4 derrière "Ar wech All"
Team "Bogatyr" JPK 1080 d'Igor Rytov
Team "Bogatyr" JPK 1080 d'Igor Rytov


BoatIndustry.fr Magazine des professionnels du nautisme

JPK Composites : une nouvelle nef pour un chantier naval en croissance

Le constructeur de voiliers JPK Composites s'agrandit. Un investissement nécessaire face à une croissance de l'activité et de la taille des bateaux livrés par le spécialiste morbihannais de la plaisance.

JP KELBERT
JP KELBERT
BoatIndustry.fr Magazine des professionnels du nautisme Briag Merlet Publié le 16-04-2019

Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25 

© Azimut Communication - website design & interactive kiosks
legal information