diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

SYLA JPK 38 autour du monde

Jardin de corail de l'île de Taha'a

Navigation dans le lagon autour de la petite île préservée de Taha'a dans les îles sous le vent de Tahiti

Découverte de la culture de la vanille et de la greffe des huitres perlières

IMG_0874.jpg

Aujourd'hui nous nous sommes laissés portés par le courant, dans le "jardin de corail", proche du motu Tautau.
Le corail bien vivant et coloré abrite une multitude de poissons papillons, à taches, à bandes, les peaux de citron, les balistes Picasso, le superbe ptérois à antennes, les poissons trompettes nonchalants, les poissons bagnards avec leurs rayures « pyjama ». Les poissons perroquets se régalent d’oursins diadéma dont les piquants très fins et très longs se mettent en mouvement sans jamais se toucher, dès qu'ils détectent une présence. Petit poisson coffre ponctué, rectangulaires ! et de plusieurs couleurs.
Au loin Bora Bora s'éveille, prochaine étape après avoir fait le tour de Raïtea.
Nous y sommes… dégustation de filets de thazar préparés par Teiva le patron cuisinier de Maikai Marina à Bora, dans un mélange de sel et de sucre, puis marinés dans une préparation d’huile d’olive et d’épices. Délicieux.



La couleur de l'eau du lagon est irréelle

Nath s'en va, en robe longue, faire quelques courses sur l'île de Huahine...

Vl'a t'y pas qu'elle nous ramène quelques langoustes, aussi belles que celles de Fred à la poissonnerie des belles feuilles à Paris !!

IMG_0660.jpg
 

Syla (46) De Tahiti à Moorea

Belle balade dans la vallée de Papenoo qui sillonne et partage l'île de Tahiti Nui

Puis traversée vers la cote ouest de Moorea (Haapiti).
Grand tour de l'île en vélo (62 kms)

IMG_0438.jpg

Le soir, repas chez Matthieu qui habite sous les cocotiers, au bord de l'eau, avec Renaud et Eric (les surfeurs du RM 13.60 Kavekanui). Nuit au mouillage à l'intérieur du lagon devant Haapiti, sacrément rouleur.
La sortie de la passe, qui s'est refermée à cause d'une houle de sud, a permis de s'initier au "surf tube" dans les rouleaux, à 10 nœuds, bateau fermé, équipage harnaché.
Calme retrouvé dans le mouillage au fond de la magnifique baie d’Opanohu au nord de Moorea. Les répliques des pirogues doubles traditionnelles Hokuléa et Hikinalia se préparent pour une nouvelle traversée du Pacifique.
Kayak (à trois !) et nage dans les coraux entrainés par le courant. Les filles partent en randonnée vers le col des Trois Cocotiers.
Puis couture pour réaliser des housses de coussins avec du tissu polynésien. Nath râpe une noix de coco, Domi se prend pour un nénuphar et moi… je bulle, juste répartition des tâches.



SYLA mai 2014

Chasse au mahi-mahi (dorade coryphène)

Chasse (plus que pêche) de la dorade au harpon avec Roger Boisson pêcheur depuis 27 ans au large de l'atoll de Rangiroa (Tuamotu Polynésie)

2photo.JPG

















Au petit matin, je regarde quelques pêcheurs descendre avec dextérité leur bateau sur la
câle inclinée du village d'Avatoru à l'aide de leur 4x4. Bien envie de partir avec l'un
d'eux. Roger a du lire dans mes pensées et me propose de monter à son bord.
Sacré journée, sacré pêcheur.
Le vent souffle encore et la mer formée depuis quelques jours malmène le bateau qui tape en
tombant dans les vagues. Faut dire que les 240 chevaux nous poussent à 25 à 30 nœuds.
Roger scrute l'horizon de ses jumelles à la recherche des sternes blanches qui suivent les
dorades, elles mêmes à la poursuite des poissons volants.
Le chasseur est expérimenté, son regard acéré derrière ses lunettes polarisantes est à
l'affût.
Une sterne au loin, le bateau s'envole et la dorade est repérée. La chasse commence. Roger
fonce, vire sur place, suit à grande vitesse la trace, le sillage à peine perceptible à la
surface de l'eau. Le pécheur agrippe son harpon à portée de sa main droite. La dorade
affolée, se retourne et présente son flanc d'un superbe bleu vert, le coup part et dans la
plupart des cas il est bien ajusté.

Retour sur See you later Alligator, 4 requins pointes noires m'attendent sous le bateau,
j'avais décidé de caréner. J'y vais quand même, même pas peur !


SYLA 05/14

Superbes Marquises

C'est encore plus beau que je ne l'imaginais cette entrée dans la baie des Vierges

IMG_5010.jpg
La nuit dernière Kavekanui est venu mouiller tout proche dans la baie d'Omoa. 
Ce matin nous sommes allés marcher au delà du petit village. Les odeurs et
les couleurs de l'île sont enivrantes. On cueille ou on ramasse
les citrons, les pamplemousses, les mangues et les caramboles. Un îlien
nous offre un régime de bananes pour chacun des bateaux. La nature est
luxuriante. Les arbres à pains côtoient les grands cocotiers. Il y a mille
nuances de vert sur les collines et les falaises. Les fleurs de vanille,
les orchidées et les fleurs de tiaré poussent sur le bord du chemin. Le
coprah des noix de coco sèche sur de grandes claies avant d'être transformé
en monoï. Chaque rencontre est un sourire.
Nous avons mangé du thon cru préparé par Mathieu avec citron épices et
carambole, accompagné de riz, délicieux. J'aime bien leur RM 13,60 qui est
très bien aménagé et parfaitement fini.
La veille, donc hier, j'ai caréné partiellement. Des anatifes voire des
pousse-pieds (4 cm de longueur pour certains) se prélassent sur une grande
partie de la coque. Au bout de deux heures et demi, j'ai éliminé la plus
grande partie, mais il faudra que j'y retourne. Kvk a subi le même sort.
Le soir je suis allé écouter la messe chantée (avec force et passion) dans
la petite église du village.

Voila, le soleil se couche sur la baie des Vierges, c'est magnifique.


SYLA 04/14

Galapagos Islands

Ça y est ! 8 knts de moyenne au speedo depuis plusieurs jours pour l'Alligator qui est enfin ds les alizés de SE.

galapagos.JPG
Faibles les alizés 12-13knts, à 130 °du vent sous geenaker, voile magique, et GV haute. Arrivé à hauteur des Galapagos en moins de 8 jours avec 0 Heure de moteur . !! Rares sont les bateaux qui mettent ce temps. En général c'est 10 jours dont pas mal d'heures au moteur.
Ne sait pas encore s'il s'arrête ou non aux Galapagos, tant les tracasseries administratives et financières sont dissuasives !!
Les Equatoriens plombent le tourisme pas vraiment de masse !! Peut-être un mouillage forain vite fait.. On en saura plus demain.
Fait tjrs la régate avec le RM 13.60 qui va un peu moins vite pour l'instant. Si ça devient spiable par contre, l'Alligator ne fera pas de gras contre leur 180m2 de spi !! manié par 3 Tahitiens sportifs et costauds. On s'amuse comme on peut. Ils communiquent par SMS via Iridium.
Je vous rassure, les conditions atmosphériques sont des meilleures: vent pas trop fort, pas trop chaud ( que 28°C), et soleil . Grains de pluie la nuit, pour rincer le pont et les voiles. Mais la nuit .. on dort ! enfin d'un oeil. Didier pilote alors le bateau de l'intérieur direct sur l'écran du Simrad. Faut qd même pas abuser ! va pas se mouiller dehors pour balancer +10 ou -10 sur le boitier du pilote !
Bisous, Domi


SYLA 15 avril 2014

Black is black

Passage du Canal de Panama. Pilote et quatre personnes pour prendre les aussières obligatoire à bord.

IMG_4933.jpeg
Mes quatre lascars, les quatre mastards handliners,
sont des blacks immenses costauds qui jacassent
comme des gonzesses, le sourire sur la façade et
le rire au bord des lèvres.
Lorsqu'ils rigolent, en fait à tout moment, le
bateau tremble. La plus belle c'est quand, au
réveil ce matin, après une nuit tranquille
accroché à une bouée sur le lac Gatun, j'ai pris
de l'eau avec le seau du tableau arrière (pour
améliorer le flux des toilettes,
j'ai dit que c'était pour faire le café ! Silence
perplexe dans le cockpit et l'un d'entre eux à osé
demander si je faisais vraiment le café avec cette
eau glauque ? Yes my dear, j'ai répondu et puis
j'ai dit que c'était un joke, alors là, les rires
énormes se sont déclenchés en se tapant sur les
cuisses.
Je comprend pas tout, dans leurs conversations,
mais souvent il y a "million dollar" et chaque phrase se termine par "facking quelque
chose".
Bon, coffee pour ces messieurs avec un nuage de lait et sans sucre.
Hier soir, lors du passage des premières écluses, le bateau bien amarré derrière un
supertanker, le pilote, genre beau gosse, black aussi, mais plutôt le plus mince dans
le pack, me demande de manger (c'est dans le contrat de passage du Canal). Je leur ai
préparé une tortilla au fromage avec une sauce chili douce et une salade de tomates
avec Worcester sauce. Ils se sont régalés comme des nourrissons ! Je les aurais bien
emmenés jusqu'au Galapagos.
Le pilote (en PJ), les handliners Jackson, Carlos, LeeRoy et Stanley
Pour la descente des 3 dernières écluses vers le Pacifique, Alligator est à couple du
Swan 75 Lota !
Invitations réciproques. Le capitaine salarié et les équipiers professionnels auraient
bien échangé leur place avec celle d'un single handed on a JPK 38 FC.


SYLA

Entre la Colombie et les îles San Blas (au large du Panama), on pourrait probablement estimer la hauteur des vagues au nombre de poissons volants ayant atterri sur le pont...

IMG_4698.jpeg
 


SYLA 05/04/2014

Panama San Blas Pays Kuna Yala

Les indiens kunas vivent sur des ilots, ronds de sable ornés d'un bouquet de cocotiers, proches de la côte panaméenne.

Les femmes kunas réalisent des molas, broderies portées sur le torse et le dos de leur 
chemisier et des bijoux de perles de rocaille de couleurs vives (winni) qu’elles portent
autour des bras et des jambes.
Des roseaux ou des planches simplement fichés dans la terre sablonneuse et des palmes pour
toit constituent les huttes kunas.
Des troncs évidés surmontés parfois d'une voile constituent les pirogues très instables
qui permettent d'aller d'îlot en ilot.
 
Le papier dans la main droite, ce sont des médicaments dans une enveloppe pour sa femme malade (enfin, pas malade, malade, mais faib quoi !), consultée la veille dans sa paillote...
Le papier dans la main droite, ce sont des médicaments dans une enveloppe pour sa femme malade (enfin, pas malade, malade, mais faib quoi !), consultée la veille dans sa paillote...


SYLA 20/02/2014

Vénézuéla Roques

Les Roques, chapelet d’îles au large du Venezuela, méritent bien leur réputation de 3ème plus longue et plus belle barrière de corail au monde après l’Australie et le Belize.

Pour naviguer dans les Roques, il ne faut pas trop se fier à la cartographie, la couleur de 
l'eau lorsque le soleil est assez haut, est une bien meilleure information. Turquoise, c'est
du sable, marron c'est de la roche ou des herbiers, bleu c'est plus profond.
Les alizés soufflent assez forts entre 20 et 25 nœuds, la mer, protégée par les coraux, est
plate et les mouillages très calmes et très protégés.
Paradis des kitesurfeurs, des plongeurs et des luneurs de miel qui se font déposer pour la
journée sur les îles désertes aux longues plages de sable fin.

Résumé des plus beaux coins où l’Alligator a trainé sa quille relevable depuis un an entre
l’Ecosse et Panama:
- en Ecosse les îles de Muck et de Barra
- aux Canaries les îles de Graciosa et de Hierro
- au Brésil l’île de Lençois
- au Vénézuéla L’archipel des Roques
- au Panama l’archipel des San Blas
IMG_4589.jpeg


Page(s):  1  2  3  4  5  6  7  8  9 

© Azimut Communication - création sites internet & bornes interactives
mentions légales